Devenir, la biographie de Michelle Obama tant attendue, je l’ai lue !

Cette année pour Noël 2018 , j’avais une idée précise du cadeau que je voulais : la biographie de Michelle Obama en français.

thumbnail (3).jpg

C’était l’événement éditorial de l’année, annoncé des mois en avance par les revues spécialisées comme Livres-hebdo. Les enchères sont vite montées entre éditeurs pour le publier.

C’est Fayard qui a remporté la mise et qui a mis en place toute une communication autour de ce livre : comme aux Etats-Unis, il est prévu une série de conférences avec l’auteure dans de grandes salles en France.

J’apprécie beaucoup cette personnalité publique pour son discours politique qui me plait bien, les valeurs familiales et conjugales qu’elle porte, son histoire personnelle et aussi détail futile, sa manière moderne et accessible de s’habiller.

michelle-obama-en-jason-wu_4863477

Copyright Reuters

J’ai même acheté, il y a dix ans maintenant, un livre en anglais dans la librairie Galignani qui recense ses tenues et non je n’en ai pas honte ! Je trouve que sa robe créée par Jason Wu pour un bal d’investiture en janvier 2008 est superbe et je suivais même un blog américain à un moment pour regarder ses cardigans, ses robes à lavallières et colliers de perles…

D’ailleurs, il est aussi question de mode dans ces mémoires. Michelle Obama explique comment ses vêtements comportaient sans qu’elle le veuille vraiment, un véritable message politique qui la dépassait un peu.

Celle qui lui a succédé en tant que First lady l’a d’ailleurs bien compris. J’ai beaucoup aimé la tenue bleue glacé de Mélania Trump pour la cérémonie d’investiture de 2017. Elle a choisi Ralph Lauren pour se placer dans la tradition américaine : la référence au style preppy et à Jackie Kennedy était évidente !.

En France aussi, on détaille beaucoup plus les tenues vestimentaires de la première dame (Brigitte Macron souvent habillée par Louis Vuitton) que son action caritative sur le terrain. Pourtant, les first ladies américaines sont beaucoup plus considérées aux Etats-Unis selon moi, on les prends au sérieux en définissant mieux leur rôle auprès de leur mari.

Je trouve ça même un peu fatigant ces polémiques sur l’argent du contribuable qu’elles coûtent, alors qu’elles se dévouent aussi à l’action politique de leur mari, qu’elles ont dû sacrifier leur métier, leur vie familiale comme Michelle Obama et que la politique les rebute beaucoup.

couverturelivreobama.jpeg

J’avais lu auparavant les autobiographies de Bill Clinton, Hillary Clinton ainsi que le livre de Barack Obama, Les rêves de mon père. Ce sont des personnalités publiques populaires (les présidents démocrates et leurs épousent fascinent les Français).

Mais l’élection de Donald Trump prouve qu’envisager qu’une ancienne Première dame aussi expérimentée soit-elle puisse revenir à la Maison -blanche en tant que big boss est tout sauf une bonne idée.

Malgré elles, Hillary Clinton et Michelle Obama représentent un mandat politique déjà tenté avec ses qualités et ses défauts. Les Américains portent aux nues ces first-ladies en imaginant un mandat présidentiel de Michelle Obama suite à son discours virulent contre le machisme de Trump mais cela tient du conte de fées.

devenir.obama.jpeg

Devenir

Michelle Obama

Editions Fayard, 2018

496 pages

24€

Le résumé : 

C’est un énorme pavé de 500 pages, structuré en trois grandes parties : Devenir moi, Devenir nous et Devenir plus.

Dans la première partie, Michelle Obama raconte son enfance et adolescence dans le South side de Chicago, au sein d’une famille de classe moyenne très unie composée de ses parents Marian et Fraser Robinson et de son frère Craig.

Elle rencontre Barack au chapitre huit ! C’est une femme amoureuse qui raconte leur histoire idyllique mais aussi leurs différences de caractère avec humour et vérité. Elle va vivre un drame : le décès de son père après un long combat contre la sclérose en plaques qui aurait pu mieux se passer si son père avait fait preuve d’un peu plus d’égoïsme, l’un des grands regrets de sa fille.

