La vie rêvée des chaussettes orphelines, une vraie claque littéraire et psychologique !

Un unboxing de rêve avec Kube

Dans un précédent article, je vous ai raconté le génial unboxing que j’ai reçu de la part de la Kube, la box littéraire avec laquelle je collabore depuis trois ans. Place maintenant à la chronique du roman, que je considère dans le top 3 de mes meilleures lectures !

La vie rêvée des chaussettes orphelines

Marie Vareille

Charleston,

2019

400 pages

19€

vierevee.jpg

Le résumé : 

C’est assez rare pour être souligné : la quatrième de couverture est sacrément efficace pour séduire ses lecteurs. Je salue le travail de l’éditeur en citant mot pour mot son résumé :

« En apparence, Alice va très bien (ou presque). En réalité, elle ne dort plus sans somnifères, souffre de troubles obsessionnels compulsifs et collectionne les crises d’angoisse à l’idée que le drame qu’elle a si profondément enfoui quelques années plus tôt refasse surface.
Américaine fraîchement débarquée à Paris, elle n’a qu’un objectif : repartir à zéro et se reconstruire. Elle accepte alors de travailler dans une start-up dirigée par un jeune PDG fantasque dont le projet se révèle pour le moins… étonnant : il veut réunir les chaussettes dépareillées de par le monde. La jeune femme ne s’en doute pas encore, mais les rencontres qu’elle va faire dans cette ville inconnue vont bouleverser sa vie.
Devenue experte dans l’art de mettre des barrières entre elle et les autres, jusqu’ à quand Alice arrivera-t-elle à dissimuler son passé ? « 

Dans cette vidéo, Marie Vareille explique les thèmes de son roman et pourquoi elle a voulu l’écrire.

Mon avis :

En recevant ce livre, je me suis dis un feel good book de plus, terrain connu, je vais m’ennuyer. Eh bien non, Alice ne va pas jouer à la marchande ou à la fleuriste dans un petit commerce de proximité, théâtre attendu de bons nombre de feel-good books convenus : La pâtissière de Long Island, La bibliothèque des cœurs cabossés.

Le thème récurrent du feel-book c’est la jeune femme très diplômée qui se reconvertit dans un autre métier pour redonner un sens à sa vie. Et bien, la force de ce livre se trouve dans le titre. Alice va rejoindre une start-up parisienne qui développe une application totalement farfelue et ça pourrait être plausible : réunir les chaussettes orphelines.

Je te laisse faire connaissance avec les personnages de cette histoire formidable : Alice, sa soeur Scarlett, Angela l’amie new-yorkaise d’Alice, Chris le patron farfelu de l’application et son associé Jeremy, le prince charmant de ce roman, les collègues de bureau Reda et Victoire, Saranya, l’amie indienne qui met souvent les pieds dans le plat pour sortir Alice de son concubinage toxique avec les médicaments….

En six grands points, je vais t’expliquer en quoi c’était une lecture exceptionnelle à laquelle je repense encore alors que j’ai refermé le livre. Je te préviens lecteur, cet article a été difficile à synthétiser tant ce roman m’a captivée.

  1. C’est un roman hyper contemporain où les personnages pourraient être des collègues de travail ou des amis tant Marie Vareille sait observer et croquer nos comportements ultra-connectés, nos réactions sentimentales actuelles….
  2. On passe du rire aux larmes d’un chapitre à l’autre grâce aux personnages secondaires comme Victoire ou Saranya qui ont une répartie tordante ou alors Scarlett, la fameuse sœur dont on perçoit toute la personnalité à travers le journal d’ Alice : une étoile du rock pas si écervelée et farfelue que ça. J’ai aussi beaucoup aimé le passage du livre où les employés de la start-up partent en séminaire dans un éco-lodge en Bretagne, c’était tellement cocasse.
  3. J’aime la subtilité psychologique de l’auteure pour traiter de la cassure identitaire que vivent les enfants de divorcés : la structure familiale qui s’écroule pour Scarlett et Alice comme pour la petite Zoé, le rejet et le désamour d’une mère, la co-dépendance d’une sœur qui s’en veut d’avoir été la préférée …
  4. Il y a une grande cohérence structurelle et un rythme très soutenu dans ce roman. On jongle entre trois pays, il y a tout le temps des flash-backs et pourtant on s’y retrouve. C’est dû à un astucieux système de double narration. C’est toujours Alice, la narratrice qui parle à la première personne. Les chapitres alternent entre son passé aux Etats-Unis et à Londres écrit dans son journal intime en italique et son présent à Paris.
  5. Ce roman renoue avec le personnage du prince charmant page 286 et ça fait du bien ! J’en avais marre de lire des histoires de garçons pas bien courageux et de filles qui se blindent en pensant que la sexualité désincarnée ça les rend fortes et indépendantes alors que ça bousille le cœur et la confiance en soi. La vie rêvée des chaussettes orphelines raconte une vraie histoire d’amour naissante avec du romantisme, de la bienveillance envers l’autre : voila le véritable érotisme !

    « Une étincelle de désir assombrit ses yeux et pourtant il ne bouge pas. Je remarque pour la première fois que sa pupille est entourée d’un peu de gris clair qui vient se fondre dans ce bleu limpide qui me fait penser à un lac de montagne l’été. Bêtement, cette petite découverte me donne envie de sourire comme s’il venait de me confier quelque chose de très intime, un secret connu de lui seul. « 

  6. Marie Vareille a su entretenir l’art du suspense tout au long de ce roman de 400 pages qui m’a tenu en haleine comme jamais. Je me suis retrouvée scotchée sur ma chaise pendant la pause de midi pour grappiller quelques chapitres jusqu’au dénouement de l’histoire. Et là j’ai pensé tout haut « Non mais l’auteure ne m’a pas fait ce coup ! « . Je me suis sentie aussi aussi déboussolée, dupée que l’amie fidèle de l’histoire Angela, dans le même timing du ressenti et de la lecture. Et ça c’est très fort. Ce livre parle de séances chez le psychologue. C’est exactement pareil entre l’auteure et ses lecteurs : au fur et à mesure se crée une alliance thérapeutique à travers les personnages, qui va être rompue de manière assez rude ! Mais je ne vous en dis pas plus.

Exceptionnellement, mon système de notation avec les cinq petites sardines est complètement caduque. Un immense merci à l’équipe de la Kube qui m’a fait découvrir le meilleur roman que j’ai aimé chroniquer dans ce blog. J’ai hâte que vous vous me partagiez vos impressions sur ce roman exceptionnel. Je vais bientôt commencer Je peux très bien me passer de toi et enfin, je regarderai les romans un peu étiqueté feel-good d’un œil moins critique désormais.

Voici un extrait du roman !

 

D’autres chroniques de romans dans le blog Le bal littéraire des sardines :

– Plongez dans le grand bain avec le roman La piscine de Rosemary

Thérapie de groupe sur la série Sauveur et fils de Marie-Aude Murail, Ecole des Loisirs

Nos âmes la nuit, le roman américain sur l’amitié amoureuse des seniors

– L’étude des personnages de l’auteur américain Mitch Albom

2 réflexions sur “La vie rêvée des chaussettes orphelines, une vraie claque littéraire et psychologique !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.