Les contenus du mois de novembre

Mon plan with me de Novembre

En novembre, j’ai décoré mon bullet journal d’un mug bien fumant de chocolat chaud, inspiré par les dessins d’Alain Auderset. J’ai dessiné un coffee shop inspiré par le compte Instagram de Sarah Eliz et j’ai beaucoup blogué.

Le 1er novembre, j’avais envie de continuer mon été avec des photos de Bulgarie : des livres comme sculptures publiques et des châteaux de sable de la plage de Bourgas.

Ensuite, j’ai voulu chroniquer le film Rebecca que j’ai vu sur Netflix. J’adore les adaptations littéraires au cinéma. Ce roman gothique m’a beaucoup questionnée sur la manière dont il cautionne le meurtre au nom de l’amour et de la passion amoureuse. Un écho au procès Daval qui a eu lieu ce mois-ci…

Cr. KERRY BROWN/NETFLIX

Complètement dépitée de ne pas avoir pu voir l’exposition Chanel au palais Galliéra avec ma copine Alix, j’ai épluché son dossier de presse pour vous donner envie d’y aller, un fois dé confinés.

J’ai bien aimé la présentation virtuelle de l’exposition sur Facebook un samedi soir, c’était bien agréable.

Puis, j’ai inauguré un billet qui se veut drôle et plein d’autodérision sur toutes les situations nouvelles et cocasses que nous vivons en tant que jeunes parents depuis bientôt deux ans. Je l’ai intitulée Les déboires d’une mère moderne. L’épisode 1 s’intitule Des gigoteuses à la pelle, le second est consacré au sommeil et comment prendre ses quarts comme un marin du Vendée globe.

On visite beaucoup Netflix en confinement, ça distrait cinq minutes mais les écrans à haute dose = sinistrose. J’ai voulu vous lister mes dix meilleures découvertes Netflix depuis trois ans et vous donner mes impressions sur la saison 4 de The crown que j’ai engloutie en moins d’une semaine.

Rien de meilleur qu’un bon livre ou une bonne promenade dehors. Je compte bien vous chroniquer davantage de livres le mois prochain comme les bibliothèques et les libraires réouvrent (youhou, danse de la joie !).

Le mois de novembre se termine sur une note solidaire. Je vous raconte ma journée en tant que bénévole aux Soupes de Belleville. Une journée extraordinaire qui m’a rassurée sur la qualité des relations humaines malgré Coco le virus et la pauvreté.

Et enfin,je vous prépare à Noël avec un bon feel good movie des familles : L’ascension avec Ahmed Sylla, adaptation de l’histoire vraie de Nadir Dendoune. Ce banlieusard de la Courneuve s’attaque à l’ascension de l’Everest en autodidacte. Il le raconte dans son livre Un tocard sur le toit du monde !

Copyright Mars films

J’ai déjà bien avancé mes publications pour le mois de décembre (visiblement le confinement m’inspire pour bloguer…

Au programme : calendrier de l’Avent inversé, sortie de l’autobiographie d’Alain Auderset sous forme de roman graphique, on parlera déménagement et décoration intérieure….Tout sauf du coronavirus qui ferait bien de se faire oublier en 2021.

Je tiens pour vous le feel-good de Noël 2020 : le film L’ascension sur Netflix

Copyright Mars Films

Hier soir, nous avons regardé un superbe film avec mon mari. Il faut dire que nous n’avons pas du tout les mêmes goûts cinématographiques et que je m’ennuie vite devant un film, le format des séries m’intéresse beaucoup plus.

C’est une adaptation d’un livre que je recommande souvent dans la box littéraire Kube à laquelle je collabore. Le livre s’appelle Un tocard sur le toit du monde de Nadir Dendoune, édité par Pocket.

C’est un vrai feel good encore plus enchanteur qu’il est tiré d’histoire vraie. Il montre la Seine Saint-Denis sous un tout autre jour. Nadir Dendoune est joué par Ahmed Sylla, qui interprète Samy un jeune sénégalais qui prend au mot une fille. Il va gravir l’Everest pour conquérir son cœur. Le romantisme éxiste encore au 21eme siècle.

C’est un très beau film, joué avec brio par tous les acteurs, que ce soit les premiers comme les seconds rôles. Mention spéciale à Jeff, le guide d’alpinisme de Samy et Johnny, son sherpa népalais. Ils se rendent rapidement de l’imposture du garçon mais ils vont l’aider à conquérir son but.

Copyright Mars Films

J’ai vraiment bien aimé les scènes où Samy lit un roman à l’eau de rose à Johnny, son sherpa, un deal entre eux pour que le jeune Népalais lui apprenne à se servir d’un piolet et des crampons.

Tous les dialogues sont de qualité, pas de vulgarité inutile ou de blagues graveleuses, place aux sentiments et aux apprentissages. Le héros du film a une forme de candeur qui attendrit les spectateurs : quand il amadoue un yack avec des Krema.

C’est même un film avec du suspens parce qu’on veut qu’il réussisse son défi avec tous ceux qui le soutiennent.

Le message de ce film est qu’on peut bousculer les idées reçues, faire mentir les stéréotypes que les jeunes de banlieue ne vont pas plus loin que leur canapé en bas de la cité des 4000. Samy a d’ailleurs une jolie famille avec des parents qui s’aiment et qui le soutiennent.

Ce film est aux antipodes de La haine, il se moque gentiment des inégalités sociales et des idées reçues avec les trois copains de Samy qui ont quelques répliques bien choisies.

Copyright Mars Films

Ahmed Sylla est un jeune acteur fort talentueux, capable de porter tout un film sur ses épaules. Il a une bouille juvénile qui a l’air de plaire au cinéma français. Je l’ai découvert avec ce film et je vais le suivre attentivement. Le couple qu’il forme à l’écran avec Alice Belaïdi envoie du rêve mais elle fait plus âgée que son rôle je trouve.

Elle était vraiment drôle dans son dernier film Terrible jungle que j’ai vu en septembre. Elle jouait une cheffe de cartel vraiment peu distinguée, limite caricaturale.

Je vous recommande ce film si votre moral n’est pas au beau fixe. Vous avez bien le droit avec cette année particulièrement compliquée pour tous. Prenez soin de vous, lisez, matez des films. Votre imaginaire a le droit d’être nourri et encouragé !