La troisième partie (la plus intéressante selon moi) est celle où elle raconte ses huit années passées à la Maison blanche. Elle explique comment elle a pu mettre en place un immense potager dans le jardin du palais présidentiel pour lutter contre l’obésité et la mauvaise nutrition des enfants américains.

Une réplique de Barack Obama m’a fait rire, quand sa femme faisait du lobbying pour interdire les snacks plein de graisses dans les cantines d’écoles américaines :

« Si je ne faisais pas voter cette loi, je pouvais dormir sur le canapé ! « 

Enfin, Michelle Obama raconte sa nouvelle vie à Washington, toujours protégée par des gardes du corps mais ayant retrouvé plus de liberté et d’indépendance vis à vis du protocole…

Mon avis :

Au début, je lisais assez lentement la première partie car Michelle Obama racontait son enfance au sein d’une famille heureuse et unie, des histoires assez ordinaires pour être honnête. Mais j’ai rapidement été convaincue par l’explication de son parcours méritocratique pour ne pas subir la fatalité : elle descend d’une famille d’esclaves noirs de Caroline du Sud.

La génération de ses parents et de ses oncles et tantes n’a pas pu connaître l’ascension sociale qu’ils méritaient parce qu’ils n’avaient pas de carte de syndicalistes pour entrer dans le système.

J’ai aussi beaucoup aimé son discours qui racontait une réalité injuste sans tomber dans le discours réactionnaire et revanchard anti-blanc. Michelle Obama est tout sauf une personne communautariste comme son mari qui a bâti son parcours politique sur une solide expérience d’animateur social dans les faubourgs de Chicago. C’est la meilleure ambassadrice du parcours de son mari et c’est beau à lire !

Je savais que tous les deux ont mis un bon moment à rembourser leurs prêts étudiants pour les études dans des universités prestigieuses de l’Ivy League : Princeton puis Harvard pour Michelle Obama.

Mais j’ai été assez impressionnée de voir que Barack Obama comptait (parfois à tort) sur les droits d’auteur de ses livres pour faire fortune. C’est assez encourageant de se dire que le travail intellectuel paye encore quand on veut être candidat à la présidentielle américaine, que tout ne se fait pas sur une fortune acquise depuis la naissance.

Enfin j’ai beaucoup aimé sa réflexion sur les évolutions sociétales très rapides auxquelles elle a été confrontée pour éduquer ses filles de manière authentique devant les caméras du monde entier : comment gérer la notoriété et l’emballement des réseaux sociaux, comment donner le sens de l’effort à des petites filles qui se retrouvent du jour au lendemain servies par des majordomes et des cuisiniers…

Il y a une personne centrale de la famille Obama dont la présence était déterminante à la Maison blanche pour garder la tête froide dans cet univers privilégié pour Michelle Obama : sa mère Marian Robinson. Elle rabrouait les journalistes qui encensait grossièrement ses enfants en remettant les pendules à l’heure avec beaucoup d’amour : « Ils ne sont pas exceptionnels, le South side regorge d’enfants comme eux « !

 

Ma note :

4/ 5 sardines

517417635517417635517417635517417635

Ce livre est dense, lourd à porter dans le train (mon mari a beaucoup râlé !) mais saluons son prix très correct : 24€ pour 500 pages.

Il m’a fait réaliser à quel point les Etats-Unis souffraient des tueries de masse et des règlements de comptes qui font vivre la terreur aux enfants et aux parents dans les écoles américaines maternelles, primaires et secondaires de tout le pays.

L’histoire d’une jeune fille du South side qui a été abattue dans la rue par erreur, m’a vraiment marquée.  Michelle Obama reconnaissait avec honnêteté que son mari et elle ne pouvaient pas donner de solutions miracles à ces jeunes sans cesse confrontés à la mort mais que l’école pouvait être un échappatoire possible.