Une reine, être femme dans le mellah de Casablanca des années 1930

En novembre, la famille de Gad Elmaleh était à l’honneur avec la sortie du film Reste un peu. C’est un film très autobiographique où l’humoriste a invité ses parents et sa sœur à jouer leur propre rôle. Il raconte l’expérience spirituelle qu’il est en train de vivre et comment il a osé entrer dans une église catholique avec sa sœur Judith quand il était âgé de sept ou huit ans à Casablanca…

Elle travaille dans l’ombre de ses frères Arié et Gad qui sont tous les deux comédiens. Elle participe à l’écriture de ses sketchs et scénarise également. Le sujet de son premier roman m’a vraiment intéressée et m’a permis de mieux la connaître à travers les émissions de télé et les articles de presse.

C’est d’ailleurs, l’article de Paris Match qui m’a vraiment donné envie de lire ce roman. On les a photographié unis, en famille, dans la cuisine des parents. L’article titre : « Il n’y a plus de secrets chez les Elmaleh » et reproduit un portrait de Simha pour raconter son histoire.

Judith sous les traits d’Anna, son double littéraire, se réfugie quelques jours chez sa grand-mère à Casablanca car elle divorce à nouveau. Avec beaucoup de tact et de douceur, elle va aider sa grand-mère Simha surnommée Mimi et jamais Mamie à lui raconter sa vie. J’ai aimé ce roman car il m’a rappelé mes conversations avec ma grand-mère Annette.

Elle m’a transmis son optimisme et sa joie de vivre : relativiser et profiter de ce qui est bon et joyeux quand on saute dans le fossé avec son petit vélo pour se protéger d’un bombardement ennemi dans les années 1940 dans le Pas de Calais.

Ce livre parlera à tous ceux qui ont été enrichis par la transmission de souvenirs et d’expériences personnelles avec leurs ascendants. J’ai eu cette chance avec ma grand-mère et mon arrière tante Julienne, qui ont pris les routes de l’exode ensemble alors que Julienne était enceinte de son premier enfant (pour accoucher sereinement, on a connu mieux).

Simha était une toute jeune fille de quatorze ans dans le mellah de Casablanca dans les années 1930. Sa famille était très pauvre et vivait dans une vraie promiscuité. Pour améliorer le quotidien et fournir des enfants à sa tante stérile et son mari, on lui a organisé son propre mariage sans qu’elle ne comprenne rien.

Dans les premiers chapitres du roman, la narration est confiée à Simha pour se livrer en employant la première personne. Le talent de Judith Elmaleh est d’avoir su retranscrire avec précision et authenticité tous les non-dits, les regards lourds de sens quand on la prépare pour son mariage. C’est une gamine qui ne comprend rien à ce qu’il se passe, elle se demande pourquoi on lui accorde autant d’importance en l’emmenant au hammam pour la préparer comme une reine.

Et ensuite, une fois mariée, on nie carrément son intégrité, son consentement en l’envoyant dans le lit d’un homme bien plus âgé qu’elle : vingt-cinq ans d’écart. Heureusement, elle est tombée sur un homme bon et attentionné qui va aimer deux femmes à sa manière. La situation de Simha aura pu être vraiment catastrophique car comme elle était jolie et très pauvre, le proxénète du quartier commençait à roder dans le quartier.

La bigamie est un sujet sulfureux qui fait glousser sous cape. Mais dans ce roman, il met en lumière les rivalités entre femmes en sourdine, mais bien réelles. Cela devait être acrobatique ces sept enfants brinquebalés entre deux mamans et deux maisons car bien sûr dès que Simha mettait au monde un enfant, on l’envoyait vivre avec la première épouse. Le récit de son premier accouchement quand le couple attend derrière la porte le bébé est déchirant.

En tant que maman, j’ai eu le cœur serré pour cette toute jeune fille qu’on a propulsé dans le monde des adultes sans pouvoir grandir à son rythme. Le vrai sujet du livre, ce n’est pas la bigamie, c’est la construction personnelle pour devenir une femme face au poids de la tradition. Forcément, l’histoire d’Abraham qui prend pour maîtresse sa servante Agar pour avoir une descendance fait écho ici.

Judith Elmaleh fait aussi référence à une autre histoire vraie beaucoup plus contemporaine. Celle de Lady Diana et c’est assez dingue. Comme Simha, Diana a été choisie pour sa jeunesse, sa virginité et sa généalogie pour donner un héritier au futur roi d’Angleterre qui en aimait une autre : Camilla Parker Bowles. Encore une fois, la tradition a été la plus forte. Pour Diana, le traumatisme a été dévastateur car elle mangeait de manière compulsive pour noyer son chagrin.

La grand-mère de Judith, Simha est parvenue à trouver sa place dans cette situation familiale sacrément cocasse. Mais on réalise que dans les échanges avec sa petite fille, elle porte en elle le poids de l’amertume d’avoir été utilisée. La scène où elle regarde un chanteur à la télévision avec l’enthousiasme d’une midinette est touchante, on dirait qu’elle retombe dans l’enfance dont on l’a privée.

L’unité de cette grande famille juive marocaine de sept enfants est assez extraordinaire. C’est l’un des oncles de Judith qui lui confie certains aspects de ce secret de famille pour s’en délester car son père n’ose pas lui en parler vraiment.

Judith Elmaleh décrit avec beaucoup d’affection cette famille que l’on connait de mieux en mieux grâce à Paris Match (ma lecture hebdomadaire favorite).

Le rire est aussi une religion chez eux, il faut être drôle et se répéter pour bien raconter une blague. C’est leur fameux grand père Eliahou qui a transmis cette obligation. Il a bien fait puisque tous les membres de cette famille sont talentueux. Le jeu d’acteurs des parents de Gad Elmaleh dans Reste un peu est assez exceptionnel. J’aime aussi beaucoup Arié Elmaleh dans la plupart des rôles comiques qu’il interprète.

Enfin, ce livre m’a donné envie d’aller visiter Casablanca, cette ville mythique au bord de l’Atlantique. Judith Elmaleh a su écrire un roman sensoriel et tactile qui capte avec excellente l’atmosphère d’un quartier emblématique, le choc entre les cultures françaises et marocaines…

Je remercie les éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce beau roman en service de presse. La couverture de ce premier roman est très efficace. Elle donne envie d’aller visiter le Maroc et de mieux comprendre la culture juive du Maghreb par un saut au musée d’art et d’histoire du judaïsme dans le Marais à Paris.

Retrouvez ici d’autres articles consacrés à d’autres personnalités enrichies par la culture juive :

René Goscinny, génie de la BD

-Helena Rubinstein, un empire industriel à la force du poignet

-Adèle Bloch Bauer, muse de Gustav Klimt pour l’éternité.

#Mes moments de vie : un mois de novembre aux antipodes

Le mois de novembre a filé à toute vitesse mais je l’ai vraiment vécu de manière intense. Il a commencé par un superbe week-end de la Toussaint à Lille avec des températures d’une douceur historique.

Cette visite en famille du Vieux Lille m’a vraiment inspirée pour mon bujo de novembre. J’aime sans modération l’architecture typique flamande avec ses façades à pignons, ses beffrois, ses grand places… Je me suis replongée dans la lecture de La jeune fille à la perle, un de mes nombreux crush lecture…

Je vous recommande de visiter le centre-ville de Lille si vous aimez l’histoire de l’art et plus particulièrement le Moyen-Age. J’ai adoré déambuler dans ces rues totalement intemporelles et sans prise avec la modernité toute moche et sans âme…

De retour à Paris, le jour de la Toussaint, nous avons eu la joie de revoir mon oncle de Grenoble avec toute sa tribu. Nous avons fait un tour de bateaux-mouches ensemble. Ma fille était très contente d’avoir autant de grandes filles pour s’occuper d’elle. Je serai bien allée avec eux faire un tour au musée du Louvre, en pèlerinage d’un lieu où j’ai étudié et travaillé.

