Book-crossing des villes, book-crossing des champs…

Si vous prenez certaines lignes de tramway à Paris, peut-être avez-vous repéré des boites à livres disposées dans onze stations. Cette initiative culturelle a démarré le 15 octobre 2018 et ça marche !partage_livres.png

J’aime beaucoup lire les articles d’un site consacré aux métiers du livre Actua litté. J’ai découvert grâce à leur curiosité journalistique de grande qualité un phénomène de société très intéressant en Australie : le cross-booking.

Ils s’appellent Les book ninjas et ils font partie du club de lecture Books on the trail, reconnaissable à son macaron apposé sur les livres qu’ils sèment dans les transports en commun de Melbourne. Mon frère qui voyage de temps en temps là-bas pour son travail, les a déjà repéré.

ob_ad9389_16838175-10158219268595035-56707625-n

Ce phénomène s’appuie sur deux principes : la recommandation à l’aveugle et le book crossing. On abandonne un livre pour un inconnu en mal de lecture comme le souligne Actua litté. Un livre a ainsi plusieurs vies, plusieurs propriétaires.

ob_7cf944_16839537-10158219268650035-1527526666

Le macaron apposé sur le livre permet ainsi la création d’une communauté de lecteurs sur les réseaux sociaux. Cela devient alors une chasse aux trésors à l’image de Pokémon Go où l’on fait une photo de sa trouvaille dans l’un des coins de la ville. Et moi j’adore toutes ces initiatives de géolocalisation culturelle.

J’ai pris la bonne habitude de visiter les villes d’Europe et à chaque fois que j’ai l’occasion de prendre en photo une boite à livres dans un parc, un lieu publique, je le fais. Ce sont des initiatives culturelles très intéressantes qui apportent du lien social : un inconnu laisse un livre à un autre inconnu, entre passeurs de livres.

Voici quelques photos de voyage avec des boites à livres. N’hésitez pas à partager vos photos qui concernent le cross booking en ville ou à la campagne.

ob_e7cde7_img-2926

La boite à livres de la mairie du 4eme arrondissement de Paris

Après, cela pose aussi des questions en termes de pollution, d’apologie d’idées pas toujours démocratiques à travers les livres…. Les journaux gratuits abandonnés dans le métro ce n’est pas forcément très esthétique et cela explique peut-être pourquoi une jeune femme a eu une amende à Paris pour avoir laissé un livre dans la rue…

Et vous, avez -vous eu de bonnes surprises avec les boites à livres dans votre ville?.

Pour rêver un peu, voici une bibliothèque crée dans la souche d’un arbre mort par Sharalee Armitage Howard (c’est elle qui a pris la photo) dans sa ville de Coeur d’Alene, en Idaho, Etats-Unis !.  J’ai trouvé cet article dans Livres-hebdo !

c_ur_d_alene_bib

DR/SHARALEE ARMITAGE HOWARD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.