Standing ovation pour Tout le monde debout !

Convaincue par les bonnes critiques (elles sont d’habitude féroces avec Franck Dubosc) et une bande-annonce bien dosée, nous sommes allés voir, en couple, la comédie romantique Tout le monde debout.

affiche tout le monde debout.jpg

Le résumé :

Jocelyn est un dragueur menteur irrécupérable.  A l’approche de la cinquantaine, la drague compulsive est chez lui une fuite en avant pour ne pas affronter les questions qui fâchent : l’engagement avec une femme, s’accepter tel qu’il est… C’est d’ailleurs l’un de ses mensonges qui va le rattraper et le plonger dans un malentendu complètement fou. Pour séduire une jeune femme blonde, il se fait passer pour un handicapé et alors celle-ci lui présente sa sœur Florence, qui elle, est réellement handicapée…

Mon avis :

Grande amatrice de comédies françaises, je suis néanmoins souvent déçue par des situations prévisibles depuis cinq minutes, les dialogues qui tombent à plat et les fatidiques dix minutes où je m’ennuie. Çà m’est arrivé avec Le sens de la fête des frères de cinéma Toledano et Nakache et c’était vraiment dommage.

Rien de tout ça avec Tout le monde debout : on rit franchement à de nombreuses reprises car on s’y attend pas du tout, les dialogues fusent et font mouche.

« On ne pue pas des pieds quand on ne s’en sert pas« 

Franck Dubosc parle du handicap avec beaucoup de subtilité et de vérité. Il égratigne surtout les valides qui disent des bêtises plus grosses qu’eux sur les handicapés à l’image de Jocelyn et son assistante Marie.

Dans le couple qu’il forme avec Florence, c’est lui le plus handicapé des deux, car il se complique la vie avec ses mensonges et ses questionnements, ses faux semblants. Franck Dubosc explique dans le dossier de presse du film qu’il se place en tant que moraliste et non comme un moralisateur.

Son personnage Jocelyn ne profite même pas de sa chance d’être valide, il est maussade, il tire la gueule alors qu’Alexandra Lamy est très solaire avec son sourire éclatant une grande partie du film.

tout-le-monde-debout.jpg

Il dit à son meilleur ami qui lui conseille toujours de dire la vérité : « Elle réfléchit plus vite que nous, elle vit plus que nous » . 

Je pense profondément que le succès populaire d’Intouchables a fait changer les mentalités du milieu du cinéma sur le handicap. Avant, on se posait la question est-ce qu’on peut rire du handicap? et on ne lançait pas sur ce terrain.

Maintenant, la différence, le handicap sont le point de départ de belles comédies qui font sourire mais qui donnent aussi la larme à l’œil.

Ce sont des situations de vie de bon nombre de familles en France : le grand-père qui déclenche Alzheimer à qui son petit-fils tend la main dans le film La Finale avec Rayane Bensetti et Thierry Lhermitte, le petit garçon autiste Asperger qu’un éducateur sportif (Arnaud Ducret) prend sous son aile  dans le film Monsieur je sais tout

Mon dernier coup de cœur BD parlait de l’accueil d’un enfant trisomique dans une famille : Ce n’est pas toi que j’attendais de Fabien Toulmé.

Tout le monde debout est une comédie très réussie car chacun des personnages sont des professionnels de la comédie, des humoristes très populaires qui connaissent chaque ressort du rire et de l’émotion.

« Vous Marie, l’optimisme c’est que votre histoire d’amour elle dure, moi c’est que ça m’arrive encore de rencontrer quelqu’un, malgré le fauteuil ».

tout-le-monde-debout (1).jpg

Alexandra Lamy et Franck Dubosc ne sont pas là que pour la blague, ils nous transmettent aussi beaucoup d’émotions. La scène du dîner romantique et de la piscine est vraiment formidable sur le plan esthétique et émotionnel. Elle traite avec beaucoup d’élégance et de subtilité la naissance de leur intimité puisqu’ils sont libres de leurs fauteuils roulants : ils sont au fond de la piscine.

Ensuite, ce film comique parvient à faire passer au spectateur des messages importants : en deux phrases, Alexandra Lamy raconte comment elle a perdu l’usage de ses jambes. C’est beaucoup plus efficace qu’un spot de la sécurité routière sanguinolent pour moi.

Son personnage joue au tennis de haut niveau et quand on voit cette scène qui n’est absolument pas doublée, on se dit que le handisport c’est magnifique à regarder et tellement impressionnant. Pourquoi les jeux olympiques handisport n’ont-ils pas le rayonnement médiatique qu’ils méritent?.

Ma note : 5/5 sardines

517417635517417635517417635517417635517417635

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas vu une comédie française aussi réussie du début à la fin et je suis ravie d’avoir révisé mon jugement sur le jeu d’acteur quelque peu redondant de Franck Dubosc ces dix dernières années.

Je pense que le choix de sa partenaire de jeu : Alexandra Lamy y joue pour beaucoup. Je me réjouis beaucoup pour elle qu’elle soit sous les projecteurs car elle le mérite depuis fort longtemps :  j’étais collégienne devant Un gars, une fille il y a bientôt vingt ans et j’ai vraiment aimé son rôle de chômeuse divorcée dans Retour chez ma mère.

Autant, on n’attend pas Patrick (Chirac) l’idiot en slip de Camping mais on encourage Franck Dubosc à continuer d’écrire d’aussi belles histoires au cinéma.

SardinesPssst ! Si cet article t’a plu, rejoins le club des abonnés du blog  ou plutôt la boite à sardines pour qu’on chante tous ensemble la chanson énervante de Patrick Sébastien : « Ah qu’est ce qu’on est serré, au fond de cette boite, chantent les sardines ». C’est en haut à droite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s