Bonjour l’angoisse, une BD colorée de la douce époque du lycée

Bonjour l'angoisse, mes années lycée ou un bullet journal en BD.png

Je réfléchissais tout haut (oui oui ça m’arrive) à un nouvel article sur le bullet journal quand je l’ai repérée… une vraie pépite ! Un OVNI éditorial au rayon BD adulte de ma médiathèque.

Bonjour l’angoisse, mes années lycée ça s’appelle. C’est son format hors du commun qui m’a attirée : un cahier d’écolier à petits carreaux écrit comme au stylo à plume, qui se lit dans un autre sens.

Publié en 2018, ce roman graphique s’adresse à son public-cible : les millenials qui passent le bac cette année mais cela m’a aussi replongée dans mes souvenirs de terminale il y a douze ans maintenant.

Cette BD n’est pas donnée (20€) mais sachant que le pouvoir d’achat d’un lycéen est assez conséquent (entre l’argent de poche des parents, les étrennes de Mamie et quelques baby-sitting) ça serait dommage de passer à coté d’un bon moment de lecture.

album-cover-large-37153

Bonjour l’angoisse, mes années lycée, Lucile Gomez, Vraoum

Bonjour l’angoisse, mes années lycée

Lucile Gomez

104 pages

2018

Vraoum

20€

 

Le résumé : 

Il s’agit du journal intime d’une adolescente Marie- Pierre dite Mary-Stone, une sorte de Fifi Brindacier rock n’roll. Elle vient d’une famille un peu bourgeoise qui forcément la flique et ne la comprends pas. Il semble qu’elle soit fille unique et ses lacunes sociales (elle débute laborieusement à utiliser Facebook vers Toussaint) seront vite comblées par la rencontre d’une amie formidable : Plume, une vaporeuse jeune fille beaucoup plus assurée qu’elle avec son look et sa coupe afro. Plume parait beaucoup plus adulte et féminine que Mary-Stone.

Elles délirent à chaque cours, se vannent quand elles sont amoureuses… bref le quotidien de milliers de lycéens à l’heure du web 2.0 dessiné en BD par une illustratrice fort talentueuse : Lucile Gomez.

Cette auteure a déjà publié plusieurs BD de filles avant Bonjour l’angoisse : Tout est possible mais rien n’est sûr, La naissance en BD…. Elle a développé sa chronique de Plume et Mary-Stone, publiée chaque mois dans le magazine pour ados Phosphore en 104 pages de BD.

9782376680123_pg.jpg

Bonjour l’angoisse, mes années lycée, Lucile Gomez, Vraoum

Mon avis :

Tout d’abord ce roman graphique est une mine d’or à doodles (ces petites icônes qu’on dessine pour illustrer un bullet journal : un cactus, des flèches, un paquet de pop corn, le logo de Facebook…).

Ces petits dessins reflètent une société très occidentale et surtout très consumériste. C’est une BD très générationnelle où les millenials vont vite retrouver en dessins leur quotidien mais qui va vite paumer les vieux de la génération Y comme moi.

489

Bonjour l’angoisse, mes années lycée, Lucile Gomez, Vraoum

Pourtant les thèmes de cette BD sont intemporels : les cours, les garçons, les copies Canson qu’on stabilote et qu’on gribouille… J’ai beaucoup aimé l’originalité de cette BD mais je reconnais qu’au bout d’une trentaine de pages l’intensité graphique et le fourmillement d’idées m’ont perdues en chemin. C’est aussi dense en lecture que le discours ultra rapide d’un adolescent sur sa chaîne Youtube. Mais qu’est ce que c’est réussi !

Lucile Gomez est assurément une illustratrice à suivre dans la lignée de Pénélope Bagieu, Margaux Motin, Mademoiselle Caroline, Mathou...

487.jpg

Bonjour l’angoisse, mes années lycée, Lucile Gomez, Vraoum

Ma note : 4/5 sardines

517417635517417635517417635517417635

J’octroie quatre sardines bien méritées à ce roman graphique plein d’humour et très original. C’est un véritable OVNI éditorial très réussi au niveau du dessin. Tous les petits aspects du cahier d’écolier sont bien là : c’est aussi une belle prouesse d’édition pour publier dans un autre sens de lecture. On actionne volontiers la machine à remonter le temps avec cette BD même si l’intensité des doubles -pages m’a un peu perdue en route (comme les Egyptiens, Lucile Gomez pratique l’horreur du vide) .

