La détente au temps du coronavirus

En ce moment, je n’ai aucune envie de bloguer et je me méfie du travail de sape des écrans, entre notre impossibilité à nous évader l’esprit dans les parcs parisiens et lire des nouvelles anxiogènes, bonjour la sinistrose !

Puis j’ai changé d’idées. Comptant sur ma petite expérience du désœuvrement organisé (cinq mois de chômage en 2016, trois mois de congé maternité beaucoup plus réjouissants en 2019), je me rends compte que j’ai appris comment organiser mon temps quand il s’allonge à l’infini, que l’ennui commence à se faire sentir et qu’ il n’ y a aucune date butoir à l’horizon.

Ce confinement est une épreuve morale pas simple à vivre, donc j’espère que cet article t’aidera à vivre cette période comme une épreuve certes mais avec de nombreuses choses positives apprises sur toi ! Note bien que ce sont des conseils basés sur mon expérience personnelle et chacun a ses propres défouloirs.

Mon premier conseil est quel est ton défouloir ?. Moi j’ai remarqué que ma respiration, mon rythme cardiaque ralentissent de façon beaucoup plus agréable quand je regarde des vidéos Plan with me spécial Bullet journal sur Youtube. Pas plus que trois ou quatre parce que ma fille m’appelle de manière insistante rapidos et avec les publicités et les formats courts des vidéos, la détente fuit vite comme une voleuse !

Cherche où se trouve ta vraie détente et à quel rythme. Tout est une question de rythme. On parle beaucoup de burn-out dans notre société ultra connectée et hyper pressée. Avec mon mari, nous nous sommes aperçus que depuis la rentrée, nous vivions comme des robots en tant que jeunes parents avec une cadence assez intense chaque semaine. Le changement de rythme a été un peu déstabilisant les deux premiers jours du confinement, mais on s’y est très vite adapté.  Et si ce confinement avait du bon pour nous aider à discerner quelles mauvaises habitudes chronophages nous voulons virer de nos vies ?

Retrouver le bon timing avec Dieu

J’ai lu un très bon livre Reset, vivre la grâce à l’ère du burn-out de David Murray, édité par Ourania. Tout est une question de rythmes. Même si la société va très vite (elle est bien ralentie la société speedée en ce moment), même si l’ultralibéralisme dicte ses codes, nous avons beaucoup plus de choix et de moyens pour résister à cette pression et cette cadence infernale. Mais pas tout seuls. Nous avons besoin de l’aide de Dieu, elle est déterminante.

Sans son aide, je serai toujours en panique à courir après un bus avenue de l’Opéra pour ne pas arriver en retard au travail chaque matin. On se moque des hamsters qui courent comme des tordus dans la roue de leur cage mais il y a un petit air de famille non?.

J’ai bien aimé le post Facebook d’une amie, Charlotte qui vit le confinement en Italie. Elle raconte sa matinée type, qu’à chaque jour suffit sa peine et qu’elle se rend compte qu’elle apprécie certains aspects de ce mode de vie temporaire.

A chaque jour suffit sa peine

 » Ne vous mettez pas en souci du lendemain, car le lendemain aura souci de lui-même; à chaque jour suffit sa peine  » . Cette expression devenue proverbiale est une parole de Jésus prononcée dans l’évangile de Matthieu, dans le Nouveau testament. C’est un texte que nous avons choisi comme lecture lors de notre mariage car je le considère comme un principe de vie indispensable pour ne pas vivre dans la peur et l’insécurité.

Nul n’est prophète en son pays

Ces paroles d’ Évangile aux origines de nos formules familières.

Denis Moreau, éditions du Seuil.

2020, 19€50

nul-n-est-prophete-en-son-pays

En temps normal, j’aime dessiner dans mon bullet journal avec des feutres Tombow, mes projets de sorties, les films que j’ai envie de voir au cinéma ou les livres que j’ai envie d’emprunter à la bibliothèque. Saut que patatras, il y a toute une routine à réinventer et on ne sait pas pour combien de temps.

A chaque jour suffit sa peine devient mon leitmotiv pour ne pas craquer nerveusement et devenir vraiment pénible pour ma famille. Je me refuse de me projeter dans une date de fin de confinement car je n’ai aucune prise sur cela et la frustration n’en serait que plus douloureuse et amère. Protégeons-nous, ce confinement est une épreuve personnelle pour rester en bonne santé physique et morale. Cherchons la source de notre contentement, nous avons du temps devant nous, saisissons-nous de ce cadeau !

Dans un prochain article, je vais te raconter ma passion pour le Bible journaling : tenir un journal artistique dans un carnet Moleskine chaque jour. J’ai fini de lire la Genèse et j’ai bien entamé les premiers chapitres de l’Exode.

Voici un petit aperçu :

90204609_10156595621551652_1671666434847014912_n

90226209_10156595621951652_738540607462440960_n

Pour terminer cet article, je mise surtout sur les activités manuelles et la lecture, la cuisine. Lire un bon bouquin me détend beaucoup mieux que lire mon smartphone et errer de sites Internet en sites Internet.

Je regarde une seule série Netflix : Grace and Frankie et encore un soir sur deux. Il n’y a rien de mieux qu’un bon livre, je m’en suis aperçue pendant mon congé maternité, le rythme cardiaque ne s’affole plus, on est plus détendue et disponible pour ses enfants !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.