Réaliser un carnet de voyages pour fêter le déconfinement

Ces derniers temps, j’ai réalisé que ce que j’aimais le plus lire dans les blogs, c’était les vlogs et les carnets de voyages. Je ne m’ennuie jamais en compagnie de Léna situations sur Youtube. Cette fille talentueuse et bosseuse a un vrai don pour mettre en scène sa ville : Paris et ses voyages au quotidien avec des belles musiques et des montages audacieux.

C’est peu dire que les carnets de voyages n’avaient pas la côte dernièrement, cantonnés dans notre rayon géographique de dix kilomètres. Mais un bullet journal sert à aussi à planifier ses rêves : le week-end de Pentecôte, nous partons tous les trois à Trouville sur mer, je planifie un voyage chez mon frère et sa femme à Bern en Suisse cet automne…

J’ai eu l’occasion de me régaler à regarder les superbes livres photos de mon amie Mapu picchu notamment celui de Lisbonne, elle réalise de très belles cartes géographiques à l’aquarelle et achète des petites miniatures avec les drapeaux des pays. Quand on a parcouru une douzaine de pays dans le monde entier, c’est très beau cette unité de carnets. Moi j’ai réalisé que le livre photo numérique ce n’était pas mon truc, j’aime bien les petits collages artisanaux au stylo à bille.

Je me suis documentée sur le carnet de voyages à la bibliothèque notamment avec ce livre très synthétique : Carnets de voyages, mode d’emploi d’Antonia Neyrins, éditions Sepia.

Il explique que le carnet est un art métis et artisanal, à mi-chemin entre le livre d’artiste et le journal intime par un libre assemblage de mots et d’images : des croquis, des collages, des photographies…

La plupart de mes carnets de voyages sont dédiés à des villes d’Europe : je suis une citadine pur jus. Rien ne me réjouit plus que découvrir le métro de Budapest et sa sculpture publique, de voir comment les gens vivent au Portugal ou en Bulgarie : comment ils gardent leur identité nationale malgré la mondialisation culturelle…

Mon meilleur carnet est celui que j’ai fait à mon retour de Budapest : mon carnet en Europe centrale. Je l’ai acheté dans un petit magasin très casual : ils ont décoré leur vitrine avec une machine à écrire Hermès verte identique à la mienne, on allait être copains assurément.

Je considère aussi le temps du voyage comme un temps de récolte, où l’on profite du moment présent. On peut se documenter avant de partir (je le fais de plus en plus souvent comme j’adore ça) et prendre des notes sur le déroulé de ses journées au brouillon. Il ne faut pas trop trainer pour commencer son carnet de voyages une fois rentré chez soi. L’auteure du livre préconise de travailler rapidement à l’instinct pour ne pas perdre sa créativité et je suis parfaitement d’accord avec elle.

Le but d’un carnet de voyages est de conserver ses émotions, en activant ses cinq sens : visuels, tactiles, olfactifs… L’équilibre de la mise en page est primordial, le ressenti personnel prime sur les descriptions sans âme. Moi qui suis une véritable passionnée des collages, je me régale à récolter des étiquettes de fruits ou de boissons, des timbres, des étiquettes et des tickets.

Cette passion remonte à très loin : mes cinq ans. Quand on s’ennuyait pendant le temps calme l’été dans la caravane, ma mère nous a montré comment compiler ses souvenirs : des images de chevaux quand on est revenu de l’hippodrome de Deauville, des tickets d’entrée de musées…

Tout repose sur la qualité de votre matériel, je vous recommande des carnets Moleskine non lignés, au lourd grammage si vous voulez dessiner au feutre ou peindre à l’aquarelle ainsi que de la colle verte Scotch sans solvant (mon outil favori pour les collages).

Avec le déconfinement, j’ai plusieurs projets carnets de voyages plus ou moins immédiats : celui de Deauville Trouville : pour un énième week-end là-bas, j’ai encore des choses à raconter. Mais aussi reconquérir tous ces quartiers de Paris que j’ai dû oublier au fil de ces confinements…

Je me lance dans un vaste projet : compiler toutes mes bonnes adresses, celles où j’ai des souvenirs de mes quinze années de vie à Paris. J’ai acheté le carnet d’adresses Paris de Zoé de las Cases, éditions Hachette. Il est très bien fait mais je bloque : c’est trop plat les coloriages, moi j’aime les collages, le volume. Je n’aime plus colorier dans les cases, j’aime prendre mes aises avec la feuille de dessin…. Alors je le personnalise à ma sauce et je découvre de nouvelles adresses grâce à elle.

Je vais en dessiner des colonnes Morris ces prochains mois…. Affaire à suivre.

2 réflexions sur “Réaliser un carnet de voyages pour fêter le déconfinement

  1. Merci pour ce bel article, qui permet un peu d’évasion. J’aime bien l’idée même si personnellement pour l’instant je ne peux pas trop sortir. Et je viens de vérifier le livre « Carnet de voyage » est disponible en ligne sur la bibliothèque de chez moi (c’est génial !). J’adore vos idées, photos et découpages…
    A bientôt de découvrir le prochain carnet  » Deauville – Trouville ».

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.