Mais, la situation commence à devenir compliquée dans les transports parisiens. Il y a moins de trains alors que l’affluence de voyageurs est revenue après la pandémie et donc c’est moins agréable de déambuler dans Paris en famille le week-end dans ces conditions…

Puis après le 11 novembre, je suis partie une semaine en déplacement professionnel en Guyane. C’était assez chouette de faire la tournée des librairies religieuses à Cayenne. C’était la première fois que je visitais un territoire d’outre-mer et donc que je quittais ma bonne vieille Europe.

Je raconte tout ça dans un article de blog à retrouver ici : Les (rocambolesques) aventures de Margot en Guyane..

Les séries et les émissions que j’ai regardé :

Tropiques criminelles, Sonia Rolland et Béatrice de La Boulaye, saison 3, France 2

J’aime bien le jeu de comédie de ce duo de femmes flics à la Martinique. Elles enquêtent sur des homicides de plus en plus gore. J’aime cette série car elle montre la diversité des Antilles comme un reportage Géo et non comme une carte postale comme le souligne le journaliste de Télématin dans cet extrait. Crivelli a un côté un peu chien fou qui est très drôle tandis que la commandante Mélissa Sainte Rose jouée par Sonia Rolland est plus posée.

Elle est mère de famille et elle sait réconforter les ados sur des interventions de police musclées. J’aime que cette série montre la fibre sociale et psychologique du métier de policier même si leurs enquêtes et les situations auxquelles elles sont confrontées vampirisent leur vie personnelle.

Toutefois, je me questionne sur la portée médiatique des faits divers que cette série met en scène. l’animateur Patrick Sébastien a expliqué dans une interview que les séries macabres ont vraiment pris le pas sur les divertissements à la télévision. Alors que malheureusement, la réalité dépasse la fiction dans les journaux…

En aparté avec Nathalie Levy, Canal +

Cela fait un sacré moment que j’aime cette émission du temps où Pascale Clark interviewait des people dans un superbe appartement de cinéma. Moi qui aime la décoration, je suis ravie. Avec la reprise du concept, ils ont vraiment mis le paquet avec la cheminée high tech, l’espace cinéma, l’immense canapé, la bibliothèque avec les affiches, les DVD et la superbe platine vinyle.

J’ai un peu déchanté quand j’ai constaté que la superbe vue de Marseille pour Kad Merad était en fait un fond d’écran très sophistiqué (du fake quoi). Cela aurait eu de la gueule un appartement délocalisé à Marseille avec vue sur Notre Dame de la Garde.

En attendant que Canal+ m’invite pour parler de mon œuvre, je rêve un peu à quels souvenirs marquants pour moi, ils pourraient mettre dans les étagères. J’ai déjà commencé à adapter ici dans mon blog la rubrique Dans le bureau de … de Paris Match… Pour Noël, je vais me lancer dans la conception d’une maison miniature trouvée sur le site Miniature box

J’ai découvert qu’au bureau nous avions le même fauteuil marron que celui de l’émission. Je vais vous faire un petit aperçu des meilleures pièces choisies par mon patron pour décorer notre bureau…

Les livres que je suis en train de lire :

Une reine de Judith Elmaleh, éditions Robert Laffont,18€

Les différentes émissions de télévision auxquelles Gad Elmaleh et sa sœur ont participé m’ont convaincu de lire ce roman très autobiographique. Il raconte la quête d’une jeune femme parisienne qui essuie un second divorce. Elle trouve refuge chez sa grand-mère pour quelques jours à Casablanca.

Sa grand-mère va accepter de lui raconter comment à quatorze ans sa famille a négocié dans son dos, son mariage avec un homme plus âgé. Il était déjà marié avec sa propre tante et le deal c’était qu’elle donne une progéniture à ce couple dont la femme était stérile. Une vie sacrément rude et déstabilisante pour le psychisme !

Dans un autre genre, je me suis ruée acheter le nouveau roman graphique de la collection Rendez-vous dans la forêt.

-Rendez-vous dans la forêt 4, Alain Auderset, Atelier Auderset, 20€

Pour ce nouveau recueil de témoignages, j’ai vraiment eu un coup de cœur pour cette couverture inspirée comme toujours. Je chronique chacun de ces livres tant j’aime la force des témoignages qu’il contient. C’est un dessinateur suisse qui a monté un bel atelier qui est aussi un lieu de rencontres pour tous ceux qui cherchent Dieu.

Ils sont bénévoles pour donner un coup de main à cette petite maison d’édition indépendante qui présente Dieu à ses contemporains. Ils sont inspirés et sacrément doués en dessin !

Les expos que j’ai envie de voir :

J’ai bien envie de retourner au musée malgré le prix exorbitant des tickets d’entrée. J’aime beaucoup deux musées du 16eme arrondissement : La cité du patrimoine et le musée Galliera pour son superbe jardin public très parisien.

Art déco, France/Amérique du Nord à la Cité de l’architecture, jusqu’au 6 mars 2023

J’ai vraiment hâte d’aller voir cette expo, véritable machine à remonter le temps dans les années 1930, à l’époque de Downtown Abbey… Les objets présentés sont très représentatifs de cette époque assez faste pour les arts. Le beffroi de Lille est de style Art déco et j’ai pris une claque en passant devant de nuit. C’était assez imposant comme architecture. La revue Dada a conçu un livret pour enfants spécialement pour l’exposition.

Frida Kahlo, au delà des apparences, musée Galliéra, jusqu’au 5 mars 2023

Je connais très peu l’artiste (un comble quand on a étudié l’histoire de l’art) mais j’ai bien envie de découvrir sa vie à travers un livre ou un biopic avec Salma Hayek. Il faut dire que Frida Kahlo est iconique, son visage inspire les produits dérivés comme les objets pop art d’Andy Warhol pour la mode, la maison. J’aime beaucoup que cet artiste soit célébrée dans un musée dédié à la mode, qu’il s’agisse d’une exposition multidisciplinaire.

Dans un prochain article, je vais innover en me distinguant des calendriers de l’Avent super mercantiles et peu inspirés. J’ai envie de vous parler arts et traditions populaires (ma spécialité à l’Ecole du Louvre) avec un article Noël en Provence.

C’est mon grand magasin favori, le BHV qui m’a donné cette bonne idée !

Retrouvez ici mes derniers articles sur le blog :

Les aventures de Margot en Guyane

Un week-end en famille à Lille

Ma pile à lire pour cet automne

Les (rocambolesques) aventures de Margot en Guyane

Cette semaine, j’ai vécu un sacré voyage initiatique : premier déplacement professionnel lointain, premier vol long courrier, première visite sur un autre continent que ma bonne vieille Europe…et évidemment premier voyage en Guyane.

Le but de ce voyage était de mettre en place avec mes collègues guyanais et antillais de nouvelles idées pour mieux servir les librairies religieuses de la Guyane. Ce fut un déplacement professionnel très riche qui donne envie d’expérimenter des techniques de vente qui vont donner du fruit dans les mois à venir mais qui oblige aussi à surmonter de sacrés enjeux liés à la mondialisation.

Il était important de nouer des contacts, aller sur le terrain pour mieux comprendre les réalités économiques de ce métier qui me passionne depuis dix ans. Je suis très reconnaissante à mon entreprise de pouvoir vivre ceci dans mon parcours professionnel.

Découvrir autre chose que l’Hexagone à mes trente-cinq ans…

Et puis en tant que citoyenne française, j’ai découvert une France plurielle. La Guyane est le premier département d’outre mer que je visite. Quand j’étais enfant dans les années 1990, je trompais l’ennui chez mes grands-parents privadois en regardant Dimanche Martin le dimanche après-midi… Le présentateur faisait gagner des séjours en Antilles et en Guyane avec Air France et je rêvassais un peu…

Trente ans plus tard, me voici dans un vol long courrier pour Cayenne, patrie d’Henri Salvator et de Félix Eboue. Le vol en soi fut une aventure car je suis plus habituée aux charters low cost Wizz air très rudimentaires pour les vacances en Bulgarie. J’ai regardé plein de films que je n’ai pas eu le temps de voir cette année : Elvis, Downtown Abbey II, Qu’est ce qu’on a encore fait au bon Dieu 3… Je me suis amusée du format dinette des collations Air France…

Et puis je suis arrivée à Cayenne. La descente vers l’aérogare vaut le détour, ce n’est pas le moment de ronfler à côté du hublot…

Mais c’était éprouvant huit heures trente de vol dans l’avion miniature format Playmobil.