Bénévole d’un jour aux Soupes de Belleville, le coeur des relations humaines

Pendant ce second confinement, j’avais plus de temps personnel pour aider à une œuvre sociale. Informée de cette chouette initiative par la newsletter de mon église et son compte Instagram vivant et sympathique, j’ai rejoint cette aventure humaine pour un jour.

Je vais bientôt reprendre mon travail mais j’ai bien envie de retourner aider tellement j’ai été encouragée par l’ambiance fraternelle de l’endroit.

Cette initiative solidaire est née de la collaboration entre un pasteur, un restaurateur et un poète. Les soupes sont préparées dans les locaux de l’église protestante-unie de Belleville en collaboration avec le cabaret Culture rapide et le restaurant Les bols d’Antoine.

La Mission évangélique envers les sans-logis est aussi partenaire de cette opération. Vous pouvez la soutenir en participant à la cagnotte solidaire ici. La Mission évangélique envers les sans-logis a servi cette année près de 40 000 repas.

Copyright Philippe Labrosse

J’arrive sur la place Fréhel, il y a explication un peu musclée inévitable sur le port du masque de la part du propriétaire de la terrasse qui accueille Les soupes de Belleville. Ce sera la seule petite tension vite oubliée de la journée. Les gens sont très coopératifs dans le port du masque et du gel hydroalcoolique sur les mains.

C’est ma première tâche de la journée : sensibilisation aux gestes barrières obligatoires. Même avec tous ces inconvénients de la distanciation sociale : la solidarité, la reconnaissance, les remerciements surpassent tout et ça fait un bien fou !

J’ai dû parler avec une quarantaine de personnes du quartier, tous milieux sociaux confondus. Ce n’est pas la soupe populaire de l’Armée du Salut ou les Restos du cœur (tellement indispensables).

Il y a eu une vraie mixité sociale parmi les 120 personnes à qui nous avons servi une soupe : deux policières de la mairie, des jeunes actifs du quartier, des sans-abris ou des personnes précaires.

Cela serait mesquin de raisonner comme des rats à se dire, il est gonflé lui de venir se servir gratuitement alors qu’il a les moyens. C’est même contre-productif car les gens qui ont vraiment besoin de manger sautent le pas en se fondant dans la masse. L’anonymat a du bon.

Certains avaient besoin de parler comme ce monsieur de 76 ans qui m’a dit qu’il touchait une retraite de 1000€ et payait un loyer de 800 € ou encore cette dame qui racontait qu’elle ne voulait pas aller aux Restos du cœur à cause des bagarres. D’autres en partant, ont lâché le gros mot : en confiant « avoir honte » de ne pas s’en sortir.

Je me suis vraiment sentie honorée par ces gens soucieux mais d’une politesse et d’une reconnaissance incroyable. Même quand ils avaient peu sur le dos et pas grand chose de plus dans le ventre, j’ai été touchée par leurs remerciements en partant. Moi aussi, j’ai mangé sur la place avec ces soupes vraiment trop bonnes.

Cela m’a réconciliée avec la soupe. J’ai passé quatre heures dehors, j’ai mangé sur un petit muret en béton et je peux dire que passer une demi-journée dehors en hiver c’est du sport ! Total respect à ceux qui sont dans la rue depuis des années.

C’est important pour le moral que ces soupes soient préparées par des restaurateurs. On se sent tous privilégiés et vraiment c’était très nutritifs. Cela me donne bien envie de me rendre dans le restaurant Les bols d’Antoine dès que ça sera possible. Cette excellente soupe a réunit des gens qui ne se rencontreraient jamais en temps normal autour d’un moment réconfortant, une sorte de communion pour cette année vraiment difficile pour tous et toutes.

Logo de Benoit Jeay

Je devais aider en tant que brigade volante c’est à dire faire des maraudes, coller des affiches, recueillir des denrées dans le quartier. L’organisation de la journée en a décidé autrement mais c’était aussi bien. J’ai aidé une équipe de cinq bénévoles : quatre femmes de mon âge et un référent très sympa, ancien restaurateur.

Nous avons dans l’ensemble du même âge, habitons dans le même coin un peu bobo du 20eme arrondissement et pourtant, nous sommes tous fragilisés par l’inquiétude pour nos emplois alors que l’an dernier, ces préoccupations nous passaient au dessus de la tête. Ces bénévoles formidables m’ont tous confié la même chose : la difficulté de se sentir inactifs chez eux alors que ce sont tous des Parisiens bien occupés le restant de l’année.

J’ai aidé à l’accueil des gens entre midi et 15heures 30. Ma journée s’est terminée par le balayage de la place (qu’est ce qu’on pollue même en faisant attention) et par la plonge de deux énormes marmites de soupe dans la cuisine du temple. Cela m’a rappelé mes jobs d’été sur le plateau ardéchois.

Mon église locale me manque beaucoup. Je suis ravie de m’être saisie de cette opportunité autorisée de m’y rendre pour faire une bonne action dans le quartier.

En rentrant, je me suis offert une bonne gaufre liégeoise au bar Le bariolé, rue Mélingue. Cette journée a été la meilleure de ce re confinement qui prend bientôt fin pour moi. Je me sens à la fois heureuse d’avoir été utile mais aussi soucieuse de la précarité dans notre pays en entendant toutes ces histoires de vie.

Pourquoi la saison 4 de The crown m’a éprouvée : beaucoup trop trash !

J’ai trouvé la saison 3 de The crown avec Olivia Colman dans le rôle de la reine Elisabeth II vraiment géniale. C’était bien joué, profond sur les thèmes de la foi, du devoir envers ses sujets, de l’émotion face à l’horreur d’un éboulement minier à Aberfan en 1966

J’attendais donc la saison 4 avec impatience mais aussi avec appréhension car je savais que cette saison serait trash avec l’entrée en scène de Lady Diana et de Margaret Thatcher.

Si vous avez vraiment besoin de vous changer les idées en cette fin d’année 2020 particulièrement morose, passez votre chemin, la saison 4 de The Crown va vous plomber l’imaginaire.