Cela m’a fait penser à un roman d’apprentissage que j’ai beaucoup aimé et qui a été adapté au cinéma : Le journal d’Aurore écrit par Marie Desplechin, édité par L’école des loisirs.

Le-journal-d-Aurore.jpg

SardinesSi cet article t’a plu, rejoins vite la boite à sardines en t’abonnant à ce blog ! Chaque semaine tu découvriras des chroniques de livres, de BD, des bonnes adresses lifestyle, des astuces bullet journal rédigées par moi, libraire dévouée depuis dix ans !

Innover avec des pages originales pour son bullet journal grâce aux conseils de Bulle Dop

Comme ce fut le cas l’an dernier, Flammarion jeunesse m’a gentiment envoyé la version poche de Mon bullet avec Bulle dop afin que je le teste et que je vous en parle sur ce blog.

Mon bullet avec Bulle Dop ( un carnet et une planche de stickers inclus)

Bulle Dop

Flammarion jeunesse

2018

127 pages

9€90

Mon-Bullet-avec-Bulledop.jpg

 

Ce nouveau format est top, j’aime beaucoup son originalité. Les explications de Bulledop tiennent sur une grande page recto-verso que l’on déplie. Ensuite place à la créativité avec ce superbe carnet à points.

9782081421455_4

Crédit Flammarion jeunesse – Bulle Dop

Ce livre-carnet coûte 9€90 alors que tous les carnets de bullet journal avoisinent les 17€. Flammarion jeunesse n’a pas lésiné sur la qualité technique du carnet avec ses pages au grammage très lourd pour supporter le feutre ou l’aquarelle, qui ainsi, ne traverseront pas la feuille. Et ça,  c’est la qualité première que je recherche dans le bullet journal !

Nouveauté aussi, Bulle Dop a dessiné pour ses lecteurs (des filles en grande majorité) une double planche de stickers tout à fait pratiques et bien réalisés.

Voici sa vidéo de présentation de son livre. La première version a connu un vrai succès en librairies en quelques mois puisque les 5000 exemplaires se sont vendus très rapidement.

Dans le précédent article consacré au livre Mon bullet avec Bulledop, je vous avais parlé surtout du matériel. Cette fois-ci, j’ai bien envie de vous parler de la manière dont je structure mon bullet journal mois après mois.

Car il n’ y a rien de plus énervant que de se retrouver devant une page blanche ou de passer du temps à concevoir des pages qui ne serviront pas beaucoup finalement.

20180512_090654.jpg

Ton bullet journal, tu aéreras !

Je ne l’ai pas fait pour mon premier bullet et je le regrette un peu. C’est mieux de laisser une demie-page blanche à chaque fin de mois surtout si votre illustration du mois prend toute une page de votre carnet.

Les pages récurrentes chaque mois 

Au bout d’un moment, je suis arrivée à trouver une structure qui me convient bien :

  • une page pour l’illustration du mois : les montagnes en novembre, une bûche glacée en décembre…
  • Puis, une double page pour les moments marquants du mois : les sorties sympas que j’ai fait pour un ciné, un salon de thé, une promenade dans un parc…, les naissances, l’actualité sympa en général, que j’illustre avec des photos que me fournit mon gratuit favori A nous Paris.
  • Ensuite, une double page pour les statistiques de mon blog avec le nombre d’abonnés, de visiteurs, les statistiques des articles, le référencement, les services de presse que j’ai envie de demander comme les idées d’articles qui me plairaient d’écrire. Mine de rien, cette double-page m’aide beaucoup pour développer de nouvelles idées pour mon blog. C’est ça le principe du bullet journal, ça aide bien à s’organiser surtout quand on a une mémoire visuelle.
  • Enfin, une double page, celle que j’adore faire : la page culture et loisirs. Je dessine une pile de livres à colorier pour me souvenir des livres que j’ai lu, des visuels des films et séries qui m’ont tapé dans l’œil même si je n’ai pas eu le temps de les voir, une petite partie pour les expositions en cours à Paris et nouveauté, les challenge DIY que j’ai fait au cours du mois. J’adore cette page très importante pour moi, c’est un bon remède face à la routine métro-boulot-dodo qui nous tombe parfois dessus…20181209_160356.jpgLes pages plus exceptionnelles selon les mois de l’année :
  • une page avec des cases à cocher pour les cadeaux de Noël à faire, que j’égaye avec des masking tape Père Noël et cadeaux de circonstance… Très pratique une fois dans les magasins pour avoir une vue d’ensemble des achats à faire…
  • une page carnets de voyages avec des cartes postales, des billets de tramway des capitales d’Europe où l’on va…
  • les dépenses shopping qui m’ont fait plaisir : je colorie des grosses pièces de monnaie jaunes dans une Mason jar, ça m’amuse bien…

Je recherche aussi d’autres pages originales pour innover dans mon bullet journal. Il faut bien reconnaître que c’est un bon outil d’organisation même si je suis volontairement très laxiste la dessus ( les monthly logs, les dailylog et les trackers à objectifs, très peu pour moi).