Plutôt que de raconter jour par jour mon voyage, j’ai voulu choisir un format thématique plus original. Pendant quatre jours, je n’ai visité que la Guyane urbaine : Cayenne et Kourou, tournée des librairies oblige.

Kourou et Cayenne sont les deux villes principales du département, distantes de 60 kilomètres l’une de l’autre. Il n’y a pas de routes secondaires et les embouteillages sont légions à Cayenne (j’en ai fait les frais l’avant-dernier jour, sensé être le dernier jour, sacrés ascenseurs émotionnels…).

Kourou

A Kourou, j’étais logée à l’hôtel des Roches, un hôtel au top avec piscine king size et vue sur les îles du Salut… Les seuls voisins qui me saluaient étaient des vacanciers en Guyane tandis que les employés en mission pour le centre spatial étaient sacrément mal lunés et dans leur bulle spatio-temporelle.

Notre entrepôt est hébergé avec beaucoup de dévouement par un couple d’entrepreneurs guyanais au sein d’une société d’armoires électriques. C’était vraiment passionnant de voir leur activité d’un autre secteur que le mien pour apprendre des uns et des autres.

A Kourou, j’ai visité une petite partie du centre spatial qui lance la fameuse fusée Ariane. C’était intéressant mais je ne suis pas une fana de l’espace car je suis effarée par toute la pollution et les dégâts sanitaires pour la population provoquée par cette fusée. D’accord, elle génère des milliers d’emplois mais …

Mon meilleur souvenir de Kourou, c’est cet excellent déjeuner de midi à Dzindzano, un restaurant mahorais à la cuisine savoureuse comme artisanale. Le cadre était hors du commun avec cette vue mer exceptionnelle. Je me suis régalée car c’était peu pimenté. Je ne me suis jamais aventurée auparavant à manger des accras de crevettes, un filet mignon sauce gastrique et surtout une mousse chocolat et crème sur lit de bananes écrasées.

La formule entrée plat dessert coûtait 26€ et c’était bien meilleur que les plats semi-industriels que nous avons mangé dans un restaurant plus chic quelques jours plus tard à Cayenne…

Cayenne

J’étais un peu frustrée de ne pas avoir plus de temps pour visiter le centre-ville de Cayenne mais il faut bien avouer que j’ai souffert tous les jours de l’humidité ambiante. J’ai trouvé que le soleil tapait sacrément fort en Guyane et je me réfugiais vite à l’intérieur. Les climatisations sont omniprésentes en Guyane et elles et moi ne faisons jamais bon ménage. Je les coupais la nuit et j’ai manqué d’une bonne couette.

J’ai visité les librairies Les délices de la vie, Sel et lumière ainsi que The Gift shop. Cette rencontre avec d’autres confrères du métier était vraiment enrichissante. Je me suis rendue compte à quel point un parking était indispensable pour un commerce. Le vrai défi de mon métier est de jongler avec les navires du Havre pour que les nouveautés arrivent le plus rapidement possible en Guyane et aux Antilles.

A Cayenne, j’ai vraiment aimé déjeuner au restaurant The Wood pour ses brochettes de bœuf vraiment copieuses et savoureuses. En Guyane, j’ai vraiment fait le plein de jus de fruit bien vitaminés. Ils m’ont bien aimé à tenir le bon quand je me suis réveillée tous les jours à 4h30, heure locale. Sacrée horloge biologique.

Enfin, l’heure de rentrer approche. J’ai un peu honte de raconter ma mésaventure d’hier à l’aéroport car je me suis trompée de jour avec mon billet. Je me suis présentée un jour trop tôt à l’aéroport et l’ambiance était assez électrique. Les contrôles policiers se sont intensifiés ces derniers temps à cause des trafics de drogue qui utilisent des pauvres gens comme réceptacles de drogue. Ces fameuses mules comme on les appelle. Leurs oppresseurs les appellent comme ça, ne les déshumanisons pas nous aussi.

C’était un beau voyage, confortable grâce aux bons soins de mon entreprise mais ce n’était pas un voyage insouciant et reposant. Ce genre de voyage m’a ouvert l’esprit et fait sortir de ma zone de confort. Je remercie infiniment mes collègues guyanais et antillais pour leur accueil extraordinaire. Je leur souhaite le meilleur pour développer leur activité professionnelle et la nôtre en partenariat.

La Guyane est un département luxuriant, d’une grande beauté naturelle qui doit composer avec ses réalités sociales pour pouvoir se développer économiquement. Ils ont de sacrées ressources et du talent !

Retrouvez ici mes précédents carnets de voyages :

Un week-end en famille dans le Vieux Lille pour la Toussaint

-Un avant goût de vacances à Marseille en famille

– Le bal littéraire des sardines se met à l’heure bulgare tous les étés

1969, été plus dramatique qu’érotique : Un été à Nantucket

Ce roman, je l’ai trouvé bon dès les cinq premières pages et je l’ai dévoré en quelques jours pendant notre week-end en famille à Lille. Je me souviens plus comment j’ai découvert ce livre, je crois que c’était dans les pages littéraires du magazine Elle.

J ‘aime énormément la littérature étrangère surtout quand l’histoire se déroule aux Etats-Unis dans les années 1960. C’est le premier livre d‘Erin Hilderbrand, que je viens de lire et je vais sans aucun doute continuer sur ma lancée. J’apprécie beaucoup sa manière de sonder ses personnages et de créer dès la situation initiale une proximité entre le lecteur et ses personnages.

Cet été, j’ai lu Les affinités sélectives de JC Sullivan car j’ai aimé ses précédents livres : Maine et Les anges et tous les saints que j’ai chroniqué dans ce blog. Ben, c’était nul et creux, ça ne décollait pas même au bout de 400 pages de lecture alors que ses précédents romans étaient très bons.

Un été à Nantucket est également publié par les éditions Les escales. J’aime ces gros pavés en grand format très agréables à lire par leur mise en page. Chaque chapitre porte le titre d’une chanson de cet été là comme par exemple Ring of fire de mes chouchous chrétiens Johnny Cash et June Carter Cash… Le biopic Walk the line est un de mes films favoris.

Ce roman se déroule en deux parties et l’auteure sait ménager son suspens pour tenir ses lecteurs en haleine jusqu’au bout. Il m’arrive souvent de deviner une intrigue deux cents pages avant la fin et c’est très frustrant. Ici, ce n’est pas du tout le cas.

On pourrait définir ce roman comme une chronique de mœurs. C’est une saga familiale qui raconte les tourments personnels d’une mère, Kate et ses trois filles : Blair, Kirby et Jessie. Blair a une trentaine d’années, elle est brillante et aurait pu faire une très belle carrière en poursuivant ses études universitaires. Mais elle s’est mariée à un homme plus âgé qu’elle et sacrément vieux jeu. Il lui donne une fin de non-recevoir quand elle lui annonce vouloir travailler. Elle se désole elle même de ne pas avoir eu le reflexe de se rebeller.

Kirby a la vingtaine. Elle étudie dans une université de Boston et vient d’une famille assez privilégiée. Elle milite activement pour les droits civiques et son militantisme lui a valu quelques arrestations au poste de police. Les conséquences dans sa vie personnelle sont lourdes. Elle a décroché un poste de réceptionniste dans un hôtel de Martha’s Vineyard et tente de prendre un nouveau départ….

