Au revoir Monsieur Sempé, poète de l’enfance

Cet été, j’ai appris la disparition du dessinateur Jean-Jacques Sempé. J’aime énormément la BD de longue date et je suis capable de reconnaître son trait d’un coup d’œil sur une affiche de film (Qui a envie d’être aimé) ou une couverture de livre.

Son affiche tellement emblématique de Paris, je l’ai cherchée partout dans les boutiques du 7eme arrondissement et je l’ai trouvé à la galerie Martine Grossieaux qui le représente officiellement. Et je l’ai encadrée dans mon couloir, elle apporte une superbe touche à ma décoration.

On peut dire que Sempé est l’ambassadeur de la France à l’étranger, ses dessins de presse dans le New Yorker ou Paris sont très appréciés des touristes. Je vendais ses albums de dessins à la librairie du Musée du Louvre. Après Goscinny et Uderzo, Sempé les rejoint au paradis des dessinateurs qui compte Hergé, Walt Disney…

J’ai beaucoup écrit dans ce blog sur René Goscinny, ce génie qui a crée succès sur succès : Astérix, le petit Gaulois, Le petit Nicolas, Lucky Luke… Je travaille depuis plus de dix ans dans les métiers du livre. Astérix est une locomotive pour toute l’industrie du livre. On le voit tout de suite en volumes de ventes quand c’est une année avec un album d’Astérix.

Le petit Nicolas, c’est tout de même 300 000 ventes de livres par an (chiffres de Livres Hebdo et Actualitté), 15 millions d’exemplaires vendus depuis 1956 dans 45 pays…

En 2014, j’avais écrit un article sur une exposition dédiée au Petit Nicolas qui se déroulait dans la mairie du 4eme arrondissement. J’ai ainsi pu mesurer l’attachement de milliers de lecteurs pour ce petit écolier des années 1950.

Quel plus bel hommage à Sempé que ce beau film récompensé au festival d’Annecy et présenté au festival de Cannes?

Plus qu’un film d’animation pour gosses, c’est un moment de communion familiale autour d’une œuvre littéraire que l’on se transmet de générations en générations. Dans de nombreuses maisons de vacances, il y a des albums du Petit Nicolas, de Tintin ou d’Astérix. La nostalgie de l’école plait aux lecteurs.

Comme les souvenirs autobiographiques de Marcel Pagnol, publiés à la même époque et selon le même mode opératoire : un feuilleton dans une revue.

D’ailleurs, je garderai comme reliques mes exemplaires de La gloire de mon père et Le château de ma mère, dont les couvertures sont illustrées par Sempé.

Ce sont Alain Chabat et Laurent Lafitte qui prêtent leurs voix pour incarner René Goscinny et Jean-Jacques Sempé. Alain Chabat a commencé par dessiner des comics et c’est lui qui a réalisé la plus belle adaptation ciné d’un album de Goscinny et Uderzo : Astérix et Obélix, mission Cléopâtre.

Jean-Jacques Sempé est un dandy de Saint Germain des près. C’est lui qui trouve le prénom du petit garçon en voyant une publicité pour un caviste bien connu sur un bus. Les aventures du petit Nicolas sont un moyen de dépasser leurs traumatismes, de rechercher le bonheur. Leurs histoires personnelles me font forcément penser aux travaux de Boris Cyrulnik sur la résilience.

« Il m’est arrivé de devenir, par moments, raisonnable mais jamais adulte. »

Il faut dire que le petit Jean-Jacques a eu une enfance bien difficile. Enfant né d’une relation adultérine, son beau-père et sa mère l’élèvent tant bien que mal entre difficultés à joindre les deux bouts et relations affectives chaotiques. Il aurait pu finir loubard, il est monté à Paris pour vivre de ses dessins.

Il y rencontre René Goscinny, le bon élève de Buenos Aires. Un enfant qui a eu une enfance triste et mélancolique. Une grande partie de sa famille a été déportée dans les camps de concentration.

Sur Instagram, les hommages à Sempé pleuvaient à travers les dessins de ses pairs : l’artiste C215 et ses pochoirs, Cati Baur, Catel… Pour moi, l’héritier le plus direct du Petit Nicolas est Pico Bogue !

A quand un Découvertes Gallimard consacré à Jean-Jacques Sempé ?

Retrouvez-ici mes meilleurs articles consacrés à la BD et à la littérature jeunesse :

La famille de Brunhoff, créateurs à succès : Babar, Vogue et photo journalisme engagé.

Astérix a 60 ans, l’éternelle locomotive de l’édition française

En 2008, quand j’étudiais les métiers du livre à l’IUT, j’ai visité cette exposition patrimoniale à la BNF : Babar, Harry Potter et cie…

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.