Cette saison comporte dix épisodes. Cela commence avec l’attentat terroriste de l’IRA contre Lord Mountbatten, l’oncle du prince Philippe et dernier vice-roi des Indes qui organisa la partition de l’Inde. Tout au long de cette saison, je me suis intéressée à la relation complexe entre la reine et Margaret Thatcher.

Elles ont le même âge mais viennent de milieux totalement opposés et cela les conduit à se montrer méfiantes l’une envers l’autre. Lady Diana est une aristocrate mais c’est un électron libre et joyeux qui va vite dynamiter le système pour sauver sa santé mentale.

Helena Bonham Carter- Copyright Netflix

La terre entière connaît cette histoire du couple princier malheureux, englué dans ce mariage filmé en Mondovision . Cela me rappelle un mauvais téléfilm de M6 où l’actrice qui joue Diana se jette de désespoir dans l’escalier. Le pire exemple de mariage qui dégoutera des générations de jeunes.

Je compatis vraiment à l’enfance et l’adolescence vraiment malmenée de William et Harry Windsor entre une notoriété incontrôlable, des parents qui se déchirent et un protocole complètement rigide, il y a de quoi péter les plombs tout nu à Las Vegas (je m’égare).

Copyright Netflix

La santé mentale est le thème majeur de cette nouvelle saison de The crown. Elle sensibilise les spectateurs de la série aux dégâts des troubles alimentaires par des scènes de boulimie assez trash. C’est très choquant mais sans doute efficace.

Tous souffrent dans leur coin : la princesse Anne et son mariage malheureux, le prince Charles non considéré par sa famille, la princesse Diana livrée en pâture dans l’arène des médias ou encore la princesse Margaret écartée des activités de la Couronne brutalement…

Ceux qui tiennent le coup : la reine-mère, la reine et son mari le prince Philipp sont de sacrés handicapés émotionnels. On aurait envie de les secouer comme des pruniers pour qu’ils soient un plus empathiques.

Alors je me suis demandée qu’est-ce que la saison 4 de The crown va bien pouvoir nous apporter de nouveau ?

J’ai apprécié véritablement deux épisodes de la série. Celui intitulé Fagan. C’est le nom d’un peintre décorateur londonien au chômage qui s’introduit dans la chambre de la reine une nuit. Désespéré par la politique de Margaret Thatcher, il vient crier son désespoir à la reine.

J’ai aimé cet échange humain, l’un des points d’orgue de cette saison. La reine se soucie de ses sujets alors que la Première ministre ne voit que des chiffres et des bilans comptables. A la fin de l’épisode, la reine prône une économie morale face au libéralisme sauvage et têtu de la Dame de fer.

Copyright Netflix

J’ai aussi beaucoup apprécié l’épisode 48 contre 1. Il raconte comment la reine a rompu avec son principe de neutralité politique en désavouant publiquement l’attitude la Première ministre qui refusait de sanctionner l’apartheid en Afrique du Sud pour intérêts économiques.

L’Histoire donnera raison à la reine puisque Nelson Mandela indiquera que les sanctions du Commonwealth ont aidé à y mettre fin. Mais la reine y a perdu des plumes et a fait preuve d’un sacré manque de courage en faisant porter le chapeau à son responsable presse. L’épisode le plus magistral de la saison.

Copyright Netflix

La reine est la grande héroïne de cette série. J’admire son sens du devoir, son élégance et son intelligence. Mais dans la saison 4 de The Crown, elle commence à être complètement à coté de ses pompes. Elle comprend mal ses enfants pour le peu de temps qu’elle passe à entretenir des relations avec eux et elle semble totalement hors du temps dans sa bulle aristocratique.

Elle ne connaît pas la musique de Billy Joël et n’est pas la meilleure des hôtesses pour ses invités à Balmoral. Dans son château à la campagne, on lui donnerait bien la médaille d’or des rustres.

Le couple formé par Margaret Thatcher et son mari Denis semble beaucoup plus uni et complice, même si Margaret est une bourreau de travail qui ne se distrait jamais. Elle reçoit ses conseillers à sa table en les servant elle même. Le chef du gouvernement écoute son équipe en tablier à la cuisine.

Copyright Netflix

Margaret Thatcher est énervante au possible mais elle est beaucoup plus moderne que la reine. Elle assume pleinement qui elle est : la fille de l’épicier et le revendique à toutes les sauces. Elle m’a vraiment choquée par son discours volontariste et élitiste : »Marche ou crève » mais c’est de loin le personnage le plus fascinant de cette saison.

Cela me donne bien envie de revoir le biopic La dame de fer avec mon actrice fétiche Meryl Streep.

L’autre personnage fascinant est bien entendu Lady Diana, superbement joué par Emma Corrin. Un rôle pas facile tant la pression était forte sur les épaules de cette jeune actrice anglaise, aux faux airs de Jodie Foster.

The crown fait réfléchir à beaucoup de sujets notamment à la notoriété subite de cette Lady Diana. Elle est malheureuse dans son couple et sa belle-famille, le monde entier l’adule. La suite de l’histoire nous a montré que cela n’a pas suffit à la consoler, la rendre pleinement heureuse.

Copyright Netflix

Je me souviens d’un reportage où l’on constatait l’acharnement médiatique dont elle a fait l’objet après son divorce. De quoi basculer dans la folie. J’admire l’action de ses fils d’intenter des procès contre les journaux qui ont provoqué la mort de leur mère, directement ou indirectement.

Le prince Harry a été courageux de faire des sacrifices pour protéger la santé mentale de sa femme Meghan en quittant sa famille. Même si cela a été fait maladroitement sur Instagram, c’était une belle preuve d’amour.

Meghan comme Diana il y a quarante ans, ont considérablement ringardisé la famille royale qui vit comme des rentiers avec leurs visites officielles d’apparat. Au 21eme siècle, on fait fortune sur son travail, son labeur et non pas sur son sang, sa lignée royale. L’épisode 7 : Principe non-héréditaire est d’ailleurs particulièrement révoltant .

Les thèmes de la saison 4 sont particulièrement sinistres : pas bien funky les années 1980 en Angleterre. Heureusement la bande-originale est là pour donner un peu de gaieté et de joie dans les épisodes.

La musique a une grande place dans la série pour donner une intensité dramatique aux évènements historiques ou privés en train de se jouer.

