Quand le tourisme atteint ses limites

Ca y est ! Les vacances sont là, les valises sont sorties ! La Bulgarie nous attend lundi soir ! Je les savoure d’autant plus que le mois de juillet a été très intense pour moi !

J’ai changé de boulot au pied levé et je m’attendais à profiter du 14 juillet en terrasse, de matins ensoleillés pour aller travailler. C’était plutôt la fête à la grenouille !

Nous avons voulu anticiper les vacances avec un chouette week-end de détente chez mon amie Véronique (merci, merci et merci !) qui a une superbe maison de pécheurs dans les environs de Fécamp. La Seine Maritime, c’est ma passion depuis l’enfance.

J’aime l’architecture des églises de villages, les maisons en brique et en silex, les fermes avec les fameuses vaches noires et blanches, la cuisine au beurre, les falaises… De loin, l’endroit que je préfère en France après Paris…

Mes grands-parents avaient une superbe maison en colombages noirs et blancs avec cascade, île et rivière à proximité de Criel sur mer, une plage de galets un peu anonyme mais inoubliable pour moi. J’ai retrouvé des endroits familiers dans le superbe livre de photographies de Raymond Depardon sur sa France périphérique aux éditions du Seuil.

La France de Depardon, éditions du Seuil

Ce qui est bien avec les plages de galets, c’est qu’il n’y a personne ou presque ! J’ai beaucoup de mal avec les plages de sable bondées du Sud de la France. J’aime la Normandie pour sa verdure et sa proximité en train avec Paris.

Nous avons pris le TER pour rejoindre Fécamp en deux heures et demie. Il y a un changement à Bréauté Beuzeville, une petite gare qui gère les navettes en bus vers Etretat. Deux bus sont venus chercher un grand nombre de touristes asiatiques un 1er août.

Il faut dire que les soixante-seize millions de fans du monde entier (j’en fais partie) de la série Lupin de Netflix ont accentué la popularité internationale d’Etretat ces deux dernières années. J’ai bien envie d’aller visiter le clos Lupin une prochaine fois.

Normandie tourisme : Le clos Lupin

Comme c’est le cas dans le parc national des calanques de Marseille, le sur-tourisme inquiète les autorités locales d’Etretat. Entre Marseille et Cassis, on utilise le marketing et la publicité pour décourager les gens de venir « l’eau est froide ». A Etretat, on contraventionne 90 € ceux qui emportent des galets de manière toute innocente alors que les galets ont un rôle indispensable pour préserver les plages.

Cet article ne sera pas un carnet de voyages comme les autres. J’écrirai forcément un carnet de voyages parce que la Seine-Maritime je l’ai arpentée en trente ans de vie ! Mais j’avais envie d’écrire après une constatation qui m’a sautée aux yeux.

Samedi 1er août, jour de traditionnel chassé-croisé des vacances, j’ai eu la chance de me retrouver sur une plage de galets où l’homme était encore l’invité de la nature.

Il y avait une cinquantaine de personnes à tout casser sur la plage, la baraque à frites était fermée car sa propriétaire pensait qu’il allait pleuvoir et le parking est relégué à cinq cents mètres plus haut.

Pour atteindre cette valleuse sauvage, il faut être motivé car la pente est de 5% mais cela vaut le coup !. J’ai envié ces vacanciers qui vivent le temps de l’été une parenthèse enchantée même si l’eau est froide.

J’ai alors réfléchi à toutes les stations balnéaires que j’aime : Trouville, Le Touquet, Dieppe et dont les plages sont grignotées par les parkings et le béton. Alors, volontairement, je vous adresse un petit souvenir de ce moment suspendu dans un beau coin de campagne français pour vous encourager à partir à la chasse aux trésors des valleuses de Normandie !

Je suis sensible au fait que les blogs et les stories Instagram contribuent au sur-tourisme qui exaspère tant les habitants de Barcelone, Venise ou de la rue Crémieux à Paris…

Retrouvez ici mes précédents articles du blog :

Jamais, une superbe BD qui parle de l’érosion des sentiments, inspirée par le pays de Caux

-Un week-end inoubliable à Trouville-Deauville pour la Pentecôte

-Un voyage rocambolesque au Touquet : les naufragés de la SNCF !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.