Jessie fête ses treize ans durant ce fameux été et pourtant pas grand monde ne fait attention à elle. Par intermittences, sa mère Kate et sa grand-mère Exalta l’emmènent au restaurant ou au club de tennis mais elles se soucient plus de leur renommée sociale sur l’île que d’entretenir une relation personnelle avec elle. Cette pré-adolescente se sent abandonnée par ses sœurs et sa mère alors qu’elle est effrayée à l’idée de perdre son grand frère Tiger qui combat au Vietnam.

Cet été là va être fondateur pour elle car Jessie va expérimenter les premier émois amoureux, l’arrivée de ses règles et surtout la construction de sa personnalité. Elle va éprouver pour sa grand-mère une colère froide et puissante qui va bouillonner sans exploser car ils sont reçus chaque année en vacances chez elle.

J’ai beaucoup aimé ce roman car il sonde avec beaucoup de justesse la complexité des relations familiales avec cette matriarche Exalta Nichols qui domine sa fille, Kate alors qu’elle va bientôt avoir cinquante ans. Ses petits-enfants qui ont pourtant du caractère font des choix amoureux ou professionnels en fonction de son approbation. Cette famille vit dans un cadre assez huppé entre Boston et Nantucket. Le grand-père a étudié à Harvard, il faut perpétuer la lignée…

En regardant les vlogs touristiques, ce n’est pas dit que j’ai envie d’aller visiter Nantucket car je trouve ça trop classique comme quoi. Mais l’architecture de Martha ‘s Vineyard et ses maisons me plait bien. Il se trouve que mon mari et mon beau-frère ont travaillé plusieurs étés comme saisonniers dans des restaurants ou des hôtels pour tondre la pelouse ou faire la plonge…

C’était une excellente lecture à laquelle je donne la note de cinq sardines (le graal) car je ne me suis pas ennuyée pendant quatre cents pages. J’ai même été tourmentée par les errements de ces femmes de tous les âges : la grand-mère, la mère et ses trois filles. Elles forcent pas mal sur les cocktails car l’alcool leur permet d’édulcorer les moments les moins drôles de leur vie mais on se demande si elles ne vont pas aller droit dans le mur.

A la fin du roman, un nouveau personnage féminin fait son entrée et provoque un beau bazar dans cette maison de famille déjà sans dessus dessous. C’est une jeune femme hippie aussi irresponsable que désagréable qui m’a fait pensé au personnage de Cloud dans la série Netflix, Toujours là pour toi. Je trouve cela intéressant d’aller à l’encontre de la culture du bon hippie peace and love.

J’ai beaucoup aimé ce roman car il met un petit scud à une idée reçue entretenue par les manuels d’Histoire sur les prétendues Trente Glorieuses. Certes, il y a eu le baby boom, l’essor de la société de consommation qui donnait accès à tout un tas de loisirs, de voitures, de produits ménagers pour améliorer le confort des maisons.

Mais le matérialisme n’effaçait pas la violence au quotidien dans les Etats du Sud, les traumatismes de la seconde guerre mondiale vécus par les familles de soldats en Corée ou au Vietnam… Ce roman raconte les vacances d’une famille aisée de Boston qui dîne de homards et boit des cocktails sur les plus belles plages de l’île. Cela ne leur évite pas de sacrément cogiter pour chercher un sens à leur vie.

Il se trouve qu’en lisant ce roman, j’ai lu une interview de l’actrice Julia Roberts qui est née en 1967. Elle raconte que ses parents étaient un peu saltimbanques, un peu fauchés mais avec un sacré bon cœur. Ils vivaient en Géorgie, un Etat pas des plus rigolos à l’époque et ont lié amitié avec le couple King. Ils ont accueillis dans leur école de théâtre, leurs enfants sans discriminations.

Et le couple King a payé les frais d’hôpital à la naissance de l’actrice. Cette amitié qui ne se laisse pas impressionner par la bêtise me fait penser à celle de Darren et Kirby à cette époque…

Retrouvez-ici d’autres chroniques sur de bons romans, de la littérature de qualité.

Maine, quand la maison de vacances cristallise les tensions familiales

-Angie, enquête de police en cours menée par Marie-Aude Murail au Havre

– Mon bilan lecture et ciné de cet été !

Au revoir Monsieur Sempé, poète de l’enfance

Cet été, j’ai appris la disparition du dessinateur Jean-Jacques Sempé. J’aime énormément la BD de longue date et je suis capable de reconnaître son trait d’un coup d’œil sur une affiche de film (Qui a envie d’être aimé) ou une couverture de livre.

Son affiche tellement emblématique de Paris, je l’ai cherchée partout dans les boutiques du 7eme arrondissement et je l’ai trouvé à la galerie Martine Grossieaux qui le représente officiellement. Et je l’ai encadrée dans mon couloir, elle apporte une superbe touche à ma décoration.

On peut dire que Sempé est l’ambassadeur de la France à l’étranger, ses dessins de presse dans le New Yorker ou Paris sont très appréciés des touristes. Je vendais ses albums de dessins à la librairie du Musée du Louvre. Après Goscinny et Uderzo, Sempé les rejoint au paradis des dessinateurs qui compte Hergé, Walt Disney…

J’ai beaucoup écrit dans ce blog sur René Goscinny, ce génie qui a crée succès sur succès : Astérix, le petit Gaulois, Le petit Nicolas, Lucky Luke… Je travaille depuis plus de dix ans dans les métiers du livre. Astérix est une locomotive pour toute l’industrie du livre. On le voit tout de suite en volumes de ventes quand c’est une année avec un album d’Astérix.

Le petit Nicolas, c’est tout de même 300 000 ventes de livres par an (chiffres de Livres Hebdo et Actualitté), 15 millions d’exemplaires vendus depuis 1956 dans 45 pays…

En 2014, j’avais écrit un article sur une exposition dédiée au Petit Nicolas qui se déroulait dans la mairie du 4eme arrondissement. J’ai ainsi pu mesurer l’attachement de milliers de lecteurs pour ce petit écolier des années 1950.

Quel plus bel hommage à Sempé que ce beau film récompensé au festival d’Annecy et présenté au festival de Cannes?

Plus qu’un film d’animation pour gosses, c’est un moment de communion familiale autour d’une œuvre littéraire que l’on se transmet de générations en générations. Dans de nombreuses maisons de vacances, il y a des albums du Petit Nicolas, de Tintin ou d’Astérix. La nostalgie de l’école plait aux lecteurs.

Comme les souvenirs autobiographiques de Marcel Pagnol, publiés à la même époque et selon le même mode opératoire : un feuilleton dans une revue.

D’ailleurs, je garderai comme reliques mes exemplaires de La gloire de mon père et Le château de ma mère, dont les couvertures sont illustrées par Sempé.

Ce sont Alain Chabat et Laurent Lafitte qui prêtent leurs voix pour incarner René Goscinny et Jean-Jacques Sempé. Alain Chabat a commencé par dessiner des comics et c’est lui qui a réalisé la plus belle adaptation ciné d’un album de Goscinny et Uderzo : Astérix et Obélix, mission Cléopâtre.

Jean-Jacques Sempé est un dandy de Saint Germain des près. C’est lui qui trouve le prénom du petit garçon en voyant une publicité pour un caviste bien connu sur un bus. Les aventures du petit Nicolas sont un moyen de dépasser leurs traumatismes, de rechercher le bonheur. Leurs histoires personnelles me font forcément penser aux travaux de Boris Cyrulnik sur la résilience.

« Il m’est arrivé de devenir, par moments, raisonnable mais jamais adulte. »

Il faut dire que le petit Jean-Jacques a eu une enfance bien difficile. Enfant né d’une relation adultérine, son beau-père et sa mère l’élèvent tant bien que mal entre difficultés à joindre les deux bouts et relations affectives chaotiques. Il aurait pu finir loubard, il est monté à Paris pour vivre de ses dessins.

Il y rencontre René Goscinny, le bon élève de Buenos Aires. Un enfant qui a eu une enfance triste et mélancolique. Une grande partie de sa famille a été déportée dans les camps de concentration.

