Une virée en famille à la Cité des sciences pour sa réouverture

Ce week-end, nous recevions nos copains de Lyon avec leur petit gars qui a le même âge que notre fille. On a dû repousser plusieurs fois leur venue à cause de ce foutu covid. Cette fois-ci, c’était la bonne mais le beau temps n’était pas au rendez-vous. Peu importe, nous avons fait une super virée à deux familles à la Cité des sciences pour fêter sa réouverture.

Direction la Cité des enfants de 2 à 7 ans. Je l’avais visité avec mes parents et mon frère il y a une vingtaine d’années du côté des 7-12 ans et cela reste un souvenir d’enfance mémorable. Aussi bien que la tour Eiffel et le musée du Louvre. Depuis, la Cité a été rénovée et j’avais très envie d’y emmener ma petite fille un jour.

Les sciences n’ont jamais été ma tasse de thé mais ce type de musée de société a réussi le challenge de m’y intéresser.

Après un agréable trajet en RER E, nous débarquons dans le tout nouveau quartier Rosa Parks, pas très loin du canal Saint-Denis. J’ai pris un jour la navette fluviale pour aller au centre commercial Le millénaire à Aubervilliers.

J’ai beaucoup ce quartier depuis l’enfance quand mon papa nous a trouvé des supers romans jeunesse à la médiathèque de Valence. C’était une série sur un clochard qui s’appelait Claude Lapoigne, une série écrite par Thierry Jonquet, éditions Nathan. Cela m’a montré une autre réalité que celle du Paris touristique des cartes postales. Je pense que cette facette de Paris beaucoup plus populaire m’a aussi donné envie de venir vivre ici un jour.

La Cité des sciences de la Villette a à peu près mon âge, fondée en 1986, elle a repris les anciens abattoirs de la Villette pour les transformer en musée des sciences et des techniques. En 2019, plus de 2 300 000 visiteurs sont venus se cultiver en famille. Pour moi, la Cité des enfants est un lieu pédagogique très innovant, reconnu dans tout le pays.

Cela me donne bien envie d’aller regarder des vidéos de Jamy et Fred de C’est pas sorcier sur France 3.

Notre visite de la Cité des enfants avec une petite fille de deux ans révolus.

Beaucoup de familles pour un samedi matin 10 heures mais on était contents de notre visite. C’était important de faire les activités avec un autre enfant du même âge. Il y a sept sections toutes aussi intéressantes les unes que les autres. Pour répartir la foule, un monsieur nous a fait choisir un pion jaune pour aller à la section Je sais faire. Une directive que ma fille me repète cinq fois par jour quand je veux l’aider à mettre son manteau ou ses chaussures…

Ca démarrait fort avec des jeux en bois où il fallait lancer une balle et suivre son chemin. Un peu comme dans Fort Boyard… Carton plein avec les enfants qui ont tout de suite bien accroché avec l’animation. Mais c’était très frustrant de devoir leur dire d’arrêter leurs jeux pour continuer une autre section.

© E. Luider / EPPDCI

Cette première impression a été à l’image de toute cette visite très dense qui a duré une heure et demie. On a eu le temps de tout faire mais dans le bruit et avec beaucoup de monde. Ca piaillait, ça s’émerveillait, ça s’énervait quand ça marchait pas. C’était génial mais c’était trop d’émotions contradictoires. J’ai pensé que nous y étions allés trop tôt et que les impressions n’auraient pas été du tout les mêmes vers quatre ou cinq ans.

Je ne regrette pas du tout cette visite mais j’ai trouvé cela contre-productif de stimuler autant un enfant de deux ans avec autant d’activités tout en lui apprenant les codes sociaux dans un musée loin d’être désert ce jour-là. Moi même, j’étais sur-stimulée.

Je vous recommande la visite de ce lieu incontournable de la culture française mais en privilégiant une heure creuse en semaine. J’ai vraiment apprécié les jeux d’eau et ceux autour de l’air, des activités récurrentes de la Cité des enfants tout comme le chantier de travaux avec les grues, les brouettes et les moellons.

La dernière section se clôture avec un jeu sur les échelles de tailles : différentes chaises et vélos qui me rappelaient la poésie du conte Boucle d’or et les trois Ours. La visite se termine avec un spectacle d’une quinzaine de minutes qui sert à fluidifier les visites des visiteurs selon les différents créneaux. Le spectacle est de qualité mais on est tellement saturé de jeux et d’informations que nous avons bullé sur les sièges pour nous reposer.

Toutes les précautions sanitaires ont été prises par l’équipe de la Cité des sciences avec des mini-stylos tactiles pour toucher les écrans. Bravo à leur professionnalisme pour gérer un aussi grand nombre de visiteurs avec des messages vocaux pour inciter les visiteurs à changer de section en toute convivialité.

Le prix du billet d’entrée n’est pas donné : 12€ pour les adultes et 9€ pour les enfants. Espérons qu’une politique tarifaire adaptée soit proposée pour permettre aux familles modestes de venir de temps en temps.

Tout le monde était ravi de sa visite à la fin de la mâtinée, les gosses ont été sages comme des images, de vrais petits visiteurs de musée en herbe.

Le lendemain, comme la pluie continuait de se taper l’incruste, nous sommes allés au parc floral de Vincennes, ma nouvelle résidence secondaire dont je vous parlerai dans un prochain article !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.