Combattre le racisme à travers les films et les livres.

Pendant le confinement, j’ai regardé deux films géniaux qui m’ont paru jumeaux sur bien des points : Ray et Green book. Ils se déroulent à la même période (les années 1950 aux Etats-Unis) et racontent chacun une tournée de musiciens à travers les états du Sud.

Green book raconte une belle histoire vraie : une amitié entre un pianiste virtuose noir et son chauffeur italo-new yorkais pas bien finaud. Ils vont s’entraider au cours de cette tournée. J’aime beaucoup la scène où le pianiste impressionne les clients noirs du cabaret qui s’attendaient à du jazz pour les divertir et qui respectent son talent pour la musique classique. Il y a tellement de différences : la couleur de peau, le statut social, le compte en banque, l’éducation, qu’il vaut mieux autant les accepter que de se haïr.

Et puis il y a eu le meurtre de George Floyd le 25 mai 2020 qui a provoqué des vagues de manifestations mondiales pour condamner cette arrestation raciste qui a basculée dans l’horreur et l’impensable.

Plutôt que de mettre un carré noir viral sur mon compte Instagram et de dire des généralités, j’ai voulu dans ce blog, faire la liste des beaux beaux films, documentaires, chansons et romans qui racontent l’entraide entre Noirs et Blancs.

En 2014, j’ai chroniqué dans mon blog le film Selma d’Ava Du Vernay (j’ai même décroché un boulot grâce à cet article). Quand j’étais enfant, ma mère nous a sensibilisé au combat de Martin Luther King. Elle est née dans les années 1960 et elle aimait bien le discours de ce pasteur charismatique. Nous commencions à aller dans une église protestante à cette époque. Ma mère aime bien raconter qu’elle a le même âge que Barack Obama.

Chez nous, on aime beaucoup son épouse Michelle. J’ai tellement aimé son livre que je l’ai chroniqué ici dans le blog. Elle raconte les fusillades et les règlements de comptes que vivent les jeunes lycéennes de Chicago au 21eme siècle. Dans le documentaire Netflix, vous comprendrez à quel point elle insiste sur l’éducation des jeunes, qu’ils se battent pour aller à l’université malgré les préjugés racistes qu’elle a aussi vécu.

J’ai aussi lu un livre marquant : un recueil de biographies Génération Rosa Parks d’Anniel Hatton, pasteure baptiste. Dans ce livre, j’ai été saisie par les pressions terribles vécues par les jeunes filles dans les universités blanches comme si elles braquaient une banque alors qu’elles avaient le droit de les intégrer. Ou encore comment un médecin s’était permis de stériliser une femme noire comme un animal de compagnie.

Je vous recommande l’album de Matt Marvane qui s’appelle Noirs et Blancs, il est universel et interconfessionnel.

Enfin, je suis assez impressionnée par les déboulonnements de statues de colonialistes encensés par l’Histoire et assez favorable à débaptiser des rues. Cela rappelle la chute du mur de Berlin quand on déboulonnait les statues soviétiques, qui cristallisaient les souffrances des gens.

Un jour, dans la librairie où je travaille, une dame m’a dit qu’elle s’appelait Madame Sexe, un nom donné par le maître blanc à ses ancêtres pour les humilier. Et ça, ça craint ! Beaucoup plus que les emballages marketing de Banania ou d’ Uncle Ben’s à mon avis.

Les derniers articles du blog dans le domaine cinéma et séries :

Mes premières fois de Netflix : l’amitié au lycée

Sur Netflix, Virgin river, source de reconstruction émotionnelle

Mes coups de coeur Netflix de ce printemps

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.