Je vous recommande sur Youtube les vidéos de Bulle Dop, Lou Lacoste et Rose poudrée car elles ont vraiment à cœur d’expliquer comment faire.

Ce week-end, je me suis régalée avec mes feutres Lyra et Tombow (achetés chez Lavrut, passage de Choiseul) à dessiner ce sablier-sablier et cette pomme de pin en robe de soirée, des dessins trouvés sur le compte Instagram de Lou Lacoste !.

20181209_085349.jpg

 

 

Grâce à Mon bullet avec Bulle dop, j’ai décroché ma deuxième étoile…

Sans titre

Mon bullet avec Bulle Dop

Bulle Dop, Flammarion jeunesse,

novembre 2017, 128 p

14€95

Cet été, je me suis lancée dans la grande aventure du bullet journal. Je connaissais déjà ce phénomène mais l’aspect agenda personnalisé où tu passes des heures à tracer des traits et remplir des cases ne m’attirait pas.

Puis, j’ai découvert les tutos de Bulle Dop sur Youtube avec tout un tas de petits conseils malins qui m’ont convaincue. Ni une ni deux, je suis allée me choisir un superbe carnet Leuchtturm 1917 au BHV de l’Hôtel de ville et je me suis lancée…

Le bullet journal c’est un peu comme le ski, au début on galère, puis on progresse et ensuite ça devient une  vraie addiction : trouver de nouveaux masking tape, découvrir des petits doodles sympas pour illustrer mes pages, trouver de nouveaux feutres pinceaux…

Je remercie Flammarion jeunesse qui m’a gentiment adressé ce livre que j’attendais de longue date parce que à force les vidéos You tube, ça n’aide pas à la concentration.

Le résumé :

Bulle Dop vous explique en sept grands chapitres comment démarrer un bullet journal : le matériel, les pages indispensables, comment s’organiser au quotidien, ses pages détente et ses petits plus, ses modèles de calligraphie et ses idées de thèmes…

Mon avis :

Ce livre est vraiment bien conçu : sa mise en page très aérée avec ses titres efficaces, permet d’expliquer les grandes lignes ce qu’est le bullet journal. On retrouve dans les textes de Bulle Dop, son ton toujours très pédagogue et encourageant pour ses lecteurs.

Car avant d’être l’une des booktubeuses francophones les plus connues, Bulle Dop parcourait les médiathèques de sa région, puis de la France entière pour parler aux jeunes de sa passion pour la lecture et les réseaux sociaux. Cette jeune femme est libraire comme moi mais elle a un grand talent de formatrice, qui a fait son succès dans ses tutos sur Youtube.

Mon-Bullet-avec-Bulledop

C’est un ouvrage pratique à mi-chemin entre le scrapbooking et le développement personnel : faire du beau avec de la belle calligraphie et du dessin tout simple, ça renforce l’estime de soi.

C’est le message de Bulle Dop, malgré sa dyslexie, elle s’est lancée avec appétit dans la lecture. Elle a su tirer profit de l’immense couverture médiatique qu’offrent les réseaux sociaux pour devenir une critique littéraire 2.0 influente : elle anime une chronique livres dans l’émission C’est au programme sur France 2 depuis septembre.

Ce livre s’adresse aux ados à partir de 13 ans (le bujo est très majoritairement féminin), il donne des très bons conseils pour apprendre à s’organiser quotidiennement tout en customisant son carnet pour en faire un bijou arty.

Pourquoi acheter ce livre alors qu’on a vu tous les tutos bullet journal que le Web contient?

