J’ai testé pour vous le bullet journal et voici mon avis :

Grâce à un article paru dans Elle, j’ai découvert le phénomène des booktubeuses dont la chaîne Youtube d’ Emilie alias Bulle Dop. Elle chronique des livres et fait des tutos bullet journal !

Ses vidéos sont très bien réalisées avec toute une mise en scène et un ton très pédagogue. Bref, elle m’a convaincue de me lancer dans la grande aventure du bullet journal.

Le bullet journal, c’est un carnet pour organiser son quotidien avec des normes et des symboles pour lister ses to do list mais aussi ses objectifs personnels. J’ai la chance d’avoir une vraiment très bonne mémoire donc j’ai l’habitude d’envoyer valdinguer mon agenda alors j’ai adapté le bullet journal à ma sauce.

thumbnail_20170825_203607

Mon nouveau challenge : rédiger un bullet journal pendant un an sans le délaisser !

Je suis sur Instagram et Pinterest tout ce que publient le créateur du bullet journal (un designer américain) mais aussi ses suiveurs internationaux qui ont la générosité de donner plein d’astuces et d’idées originales.

Aux premiers abords, l’ampleur de la tâche : créer un bullet journal, seule face à ma page blanche m’avait bien découragée avant même de commencer. Alors, un bon vieux tableau vaut mieux qu’un long discours, voici une courte synthèse des avantages et des inconvénients du bullet journal.

index

 

– Un plaisir pour tous ceux qui (comme moi !) aiment le matériel de papeterie : les beaux carnets, les stylos pinceaux dans toute la gamme de couleurs, les masking tapes…

Je me suis trouvée (sur les conseils avisés de Bulle Dop) un magnifique carnet doré Leuchtturm 1917 au BHV mais malheureusement je l’ai pris à lignes car je n’ai pas pu vérifier s’il y avait des pointillés.

thumbnail_20170825_203557

Mes coups de coeur lectures de cet été, un plaisir !

– La possibilité de donner libre cours à sa créativité quand on aime le dessin, le coloriage, la calligraphie. Le bullet journal est un produit de son époque comme en témoigne le vif engouement des éditeurs pour ce phénomène : Albin Michel, Eyrolles, Marabout…

9782226393654-j

Le guide du parfait daily bullet, parait le 27 septembre 2017 aux éditions Albin Michel !

Moi ce qui m’a tout de suite plu, ce sont les lettres super graphiques que l’on trouve dans les cafés sympas type Costa Coffee. Cela donne un petit côté convivial à la calligraphie (ma maman est une experte en calligraphie, elle m’a inoculé le virus !)

– J’aime dessiner des petits pictogrammes visuels très vite repérables et compréhensibles : un ticket de cinéma, un paquet de pop-corn, un logo You tube ou Instagram. Bref que des codes très conformistes de la société de consommation dans laquelle on vit et à laquelle je suis carrément accro !

– La possibilité d’exprimer tout ce que l’on aime faire : les voyages faits dans l’année, les motifs qui m’inspirent dans l’art ou sur des vêtements, les films que j’ai vu, ma Pile à Lire, les chroniques de livres que j’ai aimé… Une totale liberté de créer comme on l’entend son carnet. J ‘ai pensé acheter un carnet déja prérempli mais l’aspect personnalisable fait partie de l’adn du bullet journal !

stock-illustration-50938596-minus-flat-blue-simple-icon-with-long-shadow

– Le bullet journal c’est une organisation vraiment martiale (oui, oui j’ose le mot !) si on adopte les normes au pied de la lettre. Je goûte peu aux joies des trackers mensuels (je vous laisse découvrir sur Youtube ce dont il s’agit) pour se donner des objectifs d’entreprise pour la vie personnelle. Cela ressemble un peu aux listes de bonnes résolutions du 1er janvier qui me découragent bien.

– Une activité éditoriale artisanale qui encourage bien malgré moi mon perfectionnisme maladif : la peur de faire un dessin trop moche, de ne savoir calligraphier qu’un seul type de titres, d’oublier de penser à insérer tel ou tel intercalaire pour indiquer le mois en cours. Bref, tenir un bullet journal, cela nécessite de faire des brouillons voire même un chemin de fer comme pour publier un livre.

J’en viens à la conclusion que tenir un bullet journal journal c’est sympa, palpitant, addictif… mais aussi frustrant de passer plus de temps à faire des cases à la règle que de créer, dessiner et colorier.

Malgré tous ses arguments très séduisants, les quelques inconvénients qui perdurent : un loisir chronophage et exigeant pour ceux qui ne sont pas nés avec un crayon dans la main comme moi. Même si on progresse vite en dessin et en calligraphie, je ne suis pas sûre de trouver le temps pour tenir efficacement ce bullet journal.

thumbnail_20170825_203532

Un mini carnet de voyage dans mon bullet journal

Cet article est un petit clin d’ oeil à ma voisine dans l’avion au retour de Sofia. Elle tient aussi un bullet journal ainsi qu’un futur blog !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s