Sur Instagram, les hommages à Sempé pleuvaient à travers les dessins de ses pairs : l’artiste C215 et ses pochoirs, Cati Baur, Catel… Pour moi, l’héritier le plus direct du Petit Nicolas est Pico Bogue !

A quand un Découvertes Gallimard consacré à Jean-Jacques Sempé ?

Retrouvez-ici mes meilleurs articles consacrés à la BD et à la littérature jeunesse :

La famille de Brunhoff, créateurs à succès : Babar, Vogue et photo journalisme engagé.

Astérix a 60 ans, l’éternelle locomotive de l’édition française

En 2008, quand j’étudiais les métiers du livre à l’IUT, j’ai visité cette exposition patrimoniale à la BNF : Babar, Harry Potter et cie…

Le week-end de la Toussaint en famille sous le soleil de Lille

En automne, c’est la tradition ! Nous aimons profiter des derniers feux de l’été au Nord. En 2014, notre lune de miel s’est déroulée à Bruges avec 20 degrés le 1er novembre. En 2018, nous avons visité Anvers… Cette année, les prix étaient vraiment fous pour aller en Belgique. Alors, nous avons décidé d’aller visiter Lille, son beffroi, ses friteries…

Lille est une destination imbattable, merci Ouigo (60 euros aller retour pour trois personnes). Vu la beauté de cette ville-musée, c’est vraiment la honte pour moi de ne découvrir Lille qu’à trente cinq ans.

Jour 1 : Un samedi historique, record de températures automnales

On arrive vers treize heures au Ibis budget près de la porte de Gand, un hôtel fort rudimentaire mais très proche du Vieux Lille. Avant d’aller faire la sieste, nous trouvons rue de Gand, un estaminet pour manger.

Il s’appelle Le bistrot lillois. Les plats ne sont pas hyper savoureux mais le cadre et la gentillesse du personnel ont fait le reste. Rapidement, la petite cave dans laquelle nous mangions s’est remplie.

L’endroit était vraiment magnifique avec ses vieilles radios en bois. C’est comme si le grand Jacques (Brel) allait arriver d’une minute à l’autre de Bruxelles pour un récital.

Les prix avoisinent ceux de Paris pour l’addition mais on a beaucoup apprécié la belle coupe chantilly spéculoos du menu enfant qu’on s’est partagé à trois.

Après la sieste, on était requinqués pour aller flâner dans les rues piétonnes du Vieux- Lille. C’était une véritable marée humaine, le combo vacances de Toussaint + été indien au maximum : terrasses de cafés bondées même le soir.

Je me rends compte que ces deux ans de pandémie nous ont collectivement transformé. C’est à la fois compliqué et tellement grisant de se retrouver parmi autant de monde après avoir été longtemps confiné…

J’ai été subjuguée par la façade Art déco de l’Huitrière qui abrite désormais un magasin Louis Vuitton. Je vous recommande cet article de Nord découverte qui retrace son histoire beaucoup mieux que moi.

Lille est une très belle ville pour faire les magasins. Il y a un bel effort fait par la voirie pour maintenir le centre-ville piéton le plus propre possible. J’ai particulièrement aimé la rue du musée d’art et d’Histoire L’hospice comtesse : rue de la Monnaie.

Avec mon mari, on s’est émerveillé devant cette devanture. On ne saurait dire si c’est une maison ou un immeuble car il n’y a qu’un ou deux étages avec des combles. On se croirait vraiment à Delft, la ville de Vermeer avec ses vieilles fenêtres, ses petits volets carrés.

L’architecture flamande est vraiment majoritaire en Europe. C’est elle qui est choisie pour l’imaginaire de Noël dans mes boutiques favorites : Hema, Sostrene Grene

Lille d’ailleurs est très cosmopolite. Elle se trouve au carrefour de l’Europe entre le Royaume-Uni et la Belgique…Ce samedi, on entendait parler néerlandais, espagnol… Les cuisines du monde entier cohabitent : un restaurant mexicain, des spécialités portugaises, des choux à la crème bien français…

La Grand’place était un passage obligé de ce week-end. Je dois avouer que j’ai beaucoup sous-estimé cet endroit tant celle de Bruxelles m’en a mis plein les yeux… Ici, on ne peut que constater l’éclectisme architectural : la Vieille bourse Renaissance avec ses arcades italiennes et sa cour intérieure et le modernisme 20eme siècle de l’immeuble La voix du Nord construit en 1936. L’ossature métallique a été recouverte par une sculpture en pierre de faible relief.

Concevoir cette composition comme une affiche est très avant-gardiste pour l’époque. Les blasons de vingt et unes villes de la région sont entourées de treize personnages emblématiques. Le groupe allégorique qui surplombe l’édifice représente l’Artois, la Flandre et le Hainaut.

Coup de cœur pour l’office de tourisme voisin. Il est abrité dans un ancien hôtel médiéval construit par le tycoon de l’époque : le duc de Bourgogne qui y est venu seulement trois fois. C’est un bel endroit avec beaucoup de ressources documentaires et de produits dérivés pour garder un beau souvenir de sa visite. Ils organisent des tours de la ville en bus si cela vous dit !

Jour 2 : Un Dimanche pépouze tranquille sur les bords de la Deûle

Le dimanche matin, on se lève tôt car nous nous sommes promis d’aller faire un tour à la pâtisserie-salon de thé Meert, l’institution de la ville. Ils ont même des boutiques à Paris. Un gentil client quand je travaillais à la librairie 7 ici m’a offert une de leurs gaufres pour découvrir. Celles à la vanille de Madagascar sont évidemment les meilleures. Speculoos c’est pas mal non plus mais j’ai moins apprécié marrons et pistaches.

Meert se vante de compter parmi ses clients le général de Gaulle ainsi que Buffalo Bill (une vitrine raconte l’histoire de sa visite). C’est le plus beau salon de thé que j’ai jamais vu.

Ensuite, nous vous dirigeons vers la citadelle construite par Vauban. L’architecture militaire n’est pas vraiment ma tasse de thé mais je sais que Vauban s’est pas mal illustré dans le Nord de la France notamment à Montreuil sur mer, la ville natale de mon grand-père.

Le sentier de promenade de la citadelle était un bel endroit de promenade avec ses petits ruisseaux et son mini parc d’attractions semi-payant. Notre petite fille a bien profité des jeux gratuits et j’avais bien envie de faire un petit tour de bateaux électriques sur la Deûle.

L’après-midi, nous avions décidé d’aller visiter la maison natale du général de Gaulle, rue Princesse. Elle se situe dans un quartier un peu excentré et nous étions un peu déçu de ne pas trouver un joli petit café dans le coin. Nous avons dû nous rabattre sur une taverne un peu surpeuplée le dimanche après-midi. La serveuse s’était déguisée pour Halloween et elle foutait sacrément les jetons avec son œil de verre.

Je n’aime pas Halloween, c’est moche, morbide et ça ne vend pas du rêve comme Noël. Ce n’est pas du tout féerique.

Nous étions encore plus déçus quand on a compris que sans réservation, nous ne pourrions pas visiter la maison. C’est un peu de ma faute car il faut toujours vérifier un site internet d’un musée avant de s’y pointer. Je comptais sur un flyer qui annonçait visite gratuite le dimanche soir à 17 heures. Mais je reviendrai ! J’avais vu quelques jours auparavant le film De Gaulle avec Lambert Wilson et Isabelle Carré.

Lille est vraiment liée à Charles de Gaulle, surnommé le grand connétable de France. Il existe un parcours de Gaulle à travers la ville. C’est un vrai miracle que le vieux-Lille hérité de la Renaissance n’ait pas été touché par les bombardements allemands et alliés pendant la seconde guerre mondiale. Ce sont beaucoup les faubourgs de Lille et ses environs qui ont subi de lourds dégâts.

Pour une prochaine visite, j’ai bien envie de visiter Roubaix et sa fameuse piscine, la villa Cavrois à Croix… Il serait de bon ton de cesser de caricaturer les Hauts de France comme le pays des Tuches. C’est une région splendide avec des gens accueillants dans les commerces et les restaurants.

