Road trip à Marseille : trois jours de farniente

malmousque-bains-militaires

Les bains militaires de l’anse de Malmousque

Marseille et moi, c’est une longue histoire familiale puisque j’aime y aller depuis que je suis enfant.

Ma famille habite dans le très beau village de Château-Gombert, j’y ai de très bons souvenirs de la Saint-Eloi, des matchs de l’ OM à la grande époque avec Jean-Pierre Papin et Basile Boli dans les années 1990, les chansons d’ IAM apprises par mes cousins quand j’avais cinq ans et que je ne comprenais rien aux paroles,  ou encore les bains de caisse comme disait mon père quand on rentrait des calanques dans les bouchons sur un boulevard périphérique.

Mon écrivain favori est Marcel Pagnol et ses chères collines du Garlaban, ses romans autobiographiques m’ont fait rêver très tôt du Marseille de la Belle époque entre 1870 et 1914.

20180428_123239.jpg
Il faut dire qu’à cette époque, la ville a connu un vrai boom démographique et des innovations techniques : le tramway, le célébre ferry-boat César que nous avons vu sur le Vieux port, pas très loin du bar de la Marine…
Je n’ai pas eu le temps d’aller visiter le château de la Buzine, le fameux Château de ma mère mais ça sera pour une prochaine fois.

Jour 1 :

On descends les escaliers de la gare Saint Charles et on rejoins le quartier Noailles par le boulevard d’ Athènes. On zizague un peu à travers les souks du quartier quand on retombe sur nos pieds rue Saint Férréol.
Direction le Starbucks coffee près de la préfecture et je me fais une réserve de papier canson à Rougier et Plé. On contourne l’Opéra de Marseille pour rejoindre le Vieux Port prendre le métro vers la Rose et Chateau-Gombert.

20180427_154255 (1).jpg

Jour 2 :

On prends le tramway rue de la République vers la Joliette car les arcades de la Major et le Mucem nous attendent. C’est toujours un plaisir de retourner au fort Saint Jean car le panorama est imbattable, aucun lieu culturel ne peut rivaliser avec le Mucem pour moi sur ce point.

20180428_121328 (1).jpg

On profite à fond de ses terrasses, ses jardins ont été conçus par des compatriotes valentinois… et il y a même une très sympathique vente de plantes dans la cour principale.

Aux arcades de la Major, je découvre une boutique formidable Les toiles du large et surtout le travail de Cécile Colombo : ses baigneuses aux prénoms d’un autre temps me fascinent…

cecile_colombo_galerie_lou_arfi_galerie_30720150910180127

Copyright Cécile Colombo

Vite c’est l’heure du déjeuner, on se dépêche de remonter la Canebière, traverser le quartier Noailles et rejoindre le cours Julien pour manger en terrasse au Mélo. Je ne connaissais absolument pas ce coin de Marseille alors que je suis venue une bonne dizaine de fois et la vue sur la Bonne mère depuis la station Notre Dame du Mont est superbe.

Le Mélo était vraiment une bonne adresse : un serveur très serviable pour nous indiquer comment aller à la plage, de la très bonne cuisine et une addition défiant toute concurrence.

490483.jpg

Le trajet en bus 83 le long de la corniche Kennedy était inoubliable : on a vu la statue du David, les plages du Prado, le restaurant Le Petit-Nice, le vallon des Auffes et enfin la plage des Catalans, ma plage favorite à Marseille. Elle n’a rien de particulier mais j’aime tellement la vue sur les îles du Frioul et le château d’If, elle me donne un avant-goût de vacances.

Marseille-Corniche-Fotolia_

La corniche Kennedy et son très très long banc urbain.

Jour 3 :

On se lève tôt pour aller prendre le bateau au Vieux- port faire un tour dans les calanques de Sormiou, Morgiou et Sugiton. Le bateau était très confortable, le temps de la partie, mais rapidement on a moins rigolé parce que la mer était vraiment très agitée dans les calanques et le mal de mer a pointé son nez.

20180430_111640.jpg

Néanmoins, le panorama était somptueux à partir de l’ île Maïre. On se croyait revenus à l’époque préhistorique tant l’élément minéral reprend le dessus sur l’Homme.

20180430_114913 (1)

On peut accéder aussi aux Goudes, dans le 8eme arrondissement de Marseille par la route mais là bas, on se sent vraiment au bout du monde.

On se demande même si ce n’est pas les corbeaux qui ravitaillent le restaurant La baie des singes. J’ai alors appris que ce restaurant était une plaque tournante d’une activité de contrebande aux 16eme et 17eme siècles.

Décidément ces Marseillais avaient un tempérament insurrectionnel et rebelle vis à vis du souverain un brin absolutiste Louis XIV.  C’est ce que j’ai bien aimé avec cette croisière en bateau, l’équipage donnait des informations historiques et géographiques sur la ville, de temps en temps, sans nous bassiner les oreilles.

C’était top, j’ai appris de nouvelles choses sur Marseille alors que je la connais bien. J’ignorais par exemple que le bassin de la Joliette a été construit car le Vieux port était trop petit pour accueillir les immenses navires avec la création du canal de Suez au 19eme siècle. Il y a justement une exposition fort intéressante à l’Institut du monde arabe en ce moment.

Le bassin de la Joliette est d’ailleurs le quartier de Marseille qui se transforme le plus avec la rénovation des docks, nouveaux espaces commerciaux.

20180428_104843 (1).jpg

J’ai toujours un petit pincement au cœur de quitter Marseille parce j’apprécie vraiment sa géographie : la proximité de la nature avec le massif des calanques, l’odeur du pin parasol…Il y a pas mal de similitudes avec Sofia en Bulgarie.

004451988.jpg

La superbe collection des édition Jonglez en dehors des sentiers battus !

Et surtout, Marseille est une ville à part en France. Noailles c’est le symbole même du melting-pot pot entre Europe et Maghreb, un pont vers l’Afrique mais aussi l’Italie…

C’est un paradis pour tout anthropologue ou sociologue du MUCEM. Je regrette tout de même que la cité nationale de l’immigration située Porte Dorée à Paris, ne se trouve pas à Marseille, cela aurait beaucoup plus de sens selon moi.

J’aime bien cette chanson de Jean-Jacques Goldmann Plan D’aou, Air bel. Elle raconte l’histoire personnelle de Soprano (il est d’origine comorienne) et Patrick Fiori (il est italo-corse) dans leurs quartiers populaires de Plan d’Aou et Air Bel..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s