La voix du pardon, quand Dieu restaure des relations saines et aimantes

Dimanche dernier, il faisait moche donc nous avons regardé le DVD La voix du pardon devant une bonne mousse au chocolat, une fin de week-end cocooning comme on les aime en automne.

la-voix-du-pardon-unesite.jpg

Ce film est sorti au cinéma en mai dernier et j’attendais avec impatience sa sortie en DVD car j’aime les biopics musicaux comme Walk the line ou les films qui parlent du pardon comme La cabane.

Le résumé :

C’est une histoire vraie, celle de Bart Millard, le chanteur du groupe américain Mercy me. Il a grandi au Texas auprès d’un père violent et alcoolique qui a fait fuir la maman de Bart, une des scènes assez difficiles du film. On compatit à la brûlure que cette douleur cause au petit garçon qui court après le camion de déménagement et qui croit que c’est de sa faute.

Sa petite amie veut l’épauler car elle se soucie de Bart et de son père, mais la honte que ressent cet enfant battu l’isole tellement que Shannon va s’éloigner de lui, lassée de son comportement froid et distant. Il va fuir en tournée avec un groupe de louange chrétienne Mercy me et ce sera le début d’un long travail introspectif en chanson….

Pardon

L’enseignante qui croit en Bart et qui va l’encourager à chanter.

Mon avis :

La voix du pardon est tout sauf une petite rêverie  chrétienne, pleine de bons sentiments, malgré les apparences. Les scènes où Bart, enfant, puis jeune adulte est violenté, sont pénibles à voir. Les réalisateurs, les frères Erwin, sont arrivés à montrer l’atmosphère vraiment toxique d’un foyer dysfonctionnel où la maman a fui à toutes jambes.

Le personnage le plus intéressant est bien sûr, le père violent, Arthur. Remarquablement interprété par Dennis Quaid, il est odieux et buté, enfermé dans ses idées noires qui décourageraient n’importe quel enfant.

Bart explique à son public quand il présente sa chanson If i can only imagine, qu’il n’ avait qu’un seul nom pour qualifier son père : celui de monstre. Et que si l’Évangile avait transformé cet homme, elle pouvait transformer n’importe qui.

C’est le message de ce film : le pardon est très difficile d’un point de vue humain, c’est Dieu qui donne cette force. J’ai lu l’autobiographie insoutenable de Natascha Kampusch qui a été séquestrée pendant huit ans en Autriche. Avec une maturité exceptionnelle, elle a compris qu’il était vital pour elle qu’elle pardonne rapidement à son ravisseur ses sévices parce que sinon la haine, la colère et l’amertume l’auraient détruite.

Il serait dommage de coller une étiquette chrétienne à ce film. Oui La voix du pardon est un film évangélique dans lequel tout le monde ne se reconnait pas. Certains caustiques vont dire que c’est un peu niais d’aller dans des colonies chrétiennes et de noter des bonnes valeurs dans un journal de bord. Et bien ça peut structurer un enfant, qu’il vive dans un foyer joyeux ou dans un environnement difficile. Ce film ne s’adresse pas seulement à un public chrétien, il adresse un message d’espérance à tous ceux qui veulent soigner des relations empoisonnées par la violence, le rejet, l’alcool, la mauvaise estime de soi, la jalousie…

perevoix.pardon

Arthur, le père violent transformé par Dieu

Enfin, j’ai beaucoup aimé l’attachement des membres du groupe  à leur leader, les relations fraternelles qui existent entre eux quand ils viennent le chercher à la mort de son père. Mercy me a un producteur réputé : Scott Brickell qui les prend sous son aile un peu comme un père.

Il pousse Bart à ne pas céder à la facilité et à se livrer personnellement car c’est dans le secret de l’intimité que l’on est souvent le plus inspiré pour écrire une chanson. I can only imagine a touché les gens puisque le cd est devenu double disque de platine en 2001.

Je ne peux qu’imaginer
Je ne peux qu’imaginer
Je ne peux qu’imaginer
Quand viendra ce jour
Où je me tiendrai revêtu du Christ
Je ne peux qu’imaginer
Quand je passerai
L’éternité à te louer
Je ne peux qu’imaginer
Je ne peux qu’imaginer
Que ressentira mon coeur
Le désir de danser ou de te contempler
Le désir de m’incliner ou la force de m’avancer
De chanter Alléluia
Dans dans le silence adorer
Je ne peux qu’imaginer
Je ne peux qu’imaginer

amygrant.jpg

J’ai bien aimé l’altruisme d’ Amy Grant, la star dans la lumière, qui laisse à l’auteur sa chanson même si des milliers de dollars sont en jeu. Une industrie de la musique chrétienne à Nashville : Walk the line, des images d’archive avec le vrai Bart Millard qui raconte son histoire à la Maison blanche devant Barack Obama…

Jusqu’à présent, je dénonçais pas mal l’aspect marketé des oeuvres feel good au cinéma ou en littérature. Mais vu l’état de la société actuelle et la qualité de certaines productions comme les films d’ Olivier Nakache et Eric Toledano ou encore le roman La vie rêvée des chaussettes orphelines de Marie Vareille, je me dis que le feel-good ça met du baume au cœur dans la brume générale et ça ne fait pas de mal !

Saje productions est une société de production catholique qui produit des films chrétiens dans plus de 200 salles en France comme Jésus l’enquête ou prochainement Interview avec Dieu, annoncé dans les cinémas Gaumont et Pathé par exemple.

D’autres articles qui parlent de la foi chrétienne :

L’amour de Dieu plus fort que le napalm : la petite fille de la photo raconte

Rendez-vous dans la forêt, une BD qui raconte la relation personnelle à Dieu

La bande-annonce d’un film que j’aime beaucoup, le biopic de Johnny Cash, un chanteur sauvé de la drogue et de la dépression grâce à sa foi en Dieu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.