C’est aussi une région très riche qui compte de nombreux entrepreneurs comme les plus grandes fortunes de France : Bernard Arnault vient de Roubaix. Roubaix, c’est là où tout commença pour Promod, Camaïeu

Mon mari et moi avons adoré Lille et comptons bien y revenir à l’occasion du marché de Noël ou bien on envisage une journée shopping sur la journée tant c’est proche de Paris. Je regrette de constater la sous représentation touristique de Lille alors que c’est sans doute l’une des plus belles villes de France.

Une ville-musée qui entretient avec talent son passé médiéval et Renaissance !

Retrouvez ici mes précédents carnets de voyage urbains :

Bern, au pays des ours

Un avant goût de vacances à Marseille

Ma pile de livres et de films de cet automne

Cet été, j’avais pris un grand plaisir à écrire cet article. Lire des bons romans et visionner des films est une vraie détente pour moi pour m’évader l’esprit face à cette actualité plus que morose. Alors je continue sur ma lancée.

Je commence par les films car je me régale sur Netflix et grâce à la plateforme Eureka des bibliothèques du Val de Marne, j’ai même envie de retourner au cinéma même si c’est hors de prix.

Le tigre et le président avec Jacques Gamblin et André Dussolier.

Un film avec Jacques Gamblin, j’y vais les yeux fermés. C’est l’un de mes acteurs préférés. Tout son jeu d’acteur se lit sur son visage. D’ailleurs, dans ma dernière sélection de cet été, il y avait Holy Lola, un film dont il est l’acteur principal. Ce film, je suis allée le voir un dimanche matin pendant mon road trip au Touquet.

Il y avait des longueurs mais c’était une bonne réflexion sur le métier de président de la République. Pour une fois, un film porte un regard critique sur Georges Clémenceau. Il était un redoutable animal politique qui a humilié l’Allemagne avec un traité de Versailles drastique en 1920. Je connaissais l’anecdote du président de la République qui était tombé d’un train en pyjama. J’ai découvert le portrait d’un homme qui a sombré dans la folie à cause d’une fonction trop grande pour lui. Il décore à tour de bras des gueules cassées tandis que Suzanne Noël les réparait au lendemain de la première guerre mondiale.

BD A mains nues, tome 1 et 2, Leïla Slimani et Clément Oubrerie, Les arènes

Cette BD était très attendue car elle associait deux talents de BD et de littérature. J’aime vraiment les biographies historiques et cette BD a de nombreux traits communs avec Pablo, la BD dessinée par Oubrerie. J’ai découvert le style de Leïla Slimani qui apporte de la profondeur à cette femme qui a vraiment bousculé les codes.

BD L’adoption,cycle 2 : Wadji, Zidrou et Monin, 16.90€

C’est vraiment mon coup de coeur BD de cet automne. J’aime beaucoup Bambou pour ses BD de société très actuelles. D’abord, c’est un très grand format bien utile pour montrer en grand les émotions contradictoires que ressentent cette famille de bobos lillois qui adoptent un orphelin yéménite de neuf ans.

C’est un petit garçon mais il a vécu des situations extrêmes qui désarçonnent sa nouvelle famille par ses réactions. Il a perdu sa naïveté et son insouciance et on se demande qui arrivera à l’apprivoiser.

Une lecture de toute beauté qui montre les traumatismes psychologiques vécus par les migrants.

Simone, le voyage du siècle, un film d’Olivier Dahan avec Elsa Zylberstein et Rebecca Marder.

C’est le film que j’attendais le plus cette année. J’adore les biopics : Ray, Claude François, La dame de fer sur la vie de Margaret Thatcher. En France, il y a peu de films qui racontent la vie d’une femme politique… J’avais adoré La môme avec Marion Cotillard et j’ai lu plusieurs livres sur la vie exceptionnelle de Simone Veil. Quand elle défie les députés haineux qui essayent de l’intimider, je me dis que c’est un film très utile et familial pour résister contre la haine, le racisme et l’antisémitisme.

Un indien dans la ville de Hervé Palud avec Thierry Lhermitte, Patrick Timsit, Arielle Dombasle, Miou-Miou, 1994

Quel bon moment de comédie de revoir ce film ultra populaire. J’avais oublié à quel point les dialogues étaient comiques. Le thème de ce film c’est de rire des manières radicalement différentes d’élever un enfant. Pas d’adolescence dans la tribu de Mimi Sikku. Comment veux-tu faire obéir un gosse qui part trois jours chasser et manger du barracuda tout seul au coin du feu dans la jungle. Mention spéciale au duo d’acteurs Lhermitte/Timsit…

Série Detox sur Netflix avec Tiphaine Daviot et Manon Azem

J’ai découvert cette série grâce à un magazine féminin et mes deux collègues se sont bien marrées aussi. C’est l’histoire de deux cousines, des trentenaires parisiennes de mon âge qui se vautrent allégrement dans leur vie perso et pro car elles sont accros à leurs écrans.

Même leur cousin de treize ans les considère comme des ratées. J’ai beaucoup aimé le jeu de Tiphaine Daviot qui va loin dans l’excès et la caricature. Elle est ingérable, elle me rappelle Marion dans Scènes de ménages sur M6.

Oh happy day d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat, éditions Fleuve

C’est la suite du roman épistolaire Et je danse aussi. On retrouve Pierre-Marie et Adeline qui correspondent entre sa campagne drômoise à lui et elle à Toronto. Elle s’est mariée à Ben, un affreux jojo bien flippant qui casse des bras à tour de bras; Haletant ! Une vraie claque littéraire pour moi.

Le charmant cottage d’Amélia, Abby Clements, Pocket

Cet été j’ai bien aimé lire Les divines glaces à l’italienne d’Anna. J’ai trouvé que cette auteure de feel good écrivait avec profondeur et introspection. Il ne faut pas se fier au titre un peu nunuche de ce livre, il raconte un couple qui se délite et se confrontent à ses aspirations différentes quand ils se lancent dans la poursuite de leur rêve : la rénovation d’un cottage loin de Londres qui s’avère être un vrai taudis !

Réveil catholique, emprunts évangéliques au sein du catholicisme, Valérie Aubourg, Labor et Fides

Cet essai de sociologie m’a bien plu car il parle de pas mal de communautés spirituelles en France que je connais et comment elles prouvent que croire en Jésus en 2022 est loin d’être ringard et désuet. Depuis, j’ai découvert le compte Instagram d’Albertine de Baecker et les chansons de Vinz le Mariachi, deux catholiques qui vivent leur foi avec intensité et authenticité.

Les livres pour enfants

Gâteaux kids écrit par Juliette Lalbaltry, éditions Larousse, 9.95€

Ce livre, je l’ai découvert dans Le blog de Néroli et dans le journal gratuit 20 minutes. Je n’ai pas plus que ça envie de réaliser les recettes car les bonbons chimiques m’écœurent vite mais j’aime beaucoup regarder ce livre pour son esthétique très Instragramable ! J’aime beaucoup leur mise en scène.

Petit robot vert, Miguel Lalor, éditions Scriptura, 15€

Cet album pour les enfants à partir de 5 ans nous questionne sur notre rapport à la performance pour évaluer notre valeur. J’ai ce défaut de vouloir produire pour me prouver ce que je vaux. Plus qu’un album pour enfants, il questionne les parents sur le sens que l’on donne à ce que l’on fait. Ce livre propose une vraie réflexion philosophique.

Les réels d’Alizon sur Instragram

Cette petite nana blonde de Bordeaux je l’ai découverte par hasard sur Instagram. Ses réels de Docteur Black out ou quand elle se prend pour un commissaire de la brigade féline pour auditionner son enfant, me font hurler de rire. Mieux, ils me donnent le sourire quand le temps est bien morose. Je suis assez atterrée par les messages de rageux haters qui s’en prennent à elle car ils sont envieux. Elle fait un sacré boulot de montage et de mise en scène pour ses vlogs de voyage et ses tranches de vie. Je pense qu’elle a un bel avenir dans le stand-up !