  • Il t’apprend la calligraphie peinard tranquille, sans devoir faire pause sur ta vidéo toutes les deux secondes et louper la moitié de l’explication, crois-moi c’est pénible !
  • Je me suis régalée à apprendre la calligraphie cartoon : le livre montre comment tracer toutes les lettres.
  • Les idées de thèmes sont originales et à portée de main parce que fouiller Pinterest à la recherche de doodles, ça va bien cinq minutes !
  • Le carnet offert avec le livre est vraiment de bonne qualité, le feutre ne passe pas à travers, je découvre la joie de dessiner dans un carnet à pointillés.Quand on sait qu’un carnet de bullet journal coûte à lui seul 17€, je trouve que le prix de ce coffret n’est pas exagéré…

Malgré quelques réserves : des photos un peu trop techniques et un chapitre sur le matériel peu développé, j’ai vraiment aimé tester ce livre pratique très réussi .

20171107_091436.jpg

 

Trois mois plus tard, le bullet journal et moi…

Cet été, j’ai regardé un tas de vidéos de tutoriels de bullet journal et je me suis lancée dans cette aventure éditoriale et artisanale.
Après avoir écrit un premier article, point de départ de plein de discussions très intéressantes avec chacun de vous qui lisez mes articles, j’ai voulu vous donner des nouvelles de cette expérience, trois mois plus tard.

Voici une vidéo très bien faite de la youtubeuse Lou Lacoste sur le matériel utile pour créer son propre bullet journal.

20171107_091551

Le carnet de voyage dans le bullet journal !

Le bujo, c’est une vraie activité de détente et de création pour moi. Dans le métro en revenant du travail, je rêvasse en réfléchissant à quelle nouvelle idée de page je vais bien pouvoir créer…

Mais il faut dire que je me suis totalement émancipée des cases routinières d’un agenda hebdomadaire (les fameuses weekly, daily et autres trackers un peu martiaux pour remplir des objectifs).

Le principe du bullet journal est de réunir des codes et des normes pour construire un mode d’organisation bien lisible pour les tâches de la vie quotidienne.

Moi, j’ai remarqué que les vraies techniciennes du bujo passent beaucoup plus de temps à tracer des traits à la règle pour faire des cases que mettre du contenu, car le contenu doit être le plus minimaliste possible.

Moi ce que j’aime, c’est un espace pour noter mes impressions sur les livres qui m’ont marquée dans le mois, coller plein de photos détourées glanées dans A nous Paris, faire mes carnets de voyages…

Je trouvais que c’était beaucoup de décoration et de calligraphie pour noter des tâches aussi routinières que sortir les poubelles ou étendre le linge.

J’aime chercher une idée de décoration pour ma grande illustration qui annonce le mois : un crayon pour la rentrée de septembre, un potiron en octobre, un coquelicot en souvenir du 11 novembre….

20171107_091405.jpg

Ensuite, je réalise un peu toujours les mêmes pages chaque mois : les moments marquants du mois avec les sorties sympas, mon étagère à livres dessinée avec un petit cactus sympa ou une grande pellicule de cinéma pour noter les films qui m’ont marquée….

J’aime beaucoup rechercher des petits dessins (doodles) sur Pinterest. J’ai découvert que je savais quand même dessiner pas trop mal et j’ai fait de grands efforts en calligraphie au fil du temps. J’ai même crée une bannière en free style tout à fait convenable.

20171107_091436.jpg

Si vous avez envie de commencer un bullet journal mais que vous retrouver face à une page blanche vous inquiète, je vous recommande les tutos Youtube de Bulle dop, Rose poudrée, Madame Patachou et Green life.

Si vous habitez Paris ou la région parisienne, profitez de la soirée de lancement du livre de Bulle dop à la librairie La mouette rieuse le 17 novembre prochain. Elle expliquera comment elle crée son bullet journal en partenariat avec les carnets Leuchtturm 2017 et les loisirs créatifs Toga France.

La semaine dernière, j’étais dans ma ville (Valence) et j’ai discuté avec deux chefs de rayon de la Papéthèque dans le centre ville. On en a convenu que les carnets Leuchtturm étaient vraiment top ainsi que les feutres Lyra pour le bujo.

1318782_soiree-bullet-journal-avec-bulledop_133306.jpg

J’ai testé pour vous le bullet journal et voici mon avis :

Grâce à un article paru dans Elle, j’ai découvert le phénomène des booktubeuses dont la chaîne Youtube d’ Emilie alias Bulle Dop. Elle chronique des livres et fait des tutos bullet journal !

Ses vidéos sont très bien réalisées avec toute une mise en scène et un ton très pédagogue. Bref, elle m’a convaincue de me lancer dans la grande aventure du bullet journal.