J’aime beaucoup quand le scénariste Peter Morgan a recours aux chansons populaires de l’époque : la princesse Anne qui chante un standard de l’époque dans sa voiture, Lady Diana qui sort avec ses copines pour son enterrement de vie de jeune fille qui sert aussi d’adieux à sa vie civile ou encore David Bowie qui accompagne les nuits d’ivresse de la princesse Margaret.

Pour conclure, The crown est une série qui montre avant tout les rouages de la monarchie et de l’aristocratie anglaise. Au fil des saisons, on voit ce système de castes devenir de plus en plus déconnecté des réalités sociétales et économiques que vit le Royaume-Uni, qui n’est plus un empire colonial comme d’antan.

Cette saison 4 je l’ai regardé en moins d’une semaine mais avec un goût amer et désagréable tant les relations humaines qu’elles soient familiales, conjugales ou hiérarchiques sont malmenées. C’est peu dire que ce n’est pas l’exemple dont nous avons besoin en ce moment avec ce foutu Coco le virus.

Je préfère de loin la solidarité des sœurs et des sages-femmes de Call the midwife ou rigoler un bon coup avec Le journal de Bridget Jones, Coup de foudre à Nothing Hill ou encore Love actually.

Mes précédents articles qui parlent de l’Angleterre :

-Un roman aussi dépaysant qu’un trajet en Eurostar

– Un guide touristique pour aller découvrir Londres : London out of the box, éditions Les Arènes

Mes 10 meilleures découvertes sur Netflix

Les déboires d’une mère moderne #2 : dormir comme un marin du Vendée globe.

« Bougres de faux jetons à la sauce tartare. Coloquinte à la graisse de hérisson…  » voilà les doux mots empruntés au capitaine Haddock que j’aimerai dire à tous les bien-pensants qui donnent des injonctions aux nouveaux parents. Ils écrivent même des livres avec des grands mots idiots comme « jamais » et « toujours ».

Je raffole des livres spécialisés écrits par Boris Cyrulnik, Marcel Rufo, Françoise Dolto et autres… Mon livre favori est Bébé made in France écrit par Pamela Druckerman, une journaliste américaine qui vit à Paris. J’aime quand ces livres racontent des expériences personnelles, uniques. Pas quand on donne le mode d’emploi universel d’un enfant. Nous ne sommes pas des robots et nous n’en enfantons pas non plus.

Je me suis galéré pendant une bonne année avec les siestes de ma fille, car j’ai suivi scrupuleusement les conseils des livres éducatifs de ne pas fermer les rideaux en journée. De peur que les bébés confondent le jour et la nuit !

Une de mes copines qui est médecin, Marie, a pris l’initiative chez moi de tirer les rideaux chez moi pour la sieste de ma fille. En mon for intérieur, j’ai hurlé : « Il ne faut pas faire ça malheureuse !!! ».

Mais étonnamment, ma fille a dormi bien plus longtemps que d’habitude ce jour là. Sauf que j’ai attendu huit mois et tout un confinement pour mettre en place cette méthode formidable.

J’ai revu Marie il y a peu de temps et elle m’a affirmé que les petits étaient saturés de luminosité dans la journée et que certains avaient besoin du noir complet pour bien s’endormir.

Certains ont besoin d’être rassurés pour s’endormir, d’autres non. Il n’y a pas de règles radicales : le cododo c’est très nocif, tu vas en faire des dépendants à vie, bla bla bla… Au lieu d’enrager et de culpabiliser inutilement, notez les situations et phrases les plus bêtes entendues et vécues dans votre bullet journal pour rire… des autres !

Moi, c’est une mamie délurée qui s’est mise à bercer ma fille au Monoprix et qui a fui en courant quand ma fille s’est mise à hurler. C’était tellement absurde et ridicule que j’ai éclaté de rire.

Le bullet journal rédigé pour mon premier enfant

Comme dit ma mère : »le sommeil, c’est le nerf de la guerre« . Quand j’étais enceinte, j’ai demandé à Dieu dans mes prières que ma fille prenne vite le pli de bien dormir. Il m’a exaucée mais j’ai aussi mis en place une discipline personnelle. Je me couchais à 21 heures pour prendre mon quart de marin vers deux heures du matin.

Cinq heures de sommeil d’affilée quand on vient d’avoir un bébé, ça commence à devenir intéressant non?.

Je voulais faire ma maline avec des blagues marrantes parce que chez nous, le sommeil a rapidement été de qualité pour tout le monde dès les trois premiers mois de ma fille. Mais ce sont aussi des situations de vie quotidiennement pesantes pour un grand nombre de familles, surtout quand il y a plusieurs enfants.

Alors, si tu te sens en rage comme la mère dinosaure de ma bannière de ne pas bien dormir depuis des semaines et d’être sans cesse fatiguée, je t’invite à aller faire un tour sur le blog Fabuleuses au foyer (moi je suis fabuleuse à la caisse !) pour y lire les articles de Rebecca Dernelle-Fisher, un peu plus finauds que les miens !

D’autres articles dans le même genre parentalité sur le blog Le bal littéraire des sardines :

-Les déboires d’une mère moderne #1 : des gigoteuses à la pelle

Décorer une chambre de bébé sur le thème de la forêt

La playlist de ma fille : Une chanson douce d’ Henri Salvador

Mes 10 meilleures découvertes sur Netflix

Il y a trois ans maintenant, j’ai demandé à mon mari le meilleur cadeau de Noël qui soit : un abonnement à Netflix. J’étais épuisée par la frénésie de la routine parisienne et je manquais de temps pour aller au cinéma.

Par la suite, ce cadeau a vraiment été un précieux réconfort pour oublier mes brûlures d’estomac pendant ma grossesse ainsi que mon manque de vie sociale à la naissance de notre fille. Vous êtes coincé pendant toute l’après midi pour la sieste : hop un épisode de quarante minutes d’une série, puis un autre et vous arrivez enfin à vous distraire. C’est futile mais ça aide beaucoup.

Je reconnais que Netflix fait du tort aux salles de cinéma et que ce n’est pas Byzance de regarder des films sur un écran d’ordinateur à la longue. Mais c’est un bon remède contre la morosité quand on n’a pas le temps de se détendre devant un bon film d’ordinaire.