C’ à vous animé par Babeth Lemoine et son équipe sur France 5 : Pierre Lescure, Bertrand Chameroy, Emilie Tran Nguyen…

Cette émission quotidienne est devenue le rendez-vous incontournable des chanteurs, hommes politiques ou acteurs quand ils font de la promotion ou la une de l’actualité. Je trouve qu’il y a un bon esprit dans cette bande, c’est convivial de diner avec ces chroniqueurs qui sont authentiques. On se croirait vraiment dans un vrai diner entre amis avec ses blagues, les grands éclats de rire de Babeth qui mettent à l’aise. J’ai remarqué que le cameraman faisait souvent un plan sur les jambes de Babeth en micro short et escarpins. Pas de quoi crier au sexisme non plus !

Dans un autre genre, comme Stromae, j’aime regarder Ca commence aujourd’hui, l’émission de Faustine Bollaert. Une émission lui a inspiré une chanson Fils de joie.

Au revoir Elisabeth II, ambassadrice dans le monde entier d’une culture british iconique !

Le 8 septembre dernier, nous avons vécu un moment historique digne d’un épisode de la saison 1 de The crown : la mort d’une monarque et de tout le cérémonial qui en découle. Que l’on soit en 2022 ou dans les années 1950 quand Elisabeth est montée sur le trône à 25 ans, rien ne change.

Le moment crucial où l’un des cérémoniants brise une baguette de bois pour signifier la fin de son règne m’a vraiment saisie. On se serait cru dans un roman de la série Harry Potter. C’était vraiment marquant à une époque où il n’y a plus vraiment de rites ou que l’on met aux placards tous les symboles que l’on peut.

Nous vivons une époque où tout va trop vite, mais une petite dame de 96 ans avec son sac à main et ses corgis a captivé le monde par son intemporalité. Il fallait la voir deux jours avant son décès à Balmoral, recevoir une nouvelle Première ministre Liz Truss. Chapeau Madame !

The crown n’aurait pas pu rever meilleure clap de fin.

Je ne suis ni monarchiste, ni anglaise mais c’était un moment historique fort et universel, une page s’est tournée et je me rends compte que je vieillis moi aussi. En juin dernier, c’était le jubilé de la Reine pour fêter ses 70 ans de règne. Un record qu’elle partage avec Louis XIV et la reine Victoria. Aucun président de la République n’aura marqué le 20eme siècle comme elle l’a fait.

Je suis née à la fin des années 1980 quand Lady Diana dictait les tendances mode avec ses tenues. Je regardais avec ma maman les comédies anglaises rediffusées maintes fois à la télévision : Quatre mariages et un enterrement, Coup de foudre à Nothing Hill… J’ai continué à les aimer quand j’étais étudiante : Love actually, Le journal de Bridget Jones… Toutes ont un point commun : Hugh Grant, concurrencé dans mon coeur par Colin Firth

Je n’aime pas vraiment Londres mais tous ces films et ces séries Netflix : Downton Abbey, Charlie monte le son me donneraient bien envie d’une petite visite. Quelques vlogs d’août de Lena situations s’y déroulaient, notamment un dans un grand magasin de jouets.

J’adore la vidéo où la reine tourne une scène avec l’ours Paddington. C’est vraiment un trait culturel d’un très grand pays avec une tradition littéraire : Jane Austen, Daphné du Maurier, Beatrix Potter, Peter Pan

J’ai bien envie d’aller me promener un jour dans l’un de ces grands parcs londoniens à la recherche de statues de personnages illustres. Quand j’avais neuf ans, on avait visité Londres en famille. Je me souviens des écureuils de Hyde Park. On avait voulu voir la relève de la garde bien évidemment. Il parait que Buckingham Palace est un immense palais très austère avec plus de 700 pièces mais c’est une institution en Europe.

Londres est une grande ville typiquement européenne même si elle a divorcé avec le Brexit. Elisabeth II et sa famille ont résisté à l’Allemagne pendant la seconde guerre mondiale avec une sacrée bravoure. Cette famille a refusé de se mettre à l’abri pendant les raids aériens et la jeune Lilibet a suivi une formation d’ambulancière quand elle était toute seule. Cela me rappelle une série Netflix assez géniale : Land of girls.

Dans le domaine de la musique, je n’y connais rien mais c’est certain qu’entre les Beatles, les Sex Pistols, les Rolling Stones, la culture anglaise est assez riche. Moi, j’ai des goûts musicaux beaucoup plus insipides et mainstream…

En 1998, j’avais onze ans et les Spice Girls étaient nos modèles dans la cour de récréation. Elles chantaient pas forcément très bien mais ces filles délurées qui portaient le drapeau anglais sur une robe riquiqui étaient fascinantes. Surtout quand elles étaient présentées à la reine et à sa famille. Sacré contraste.

Enfin, j’ai une amie Rachel que j’aime beaucoup parce qu’elle est typiquement anglaise alors qu’elle vit à Paris depuis dix ans. Quand je vais chez elle, on mange d’excellents gâteaux, sa décoration intérieur est à l’image de sa nationalité, elle s’habille avec des couleurs pastel et elle s’est mise à créer des bijoux, qui lui ressemblent. Cela s’appelle Trenna jewellery et c’est british tout simplement !

Dans ce blog, j’ai écrit une quinzaine d’articles sur l’Angleterre et sa culture car elle est fascinante !

Out of the box, le guide touristique des Arènes pour découvrir Londres autrement

– Un roman aussi dépaysant qu’un voyage en Eurostar : La dernière conquête du major Pettigrew

Pourquoi j’aime the Crown

La piscine de Rosemary, un roman qui rend hommage aux piscines londoniennes

-Pourquoi j’ai eu un coup de cœur pour l’autobiographie et la série Call the midwife

Regarder une image, c’est aussi apprendre à lire

La rentrée scolaire s’est relativement bien passée même si la rhinopharyngite est venue se taper l’incruste la deuxième semaine.

Nous avons appréhendé la rentrée un peu trop confiants tant notre fille était dans son élément dans sa classe de toute petite section et au centre de loisirs l’an dernier.

J’ai réalisé que les rentrées suivantes étaient source de frustration même pour les élèves de maternelle : mécontentement que les copains de l’an dernier soit dans une autre classe, perdre ses repères au porte manteau et au dortoir alors que les lieux sont les mêmes, apprivoiser la maîtresse quand l’ancienne est dans la classe d’à côté…

Heureusement, tout s’est bien passé grâce au grand professionnalisme et l’écoute des maîtresses et de la directrice. J’ai beaucoup aimé la réunion des parents avec la maitresse. Ma fille est désormais en petite section, elle va apprendre l’alphabet et à écrire son prénom cette année, reconnaître le prénom des copains aussi.

Une grande attention va être portée au livre et à la lecture, ce qui me fait sacrément plaisir en étant une ancienne libraire ! Alors j’ai voulu partager nos coups de cœur livres et dessins animés.

Chez nous, il n’y a pas de télévision mais un vidéoprojecteur pour regarder des dessins animés ensemble. C’est un moment de partage et de transmission où l’on replonge dans ses souvenirs d’enfance…

Ana Ana, Dominique Roques et Alexis Dormal (mère et fils), éditions Dargaud, 20 tomes , 7€95

Cette pépite a été une découverte grâce à un cadeau d’anniversaire de Marraine (Rebecca, reconnaissance éternelle !) Ana Ana est la petite sœur du célèbre Pico Bogue. C’est une petite fille très volontaire et très chevelue qui entraine toute sa galerie de doudous dans ses aventures. On se marre bien quand ma fille récite le nom des doudous…

Au début, j’étais très sceptique car je trouvais le dessin à l’aquarelle vraiment trop classique mais ça fonctionne vraiment bien. Ana Ana me fait penser aux aventures du Petit Nicolas de Sempé et Goscinny par les thèmes intemporels que cette première BD traite !

