Ma madeleine de Proust : les gaufres Rita

La chandeleur approche, mais une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de gaufres et non de crêpes. Et plus spécifiquement des gaufres fourrées à la vergeoise ou à la vanille de Madagascar, des spécialités sucrées qui viennent du Nord-Pas de Calais.

Chaque été quand nous étions enfants, nous allions en vacances chez nos grands-parents dans le Nord de la France, profiter des plages du Nord : Stella-plage, Berck, le Touquet, Trouville, Criel sur mer, Le Tréport-Mers les bains… 

Et après la plage, ma grand-mère Annette nous donnait des gaufres Rita, ces paquets de gaufres industrielles fourrées à la vergeoise, le sucre de betterave du Nord de la France.

front_fr.6.full.jpg

Ce n’est pas un grand dessert de roi mais jouer tout l’après-midi dans les grosses vagues de la Manche quand vous êtes enfants, ça vous creuse bien l’appétit. Les gaufres Rita sont donc pour moi, un souvenir de plage, de vacances d’été, un peu comme les souvenirs de Marcel Proust dans le roman A la recherche du temps perdu, éditions Gallimard.

Sans le savoir, ma grand-mère nous transmettait une partie du patrimoine culinaire et culturel de la région d’où elle venait : le Nord-Pas de Calais. Dans de nombreuses familles du Nord, il y a des gaufriers pour faire des gaufres au moment du jour de l’An, les grands-mères offrent ces gaufres au moment des fêtes religieuses à leurs petits-enfants depuis des siècles…

Lors de notre dernier escapade à Anvers, j’ai réalisé en quoi la gaufre était un élément majeur du patrimoine culturel des Flandres et depuis des siècles. Grâce à un mémoire universitaire des étudiants de Polytech Lille, j’ai découvert son histoire qui remonte au 12eme siècle. Au début, les gaufres ressemblaient à des hosties ou des oublies très fines, dont on a épaissi la pâte durant la Renaissance.

De forme ovale, on cuit cette pâte à base de beurre, de farine, d’oeuf et de levure dans un four à fonte avant l’apparition des premiers gaufriers au 15eme siècle. Au 17 eme siècle, on commence à fourrer les gaufres.

Les seuls fourrages labellisés par la région Nord-Pas de Calais sont ceux à la vergeoise ou à la vanille de Madagascar. J’ai découvert les gaufres Méert grâce à un client de ma librairie qui m’en a gentiment offert une et ça c’est une vraie pâtisserie de roi ! Le goût de la vanille vous transporte immédiatement sur un galion en direction de Madagascar.

meertlille.jpg

Cette confiserie existe à Lille depuis 1761, c’était l’adresse favorite du général de Gaulle qui vient de cette région. Je planifie déjà une visite à cette confiserie incontournable quand nous irons visiter Lille un jour.

La gaufre dans les Flandres revêt donc plusieurs formes : la gaufre plate fourrée, la gaufre de Liège ou encore l’épaisse gaufre de Bruxelles qui s’est diffusée dans les fêtes foraines du monde entier au point un peu dommage qu’on ne se souvienne plus d’où elle vient…

Au même titre que les bêtises de Cambrai, les gaufres font partie du patrimoine culinaire, culturel et historique d’une très vaste région. Le Nord de la France exploite ses champs de betteraves pour produire du sucre à l’image des grandes raffineries comme les usines Beghin-Say à Arras. La gaufre s’est alors industrialisée à l’image des marques Lotus et Rita…

gaufresrita poppies.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.