Sur Netflix, je suis une spectatrice très pointue : j’aime avant tout les séries pour leur structure narrative bien plus efficace qu’un long film. Je pense qu’il y a une école Netflix dans l’écriture des scénarios pour que ça soit aussi addictif. Mes parents sont des très bons clients pour regarder une saison en une soirée.

Mes séries favorites :

Je ne regarde que des séries anglaises ou américaines sous-titrées en français. J’aime particulièrement les séries historiques, mes préférées sont celles qui se passent en Angleterre ou aux Etats-Unis. Enfin, il faut que j’ai un sérieux coup de coeur pour les personnages principaux pour les suivre pendant huit à dix épisodes.

Les séries historiques :

The crown est de très loin ma série historique favorite. Elle décrit un règne inégalé en Europe d’une jeune fille qui a été contrainte de monter sur le trône à la suite de son père à cause des histoires de fesses de son oncle. Une très belle fresque historique du 20eme siècle qui me passionne et m’apprend beaucoup de choses. Certains aspects du protocole encore en vigueur en 2020 me laissent dubitative. A l’ère des réseaux sociaux, comment la Couronne va t’elle se réinventer pour rattraper dans son giron Meghan et Harry ?

Bon, si les accouchements ça vous blase, passez votre chemin car il y en a à tous les épisodes de Call the midwife ! J’ai regardé les quatre premières saisons de cette série adaptée de l’autobiographie de Jenny Lee (la troisième en partant de la gauche sur la photo) pendant ma grossesse. Et cette série m’a aidée à vraiment vaincre mes peurs ! J’ai aimé les problématiques sociales rencontrées par cette équipe de sages-femmes au sein d’une maternité dirigée par des amours de religieuses dans un quartier pauvre et dangereux de Londres, dans les années 1950, en plein baby-boom. Cette série parle de la foi tout simplement !

Self made est un biopic en quatre épisodes d’une self made woman : Madam CJ Walker qui a réussit à monter un empire industriel dans les années 1920 à Saint-Louis pour toutes les femmes noires qui avaient des soucis pour embellir leur chevelure.

J’ai bien aimé le dernier épisode qui raconte l’apogée de sa carrière mais j’ai été déçue par la noirceur de l’ensemble des personnages prêts à tous les mauvais coups pour s’enrichir. J’aime passionnément le jeu d’Octavia Spencer mais cette série ne fut pas un agréable moment de cinéma.

Les séries contemporaines :

Des séries comiques et caustiques qui se moquent des artifices de la société moderne.

Grace and Frankie

Les quatre acteurs principaux ont tous plus de soixante-dix ans, ça cause cancer de la prostate, handicap musculaire à se hisser des toilettes, arthrose qui gène pour utiliser un sex-toy…. Bien sûr à chaque problème sa solution, Grace and Frankie sont deux femmes qui aiment entreprendre et proposer des produits iconoclastes aux vieilles personnes friquées en Californie.

En un mot, j’aime cette série car elle s’attache aux relations humaines et file un joli pied de nez au jeunisme ambiant. Je me rends compte que les personnes âgées sont vraiment mieux valorisées au cinéma aux Etats-Unis qu’en France.

Turn up Charlie

C’est une série assez gonflée et très contemporaine qui joue sur l’inversion totale des rôles. Avec Turn up Charlie, ce sont les femmes qui ont le pouvoir. Sara a plus de notoriété et d’argent que David, son mari. C’est grâce à elle que Charlie pourrait relancer sa carrière.

J’ai beaucoup aimé la manière dont cette série se moque des artifices du monde de la nuit et la notoriété qui fait perdre le Nord à Sara et David. Charlie et sa tante Lydia avec ses proverbes bibliques ont beaucoup plus les pieds sur terre et apporteront de la stabilité affective à une petite fille qui doit déposer ses bagages aux quatre coins du globes en fonction des tournages de son père ou des concerts de sa mère.

Des séries qui abordent des thématiques profondes : le deuil, la construction de l’identité…

Virgin River

Cette série se repose beaucoup sur les deux personnages principaux, Mel et Jack, qui jouent vraiment très bien, comme l’ensemble des acteurs de cette série. Mention spéciale à l’actrice principale que je ne connaissais pas et qui est tout sauf une nunuche.

Je vous recommande cette série qui traite avec finesse et tact des thématiques douloureuses comme le choc post-traumatique des soldats, le deuil d’un enfant, le syndrome du sauveur d’une grande sœur ou encore la culpabilité d’un sergent quand on est responsable de jeunes enrôlés…

Atypical

J’aime beaucoup cette série qui questionne notre normalité au fond. Je trouve ridicule cette polémique, née du fait que l’acteur principal ne soit pas lui même autiste. Cela lui donne encore plus de mérite, il porte toute la série sur ses épaules.

Mention spéciale à Zahid, le meilleur ami de Sam qui est totalement barré et qui me fait mourir de rire..

L’équivalent en fille de Zahid, c’est Devi de la série Mes premières fois. C’est rare de voir un tel personnage de lycéenne dans une série : elle pique des crises contre ses copines et sa maman, elle jure et casse des trucs. La seule qui arrive à la canaliser est sa thérapeute contre qui elle peut être une adolescente normale alors que sa mère essaie de la brider. J’ai vraiment envie de revoir cette série qui traite de l’amitié au lycée entre garçons et filles, comment gérer son impopularité parmi ses pairs à l’ère des réseaux sociaux. Beaucoup plus profond que son titre un peu ne l’indique !

Des séries où règne la superficialité, mais ça a aussi du bon.

A l’ombre des magnolias

Je n’ai pas chroniqué cette série sur mon blog car je la trouve assez caricaturale. Elle montre un perfectionnisme américain qui m’énerve un peu : toute la petite ville idéale (Serenity qu’elle s’appelle) réunie autour de son équipe de baseball, le bal de promo, les pom-pom girls et tout le flon-flon… Les portraits psychologiques ne sont pas assez subtils pour moi à l’exception du personnage principal Maddie. C’est tout de même une série agréable à suivre avec ses cocktails et son spa monté par trois amies d’enfance. Mais il ne faut pas en attendre beaucoup. Les lycéens d’Atypical et de Mes premières fois sont beaucoup plus subtils.