Dans un autre genre de dessin très classique à l’aquarelle :

Ernest et Célestine, série de 26 épisodes diffusés sur France 5 depuis 2017

Nous avons découvert ce dessin animé pas tout à fait inconnu chez Ugo et Ellyse cet hiver, à la télévision en Suisse. Une série jeunesse scénarisée par Daniel Pennac, c’est forcément bien ! A l’origine, Ernest et Célestine c’était une série d’albums jeunesse crée par Gabrielle Vincent en 1981.

On aime beaucoup la poésie de cet univers hors du temps, l’amitié un peu à contre courant entre cet ours et cette souris. Les dialogues sont très psychologues car ils n’éludent pas les petites rivalités, les défauts et les qualités des personnages. La petite souris Célestine est très perspicace, c’est un vrai petit leader qui réconcilie les autres et dénonce les injustices. Et puis surtout, il y a cette musique folklorique venue de Charabie…

Petit ours brun 3D sur Youtube : 98 000 abonnés dont moi !

J’ai une tendresse toute particulière pour lui car c’est le premier dessin animé que nous avons montré à notre fille. Je l’ai choisi car c’est ce que j’aimais quand j’avais son âge et qu’il y a plein de produits dérivés dans la presse et les magasins de jouets.

Je me suis d’ailleurs bien galérée à trouver les petites figurines. Petit ours brun existe depuis 1975, sa créatrice Claude Lebrun est décédée mais c’est toujours son illustratrice des débuts, Danièle Bour qui continue l’aventure. Ma collègue Laurène m’a donné un ancien album qui deviendra collector chez nous. Pour le dessin animé, je préfère vraiment la version 3 D qui date de 2017. Les dessins sont agréables à regarder, une grande attention est portée à la bande sonore et musicale qui rythme le dessin animé…

Mon amour, collection Grandir avec Archibald, Astrid Desbordes et Pauline Martin, Albin Michel jeunesse, 9.90€

Encore un beau cadeau de Marraine. J’ai vraiment aimé le propos de ce livre qui parle d’amour inconditionnel, de non possession avec du beau dessin qui parle à tous. J’ai découvert au dernier festival du livre de Paris à quel point Archibald était populaire, je l’ai aussi retrouvé à la maison de la presse du Touquet.

Et vous quels sont les dessins animés et les livres jeunesse que vous avez découvert ou que vous avez envie de transmettre à vos enfants ?

Retrouvez ici mes chroniques autour de la parentalité :

Des gigoteuses à la pelle

Dormir comme un marin du Vendée globe quand on devient parent

Décorer une chambre de bébé sur le thème de la forêt

J’ai fait Pékin Express en solo… je suis allée en train puis en voiture puis à pied au Touquet !

Il y a des expériences un peu dingos que j’aime tenter. Depuis que je suis maman, cela ne m’arrive plus de partir en week-end toute seule. Je voulais partir avec deux copines mais nos agendas ne se sont pas coordonnés.

Mais je voulais absolument boucler ce bel été par un dernier salut à la mer, sa vue me ressource tellement.

J’aime le Touquet car c’est le berceau de la famille de ma mère. Mes grands-parents sont enterrés à Montcavrel, à quinze kilomètres de la fameuse Canche, la rivière qui sépare Etaples du Touquet.

Le coin de détente de mon grand-père pécheur, à égalité avec le plongeoir du Touquet, où il faisait rigoler les filles dans les années 1950.

Je vous recommande Merlimont, une petite ville familiale où l’on mange d’excellentes moules frites.

Donc, je suis partie en week-end samedi dernier, quand le monde entier pleurait la reine d’Angleterre, aux kiosques à journaux, gare du Nord. La météo annonçait des averses, il a fait un temps superbe. Heureusement, vu les péripéties que j’ai vécu.

Je garde une dent contre la SNCF et la mairie du Touquet qui organisent n’importe comment les navettes vers la gare d’Etaples. J’avais déjà vécu ce genre de désagrément en famille en juin 2020 et cela devient vraiment lassant.

La prochaine fois, j’irai à Trouville , véritable station de métro parisienne dans le Calvados. Je me demande même si ce n’est pas fait exprès pour décourager les voyageurs sans voiture.

J’ai pu compter sur la gentillesse d’une dame et sa fille qui m’ont conduite jusqu’à l’aéroport à l’entrée du Touquet pour reprendre la navette. Seulement la prochaine était prévue dans seulement deux heures. Alors, j’ai pris ma valisette à deux mains pour parcourir les 3 kilomètres qui me séparaient du centre-ville.

Au début, c’était une ballade plaisante au milieu de splendides résidences secondaires aux volets clos, dans la pinède et les feuilles mortes qui annonçaient l’automne. Mais passé le rond-point du musée du Touquet, j’en ai quand même eu ma claque.

Heureusement, mon hôtel se situait à 50 mètres du front de mer et du mini-golf. Pour la modique somme de 90€, j’ai eu droit à une chambre individuelle dans une auberge de jeunesse un peu défraichie. J’hésite encore à vous conseiller l’endroit car se sécher avec les draps et les taies d’oreiller, c’était un peu light comme prestations hôtelières…

Le lit n’était pas très bon, les prestations étaient très rudimentaires pour le prix payé, les cloisons étaient fines comme du papier à cigarette (j’ai même entendu le voisin ronfler)… Mais la plage était là, toute proche. Car c’était vraiment pour elle (et faire les magasins) que je suis venue !

L’après-midi, je me suis régalée à déambuler dans les rues du centre-ville, à flâner dans les magasins de fringues et de décoration rue Saint-Jean… Cela me fait bien marrer de rentrer dans les magasins qui vendent des spa et des jacuzzis pour résidences secondaires.

Je crois que mon mari est presque ok pour notre retraite. Les commerçants sont très sympathiques dans l’ensemble même si on sentait bien que la saison était bien finie.

Le meilleur moment du week-end a été la fin de journée sur le front de mer. Le mini golf est vraiment un bon spot le samedi soir pour boire un verre avec ses amis. Je suis allée manger une bonne entrecôte sur la terrasse de l’Enduro à coté du fameux Aqualud dont le sort est en suspens.

L’esplanade qui donne sur le club de plage Joie de vivre est vraiment un bel endroit le soir, même si c’est beaucoup moins animé que la rue principale de Sozopol, en Bulgarie.

Le lendemain, la journée est passée assez vite. Je me suis régalée avec un bon film Le tigre et le président avec Jacques Gamblin et André Dussolier. La caissière du cinéma Les trois as était très accueillante, le cinéma était très chic.

Les prix concurrençaient ceux de la capitale : 10.30€ l’après midi mais le prix de la séance du matin était correct.

Le Touquet est une charmante bourgade de 4200 habitants à l’année. Cette station réputée attire plus de 250000 habitants en pleine saison, dont une clientèle majoritairement anglaise depuis ses origines au 19eme siècle. D’ailleurs, la ville a décidé il y a quelques jours de rebaptiser son aéroport en hommage à Elisabeth II.

La fin du voyage a été ternie par un sacré stress de ne pas avoir de navette pour reprendre le train. Les horaires donnés par l’office de tourisme n’étaient pas les bons et les taxis étaient tous pris d’assaut. Heureusement, la navette est arrivée à l’heure indiquée sur l’abribus et j’ai pu compter sur la solidarité de deux jeunes touristes belges qui m’ont filé 1 euro pour pouvoir la prendre.

Car bien évidemment, je n’ai jamais de cash, pensant que le sans contact est répandu partout.

Finalement, ce week-end en solo était une bonne expérience pour me rappeler mes qualités de débrouillardise et d’improvisation car c’est toujours mon mari qui organise les checkings et autres organisations de nos voyages. J’ai réussi Pékin express au Touquet mais la prochaine fois cela sera en duo avec mon numéro complémentaire !

Retrouvez-ici mes derniers carnets de voyages sur le blog :

– Un air de vacances début juin à Marseille

Voyage à Bern, au pays des ours

-Deauville / Trouville, le 21eme arrondissement parisien