Le bullet journal, c’est un carnet pour organiser son quotidien avec des normes et des symboles pour lister ses to do list mais aussi ses objectifs personnels. J’ai la chance d’avoir une vraiment très bonne mémoire donc j’ai l’habitude d’envoyer valdinguer mon agenda alors j’ai adapté le bullet journal à ma sauce.

thumbnail_20170825_203607

Mon nouveau challenge : rédiger un bullet journal pendant un an sans le délaisser !

Je suis sur Instagram et Pinterest tout ce que publient le créateur du bullet journal (un designer américain) mais aussi ses suiveurs internationaux qui ont la générosité de donner plein d’astuces et d’idées originales.

Aux premiers abords, l’ampleur de la tâche : créer un bullet journal, seule face à ma page blanche m’avait bien découragée avant même de commencer. Alors, un bon vieux tableau vaut mieux qu’un long discours, voici une courte synthèse des avantages et des inconvénients du bullet journal.

index

 

– Un plaisir pour tous ceux qui (comme moi !) aiment le matériel de papeterie : les beaux carnets, les stylos pinceaux dans toute la gamme de couleurs, les masking tapes…

Je me suis trouvée (sur les conseils avisés de Bulle Dop) un magnifique carnet doré Leuchtturm 1917 au BHV mais malheureusement je l’ai pris à lignes car je n’ai pas pu vérifier s’il y avait des pointillés.

thumbnail_20170825_203557

Mes coups de coeur lectures de cet été, un plaisir !

– La possibilité de donner libre cours à sa créativité quand on aime le dessin, le coloriage, la calligraphie. Le bullet journal est un produit de son époque comme en témoigne le vif engouement des éditeurs pour ce phénomène : Albin Michel, Eyrolles, Marabout…

9782226393654-j

Le guide du parfait daily bullet, parait le 27 septembre 2017 aux éditions Albin Michel !

Moi ce qui m’a tout de suite plu, ce sont les lettres super graphiques que l’on trouve dans les cafés sympas type Costa Coffee. Cela donne un petit côté convivial à la calligraphie (ma maman est une experte en calligraphie, elle m’a inoculé le virus !)

– J’aime dessiner des petits pictogrammes visuels très vite repérables et compréhensibles : un ticket de cinéma, un paquet de pop-corn, un logo You tube ou Instagram. Bref que des codes très conformistes de la société de consommation dans laquelle on vit et à laquelle je suis carrément accro !

– La possibilité d’exprimer tout ce que l’on aime faire : les voyages faits dans l’année, les motifs qui m’inspirent dans l’art ou sur des vêtements, les films que j’ai vu, ma Pile à Lire, les chroniques de livres que j’ai aimé… Une totale liberté de créer comme on l’entend son carnet. J ‘ai pensé acheter un carnet déjà pré-rempli mais l’aspect personnalisable fait partie de l’ adn du bullet journal !

stock-illustration-50938596-minus-flat-blue-simple-icon-with-long-shadow

– Le bullet journal c’est une organisation vraiment martiale (oui, oui j’ose le mot !) si on adopte les normes au pied de la lettre. Je goûte peu aux joies des trackers mensuels (je vous laisse découvrir sur Youtube ce dont il s’agit) pour se donner des objectifs d’entreprise pour la vie personnelle. Cela ressemble un peu aux listes de bonnes résolutions du 1er janvier qui me découragent bien.

– Une activité éditoriale artisanale qui encourage bien malgré moi mon perfectionnisme maladif : la peur de faire un dessin trop moche, de ne savoir calligraphier qu’un seul type de titres, d’oublier de penser à insérer tel ou tel intercalaire pour indiquer le mois en cours. Bref, tenir un bullet journal, cela nécessite de faire des brouillons voire même un chemin de fer comme pour publier un livre.

J’en viens à la conclusion que tenir un bullet journal journal c’est sympa, palpitant, addictif… mais aussi frustrant de passer plus de temps à faire des cases à la règle que de créer, dessiner et colorier.

Malgré tous ses arguments très séduisants, les quelques inconvénients qui perdurent : un loisir chronophage et exigeant pour ceux qui ne sont pas nés avec un crayon dans la main comme moi. Même si on progresse vite en dessin et en calligraphie, je ne suis pas sûre de trouver le temps pour tenir efficacement ce bullet journal.

thumbnail_20170825_203532

Un mini carnet de voyage dans mon bullet journal

Cet article est un petit clin d’ oeil à ma voisine dans l’avion au retour de Sofia. Elle tient aussi un bullet journal ainsi qu’un futur blog !

Mes articles consacrés au bullet journal :