Zéro pointé pour Emily in Paris. C’est la grosse déception de cet automne. Une série creuse bourrée de clichés, caricaturale à l’excès. L’actrice principale est antipathique et mal fagotée alors que l’intérêt de la série c’est de voir de belles sapes. Les personnages français se parlent en anglais et jouent assez mal. C’est dommage car le thème (le fossé culturel entre Français et Américains) était intéressant.

Les films

Je ne regarde pas beaucoup de films sur Netflix car il y a beaucoup de vieilles gloires héritées des vidéos-club des années 2000. Mais je tombe aussi sur de belles pépites qui valent la peine d’être signalées ici.

Dernièrement, j’ai vu Rebecca, l’adaptation cinématographique du célèbre roman gothique de Daphné du Maurier avec Lily James, Armie Hammer et Kristin Scott Thomas. Bon, j’avoue certaines scènes étaient tellement glauques que j’ai vu le film en accéléré mais je me suis bien détendue avec ce film qui montre les hôtels de Monte-Carlo et la Riviera dans les années 1920. Cela m’a donné envie de lire le roman ainsi que la biographie de l’auteure. Merci Netflix pour toutes ces découvertes !

Crédits Kerry Brown for Netflix

Les déboires d’une mère moderne #1 : des gigoteuses à la pelle

Dans ce blog, j’ai envie d’inaugurer un nouveau billet, un pastiche un peu comique et moins plaintif de #parent épuisé. Il m’ est souvent arrivé au cours de ces deux premières années en étant que parent à me retrouver dans des situations cocasses, amplifiées par la fatigue et les réveils aux aurores. Je les ai notées fidèlement dans mon bullet journal mais j’ai voulu en rire avec vous.

Bien contente de moi d’avoir passé le cap des trois biberons nocturnes et des dents, nous nous attaquons avec mon cher et tendre à la face nord de l’iceberg : les deux ans de la jeune demoiselle intrépide. Le mois dernier, après avoir entendu plus de 1500 fois un NON retentissant, un petit D’ACCORD susurré un matin m’a apporté autant de douceur qu’un bonbon sucré.

En ce moment, nous sommes en quête de LA GIGOTEUSE qui apportera à toute la famille sommeil et félicité ! J’en rajoute des tonnes : ma fille dort bien dix heures par nuit, mais le réveil à 6 heures du matin, ça pique les yeux.

La robe de soirée de ma fille

Erreur de débutante, j’ai bazardé toute la collection de gigoteuses que ma grande Amie Vic m’a léguée dans sa grande bonté et affection. Quand j’attendais ma fille, je ne comprenais pas pourquoi il y en avait de toutes les tailles et de toutes les matières. J’en ai gardé trois pour la maternité et le premier mois à la maison.

Et surtout que je ne savais pas jusqu’à quel âge ces petits mammifères les utilisaient. Pour ma fille, la gigoteuse est indispensable pour se tenir à carreaux dans son lit et elle lui sert aussi de doudou. Je ne l’ai lu dans aucun livre spécialisé, c’est elle qui me l’a bien fait comprendre.

Pour aller dans le sens de ce brave Winnicott, un tout-petit a besoin d’un objet transitionnel pour se séparer de vous : le fameux doudou.

Chez nous en hiver, c’est toujours la jungle tropicale depuis sa naissance. La faute à un chauffage collectif complètement absurde qui nous envoie 26 degrés dans les trous de nez la nuit. J’épluche donc les sites de vente en ligne qui vendent des tubulettes les plus fines possibles. Nous en avons acheté quatre qui proviennent des marques Lupilu, Hema, Kiabi et La Redoute. Sachant qu’une gigoteuse coûte en moyenne 20-30 euros…

Pariez donc sur la plus grande taille même si votre nouveau-né flotte dedans… C’est sans doute l’article le plus creux de toute ma blogographie (je viens d’inventer le mot) mais j’assume. La logistique quand on va devenir parents, cela peut devenir un vrai stress : manque de place, manque de moyens financiers, manque de compréhension à quoi ça sert aussi…

Un jour avec mon cher doudou, on en a eu bien marre d’avoir l’air de demeurés face au jargon de puériculture : les combi-pilotes, nids d’ange, cosy et tout le bazar… On a pris un papier et un crayon pour noter le matériel essentiel dont on avait besoin avec un bon replay de La maison des maternelles sur France 5.

Cela part d’une bonne intention mais c’est pas forcément très drôle quand votre entourage (futurs grands-parents, amis déjà parents et fiers de l’être) vous balancent des informations à digérer très vite.

Et surtout dernier conseil, n’allez pas dans un magasin de puériculture la fleur au fusil. Listez ce qu’il vous faut avant sinon les vendeurs vous croqueront à belles dents tel un bon perdreau de l’année. Les futurs parents c’est leur péché mignon !

Les derniers articles du Bal littéraire des sardines sur la parentalité :

Tenir un bullet journal de naissance de son premier enfant

Décorer une chambre de bébé sur le thème de la forêt

Les cinq albums jeunesse à placer dans leur coffre à jouets

Photo by Brina Blum on Unsplash

Le premier w-e déconfiné, je file voir l’exposition Chanel au palais Galliera

Vendredi 6 novembre, je devais visiter avec Alix (l’élégance montreuilloise faite femme, je le redis) l’exposition Gabrielle Chanel, un manifeste de mode au Palais Galliera. Emmanuel Macron en a décidé autrement le 29 octobre dernier alors nous obéissons.

Cela me laisse du temps pour éplucher le dossier de presse de cette exposition majeure qui marque la réouverture du palais Galliera.

Mais si ! vous connaissez cet endroit vu dans une scène du Diable s’habille en Prada. Il y a un chouette petit jardin public devant et une superbe vue sur la Tour Eiffel, de quoi épater Emily in Paris… J’y allais déjeuner le midi quand j’étais stagiaire chez l’éditeur d’art de luxe Citadelles et Mazenod (un super souvenir de ma vingtaine).

