Retrouver le festival du livre de Paris pour vendre des livres après six ans d’absence

Cette année, je m’occupe de notre stand Biblio Scriptura dans le square des éditeurs religieux (1102) au Grand palais éphémère entre l’Ecole militaire et la Tour Eiffel.

C’est une toute nouvelle formule qui remplace Livre Paris qui se déroulait chaque année en mars porte de Versailles, au même endroit que le salon de l’agriculture. Les allées étaient larges, tout était organisé pour se restaurer mais c’était vraiment excentré, sans âme et le prix du ticket d’entrée était scandaleux.

Place désormais au festival du livre qui renoue avec ses origines : la première édition avait eu lieu au Grand Palais en 1981, il y a quarante ans déjà !

Après deux années blanches : 2020 et 2021 pour cause de pandémie mondiale, le livre est de nouveau à la fête mais dans un espace deux fois moins grand mais deux fois plus classe !

Frugalité et sobriété sont les maîtres mots de cette nouvelle édition où tout le monde est logé à la même enseigne : des étagères et des tables en bois toutes simples, sans ostentation, des caisses uniques à la sortie du lieu et surtout exit la moquette, véritable désastre écologique !

Tout salon du livre national commence par une petite mise en jambe pour ce grand marathon mondain de printemps : deux jours en moyenne d’installation. La deuxième journée est la plus sportive car il faut se dépêcher de déballer les livres au plus vite avant le grand nettoyage final et l’arrivée des convives.

J’aime bien ce genre de mondanités où le champagne coule à flots. Je considère que c’est notre petite récompense pour tous nos efforts de l’année à se décarcasser à se démener dans les rayons pour les clients ou à réceptionner et ouvrir des cartons de livres. Libraire c’est un métier quand même physique !

Il y a tellement de choses à raconter, mille anecdotes sur les quatre salons de Livre Paris que j’ai vécu entre 2007 et 2016, que j’ai décidé de diviser cet article en deux épisodes.

Dans les coulisses de l’un des plus beaux salons littéraires du pays

Mon premier stand, je l’ai tenu comme stagiaire sous la direction d’ Amanda, de la librairie Folies d’encre à Montreuil. On était une trentaine d’étudiants de DUT métiers du livre pour tenir pendant sept jours les stands de grands éditeurs.

J’ai tenu en binôme celui des éditions du musée du Louvre (mon rêve) Il y avait plein de distributeurs différents qui apportaient des colis sur des palettes, il fallait pointer fissa les quantités sur les bons de livraison et organiser le stand pour donner aux clients l’envie d’acheter. Les distributeurs, ce sont ceux qui gèrent le stock d’un éditeur dans un entrepôt pour fournir des cartons de livres aux libraires en majorité.

J’ai appris sur le tas à me servir d’une caisse enregistreuse, j’ai serré la main de la ministre de la Culture de l’époque, Madame Albanel qui a défendu la loi Lang quand elle était malmenée en 2008 (c’est la règle d’or qui sauva bon nombre de librairies en instaurant un prix de vente unique).

L’équipe des éditions du Musée du Louvre était vraiment chaleureuse et accueillante avec nous. J’ai découvert leur superbe collection de BD grâce à leur éditeur Fabrice…

C’était vraiment le stand de rêve, calme et facile à gérer. Je l’ai réalisé quand Amanda m’a envoyé en renfort relayer les libraires du stand France Télévisions, complètement rincés par la dédicace des produits dérivés de la série Plus belle la vie sur France 3, qui contenait un public d’au moins 5000 personnes.

C’était tellement dingue et ingérable que les vigiles ont exfiltré les acteurs au bout d’une vingtaine de minutes. Moi j’ai pu vendre les livres après la tempête, mais comme je suis très people, j’ai demandé à tenir le stand France Télévisions quelques années plus tard en 2011.

Ce fut aussi un très bon souvenir car j’étais dans une bonne équipe avec trois super filles vraiment débrouillardes, des libraires comme je les aime ! .

J’ai pu parler aux animateurs de France Télévisions dont la plupart étaient très gentils et accessibles : Elisabeth Tchoungi, la présentatrice des Maternelles sur France 5, Julien Lepers avant son départ de Questions pour un champion, Frédéric Lopez, les frères Bogdanov (eh oui !), Emmanuel Petit et les animateurs de Stade 2, Stéphane Marie, Georges Pernoud, Antoine de Maximy qui voyage dans le monde entier avec sa caméra portative….

Mon meilleur souvenir de ces dédicaces a été la venue de Zep, le créateur de Titeuf entouré de dizaines d’enfants, qui venaient majoritairement de banlieues. Je m’y voyais avec mon frère quand on a découvert à 10 ans cette BD géniale offerte par notre cousin Rémy.

Pour se régaler à Livre Paris, il faut être people à fond et garder son âme d’enfant. Le salon du livre ne serait pas le même sans ces groupes scolaires qui se ruent sur vous pour avoir tous les goodies que vous pouvez leur donner. Même s’il n’avait plus l’âge, mon frère a bien ri que je lui rapporte un serre-tête oreilles de cocker en tissu pour fêter l’anniversaire de Boule et Bill chez Dupuis.

Les livres ont ce pouvoir : ils nous rappellent les bons moments de notre enfance. (dédicace de Calinours sur le stand de l’école des Loisirs).

Le salon du livre de Paris, meilleur terrain d’apprentissage pour libraire débutant

Tenir un stand au salon du livre, c’est éreintant, surtout le dernier jour. Le salon touche à sa fin, vous êtes contents d’avoir tenu ce marathon commercial. Et là, les choses sérieuses commencent. Vous vous retrouvez à ranger à la vitesse de l’éclair les livres pour les rendre aux bons distributeurs dans des cartons bien fermés.

Le magasinier est aussi pressé que le menuisier ou les intérimaires des boites d’évènementiel qui démontent en même temps que vous le stand dans lequel vous venez de passer quelques jours. Il ne faut pas compter sur la chaise sur laquelle vous êtes assis, elle va bientôt disparaître…

C’est une situation assez insécure mais cela m’a beaucoup appris sur mes capacités à travailler efficacement et rapidement.

Mais il y a aussi eu de mauvais souvenirs qui m’ont un peu découragée d’y travailler : la mauvaise ambiance une autre fois avec une responsable de stand, piétiner des heures et des heures sur une moquette intenable pour les pieds, la fatigue accumulée (à l’époque le salon durait au moins cinq jours), la rétribution salariale très symbolique et surtout une réflexion sur l’avenir de ce genre d’évènement.

Malgré une affluence non négligeable (180 000 visiteurs en moyenne) , les ventes de livres n’étaient pas à la hauteur des infrastructures éphémères et coûteuses mises en place par les éditeurs. J’étais aussi un peu écœurée par le prix du billet d’entrée au salon :12€ et le fait que les auteurs ne soient pas rétribués pour leur travail de conférences et de dédicaces sur les salons : #Paye ton auteur

Heureusement les choses ont changé depuis !

Ce sera l’objet de mon dernier article que je publierai au cours de cette semaine pour vous raconter mon vécu de ce festival du livre 2022 !

A bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.