Droits réservés Le journal du luxe

C’était l’exposition phare de la rentrée, je vais scruter sa réouverture régulièrement. Je dois une grande partie de ma culture générale à ma mère : elle aime Klimt, les impressionnistes, Coco Chanel… Quand j’étais petite, j’avais bien envie de lui piquer son rouge à lèvres avec le monogramme CC qui me faisait de l’ oeil…

Gabrielle Chanel, c’est une orpheline partie de rien qui a monté un empire de la mode et du luxe grâce à ses idées géniales. Un peu comme Helena Rubinstein, la petite Polonaise devenue magnat des cosmétiques dans les années 1920 entre trois continents. Toutes les deux sont un peu mythomanes pour réécrire leur histoire personnelle comme cela les arrange.

Mais elles sont la preuve que même malgré les carcans et les embûches misogynes, des femmes ont réussi à entreprendre seules dans le monde des affaires au 20eme siècle.

Une marque mythique incarnée par sa fondatrice, la biographie d’une irrégulière.

Depuis que j’ai lu la biographie La splendeur des De Brunhoff, c’est peu dire que pour moi l’étoile de Coco a sérieusement pâli compte tenu son comportement inacceptable, collaborationniste et antisémite pendant l’Occupation. Mais j’admire la capacité de rebond de la couturière à relancer son entreprise en 1954 à plus de soixante-dix ans en réaction au New look de Christian Dior.

D’ailleurs, c’est tout le propos de cette exposition Gabrielle Chanel, manifeste de mode. On s’éloigne un peu de la femme en privé pour célébrer la créatrice géniale et ses innovations. J’en retiendrai trois dans cet article :

– le tailleur en tweed

– le sac matelassé 2.55

– le parfum Chanel numéro 5.

On reconnaît entre mille cette petite bouteille de parfum, géniale par son minimalisme, inspirée par une flasque de vodka d’un officier russe. C’est le parfum le plus vendu au monde. J’adore la scène tellement drôle des Visiteurs où les deux Moyen-âgeux renversent la bouteille entière de Chanel numéro 5 dans leur bain… C’est un signe extérieur de richesse de la bourgeoisie au niveau international…

Son succès vient du fort contraste entre la simplicité très épurée du contenant et le contenu qui envoie du lourd : plus de 80 composants dont le fameux ylang-ylang des jardins de Grasse et la rose de mai par exemple. Un petit spray de Chanel numéro 5 associé à un de ses tailleurs fétiches, vous pouvez partir conquérir le monde !

Cette veste de tailleur est de loin ma pièce de mode favorite. J’ai trouvé dans ma boutique favorite Quai 71 dans le Marais, une petite veste de la marque Osley d’inspiration Chanel qui m’a apporté grâce et standing dans bien des vernissages de salons du livre (trois au compteur max !).

Pour rien au monde je ne m’en séparerait, je compte même la léguer à ma petite fille. Une pièce de mode à la fois très simple dans sa forme et sophistiquée : les poches, les boutons de manchettes. Avec une veste Chanel, vous ferez bourgeoise sans doute mais ça ne sera jamais « mémérisant » comme dirait Christina Cordula. La magie de Chanel c’est d’habiller avec grâce les femmes de tous les âges.

D’ailleurs, les petites jeunes comme les petites pourries gâtées de Gossip Girl ou l’actrice de talent Lily-Rose Depp plébiscitent le sac matelassé Chanel 2.55 en cuir avec la petite chaînette dorée. J’en suis pas fan personnellement mais je comprend qu’il soit intemporel…

Voila, j’espère vous avoir donné envie d’aller voir cette exposition importante dès sa réouverture si elle a lieu : l’exposition devait durer du 1er octobre au 14 mars 2021. Elle présente un parcours en dix chapitres avec plus de 350 pièces venues du monde entier.

Cette exposition m’intéresse tout particulièrement car elle appelle à des souvenirs, des références culturelles qui nous font du bien en cette période incertaine où tous nos repères vacillent. Gabrielle Chanel c’est un exemple de réussite à la française malgré deux guerres mondiales et une enfance tout en bas de l’échelle sociale. Tout est possible !

Chanel contribue au rayonnement de la culture française dans le monde entier : le tailleur rose de Jackie Kennedy un jour tragique est devenu un vêtement iconique. Depuis plus d’un siècle, il y a une guéguerre entre les couturiers français et américains dont Chanel a remporté le trophée de nombreuses fois.

Peut- être même que la prochaine première dame américaine, la fameuse Flotus sera habillée par Chanel en janvier prochain ? Le style preppy de Melania Trump en Ralph Lauren c’était sympa mais il manque une petite touche de sophistication…

Retrouvez ici mes meilleurs articles autour de la mode et les expositions à Paris :

– La success story d’Helena Rubinstein racontée par Michèle Fitoussi

– La biographie d’une famille flamboyante du 20eme siècle : La splendeur des De Brunhoff

– Une exposition sur l’Exode parisien en 1940

Découvrir un classique de la littérature : Rebecca grâce à Netflix

Oui j’assume, c’est un peu la honte en tant que libraire de ne jamais avoir lu Rebecca de Daphné du Maurier. Il faut dire que je suis un peu bizarre pour les puristes : j’adore les adaptations littéraires au cinéma, cela me donne envie d’aller lire ensuite le livre.

Copyright Kerry Brown/Netflix

Pour mon premier jour de confinement vendredi, j’ai passé un très bon moment de cinéma, le casque et les boules Quiès vissés aux oreilles, pour oublier le marteau-piqueur contre la façade de mon immeuble toute la journée.

Je suis une très bonne cliente de l’équation gagnante : Lily James + adaptation littéraire + Angleterre des années 1920 + costumes d’époque + Monte Carlo… C’est mon actrice favorite de la série Downton Abbey. Elle joue vraiment très bien, avec naturel, sa blondeur se marie très bien aux costumes des années 1920.

Le résumé :

La première partie du film se situe dans un hôtel de luxe des années 1920 à Monte Carlo. Une jeune femme ravissante mais un brin timide tient le rôle de dame de compagnie auprès d’une vieille chouette anti-pathique au possible : Mme Van Hopper.

On ne connait pas le prénom de la jeune héroïne. Elle va devenir Mme de Winter, la nouvelle épouse d’un jeune veuf Maxim. Il va lui servir d’échappatoire à la vieille rombière, elle va lui redonner goût à la vie après la mort de sa femme, Rebecca.

Copyright Kerry Brown/Netflix

Il la ramène dans ses bagages, vers Manderley, un somptueux manoir en Cornouailles où les attendent toute une flopée de domestiques pour entretenir une pareille demeure dont la glaciale Mrs Danvers, l’ancienne dame de compagnie de Rebecca (ils ne sont pas bien futés dans le recrutement…). C’est peu dire que l’ombre de Rebecca planera sur ce remariage d’amour et d’entraide…

Mon avis :

Bien que je ne sois pas trop branchée thrillers et romans policiers, j’ai adoré ce film. La première partie du film à Monte-Carlo me donne très envie d’aller y faire un tour surtout depuis que j’ai vu quelques stories Instragram de Rayane Bensetti et Emmanuelle Rivassoux : les hôtels envoient du rêve, on se croirait vraiment à la Belle époque.

Ce n’était pas simple de dater l’époque de ce film tant les codes de l’aristocratie anglaise sont intemporels. Grâce au début du film sur la Riviera, on comprend que cela se déroule dans les années 1920 car la petite employée de maison porte des pantalons amples, des raquettes de tennis. Ils se baladent dans une très belle automobile… C’était un régal des yeux au niveau des costumes et des décors. Le film idéal pour oublier Coco le virus.

Copyright Kerry Brown/Netflix

Puis, ils regagnent l’Angleterre et les vieux codes aristo poussiéreux. Je n’arrive pas à deviner si la future Mme de Winter est américaine ou non. C’est un détail qui a son importance car entre Wallis Simpson et Meghan, les Américaines ne sont pas à la fête dans le pays d’Elisabeth II. On lui fait faire le tour du propriétaire et on se croirait back to the dix-huitième siècle quand Elisabeth Bennet visite la demeure de Mr Darcy à Pemberley. Même impression quand la nouvelle maîtresse de maison réorganise un nouveau bal costumé avec toute la bonne société du coin. Il faut dire qu’ils sont bien grotesques avec leurs perruques, leurs quadrilles et leurs menuets.

Mais Rebecca est bien un roman gothique publié en 1938 dans l’air de son temps. On apprend que Rebecca en faisait voir de toutes les couleurs à son mari aristocrate en y allant loin dans l’humiliation : adultère, indépendance de corps et de biens en conservant un loft à Londres. Lady Mary de Downton Abbey est une petite joueuse à côté d’elle…

Je m’attendais à un film sombre où l’on peint le jeune veuf comme un dangereux psychopathe qui attire une jeune innocente dans ses filets. Mais non, Rebecca est une belle histoire d’amour entre un homme et une femme qui comptent l’un sur l’autre pour s’en sortir.

Copyright Kerry Brown/Netflix

Rebecca est aussi un chef d’oeuvre du cinéma anglais réalisé par Alfred Hitchcock en 1940. Il lui apporta l’oscar du meilleur film. Dix ans plus tard, les studios Disney se servirent de la silhouette de Mrs Danvers pour créer la marâtre de Cendrillon. Un roman et un film iconiques !

Ma note : 4 sardines

Un film passionnant entre la Riviera et l’Angleterre des années 1920 avec des acteurs talentueux : Lily James et Armie Hammer. Les thématiques du roman m’ont bien fait cogité tout le week-end sur les transgressions que l’on peut faire au nom de la passion et de l’amour.

Est-ce que l’auteure du roman Daphné du Maurier justifie le geste meurtrier du mari poussé à la faute par une première épouse perverse?

Toutes ces questions m’encouragent à lire Manderley for ever de Tatiana de Rosnay pendant ce confinement !

Copyright Kerry Brown/Netflix

Mes coups de cœur films et séries anglaises sur Netflix :

– Mes pépites séries pour cet automne

– Last Christmas, chef d’oeuvre de la romcom

Au bout de trois saisons de The crown, on se connait mieux avec la reine

Pendant ce temps, c’est l’automne en Bulgarie

J’avais envie de commencer novembre avec un article bien plus léger.

La semaine dernière, Google mettait à l’honneur dans sa bannière de recherche l’ « inventeur » du yaourt, Stamen Grigorov, compatriote de mon mari.

Droits réservés Google

Né en Bulgarie en 1878, ce microbiologiste a vécu un tournant essentiel dans sa carrière vers 1905. Établi en Suisse, il découvre une bactérie qui permet la fermentation du lait et donc la production de yaourt. Ce valeureux chercheur a aussi participé à l’élaboration du vaccin BCG conçu par Calmette et Guérin, scientifiques français.

Le yaourt bulgare est un élément clé de la gastronomie des Balkans. Personnellement, son acidité au petit déjeuner me rebute un peu mais j’aime beaucoup m’en servir pour mon plat fétiche de l’été caniculaire : le tarator !

Photographie prise par ma tante Zakarina

Je vous propose aussi de vous évader de ce climat morose avec deux photos bien agréables : une sculpture de sable géante sur la plage de Bourgas et une installation contemporaine dans le centre-ville à coté de la librairie francophile Helikon.

Photographie prise par ma belle-mère Elena

Pour la petite histoire, c’est ma grande pote Alix qui ne connait pas du tout Bourgas qui m’a parlé de ces grands livres qui font office de bancs en Bulgarie. C’est peu dire que dans les villes d’Europe de l’est, ils sont balèzes dans le domaine de la sculpture publique : à Sofia par exemple.

Je vous laisse donc avec cette oeuvre qui montre l’importance de la lecture, meilleur rempart contre la morosité et les mentalités étriquées.

Je me réjouis de voir l’attachement des Français à la lecture pendant ce re-confinement et je vous invite à lire mon article que je qualifierai en toute prétention de « visionnaire » sur le click and collect en librairies.

Sans rire, il est temps d’être militant dans ses achats pour encourager l’économie dont on dépend, celle qui nous permet d’être soigné, protégé , enseigné à l’école ou grâce aux bibliothèques. Oubliez la bonne affaires sur A… ou A …. E…

Retrouvez ici mes meilleurs articles consacrés à la Bulgarie, mon pays par alliance !

Carnets de voyages urbains : Sofia

Mon top 5 des meilleurs parcs et jardins en Europe.