Rénover des vieux meubles de cuisine quand on peint comme un pied

Hier, notre vaste chantier de rénovation de l’appartement s’est achevé en beauté avec une seconde vie pour nos vieux placards de cuisine bien rustiques. Nous avons dû regarder une vingtaine d’épisodes de Maison à vendre sur M6 avec les architectes d’intérieur Emmanuelle Rivassoux et Sophie Ferjani.

Elles vantent les mérites d’une résine géniale pour un beau lifting de votre cuisine à moindre coup. Cela s’appelle le home staging et ça nous a permis d’économiser l’achat d’une cuisine neuve.

AVANT

TADAM !

Nous avons rénové la salle de bain, on n’a pas lésiné sur la dépense car elle en avait bien besoin. Alors dans la cuisine, même si les placards paraissent pourris de chez pourris, nous nous sommes lancés dans cette voie pour des raisons économiques et au nom de l’écologie un peu aussi. Nous avons eu la chance que les meubles avaient de jolies courbes alors que certaines parties étaient vraiment abimées et boursouflées.

Nous avons poncé les parties abimées au préalable et bouché les trous. Ensuite direction Castorama Nation, pour acheter deux résines de la marque 3V3 : du kaki pour les meubles en bois, du blanc pour la crédence carrelée. On a voulu privilégier cette marque pour ses pots de petit volume, le prix d’achat et sa facilité d’utilisation. Vous ajoutez juste un additif au début alors qu’il faut plus de préparation sophistiquée pour les autres marques.

Ma cuisine mesure 8m², un pot de 2 litres pour les meubles et de 0,75 litre pour la crédence suffisent amplement. C’est une résine très couvrante mais cela demande deux couches de peinture appliquées généreusement.

La petite faiblesse de notre grand chantier peinture est que l’on voit un peu les irrégularités des meubles malgré le ponçage. Et puis, on attend de pied ferme celui qui nous vannera en nous disant qu’on a peint comme des sagouins parce que nous sommes très fiers de notre œuvre.

Voila le résultat ! On y a ajouté des poignées de porte dorées à 4€50 pièce.

Une bonne idée que j’avais vue sur Instagram.

Quitter Paris 20eme pour Fontenay sous bois

Attention, attention on parlera beaucoup décoration d’intérieur dans ces prochains mois dans ce blog. En effet, après sept longs mois d’attente, nous allons déménager pour Fontenay sous bois et le Val de Marne. Après plus de six prorogations au compromis de vente, Dieu nous a donné un sacré coup de pouce tant la situation devenait absurde et sans beaucoup d’espoir…

Mais avant de partir, j’avais envie de rendre hommage à notre quartier, où nous avons vécu presque six ans. J’aurai toujours une tendresse particulière pour lui car c’est le lieu de la toute petite enfance de notre petite biche. Nous avons vraiment été bien entourés par notre nounou, l’ensemble de nos voisins et les gardiens de notre résidence HLM. C’est la première fois que nous restions aussi longtemps dans un quartier de Paris.

Je vous recommande les logements RIVP à Paris pour les soins apportés aux logements, le sérieux de leur personnel et la qualité du voisinage : la mixité sociale existe toujours !

Je vous propose donc une galerie photos de mes dix coins favoris du 20eme arrondissement :

La vue depuis ma cuisine vers les Mercuriales à Bagnolet.

Pendant les deux confinements, j’ai eu tout le loisir d’en admirer la vue. J’ai bien aimé cette fenêtre vers l’horizon avec la beauté des arbres au printemps et en automne. On se croyait un peu à New-York. Ma petite cuisine me manquera !

La vue depuis le square Séverine

Un square en hauteur et peu bruyant malgré la proximité du périphérique. Chapeau bas à la mairie du 20eme arrondissement pour tous ses parcs et jardins bien entretenus malgré les rats inévitables à Paris. C’était notre spot tous les week-ends jusqu’à la fermeture du parc et j’aimais voir les couchers de soleil du dimanche soir sur les maisons de La campagne à Paris.

La campagne à Paris.

En écrivant cet article, j’ai découvert que c’est un pasteur protestant Sully Lombard qui a crée cet espace pavillonnaire vers 1907 pour loger les foyers les plus modestes, face à la crise du logement. Il se trouve que c’était le pasteur de l’église protestante de Belleville (mon église !) Face à la Grande guerre et à la crise économique qui suivit la première guerre mondiale, les premières maisons ont été construites vers 1926. Ce sont des maisons qui valent aujourd’hui un million d’euros en moyenne ! Les temps changent.

Droits réservés. Un jour de plus à Paris

C’est un très beau lotissement de maisons en meulière qui tranchent avec les immeubles années 1930 du quartier. Stéphane Plaza y a tourné le générique de l’émission Maison à vendre sur M6 si vous y faites attention. Un havre de paix où les promeneurs du quartier viennent le dimanche arpenter les pavés des allées.

Le square Debrousse, rue de Bagnolet

De loin, mon parc favori pour la beauté de ses arbres en automne et sa fontaine tellement reposante pour l’esprit en ces temps difficiles. Ce square me manquera énormément pour tous les bons souvenirs là-bas : les parties de molky avec nos copains, les premières descentes de ma fille, les anniversaires des enfants qui débordent sur les pelouses…

La statue d’Edith Piaf sur sa place attitrée rue Belgrand, Paris 20eme avec une couverture de survie après la Nuit solidaire

La statue d’Edith Piaf sur sa place

Contrairement à sa légende, Edith n’est pas née sur un trottoir de la rue de Belleville mais bien comme tout le monde à l’hôpital Tenon. J’aime énormément la sculpture publique et cette statue est très réussie. C’est une place très sympathique du quartier.

La traverse de Charonne entre Porte de Vincennes et Gambetta

Cette petite navette m’a vraiment arrangée la vie pendant les fameuses grèves de transport de décembre 2019. Elle m’a épargné du stress et trois kilomètres à pied au pas de course pour aller récupérer ma fille le soir. Je l’appelle la Batmobile parce qu’elle va assez vite n’empêche. C’est le moyen privilégié par les personnes âgées pour se déplacer dans le quartier. Alors s’il vous plait la mairie, sauvegardez cette traverse vraiment utile !

La frise du MK2 Gambetta et son parc tout proche

Je ne suis pas très fan de la place Gambetta car sa rénovation est un vrai raté, c’est bruyant et embouteillé. Heureusement, la mairie du 20eme et son architecture lui sauve la mise. J’aime beaucoup son petit cinéma MK2, pas encore trop cher et sa frise Art déco si originale.

J’aime bien les serres du parc à proximité de l’hôpital Tenon. Mais c’est un lieu à fuir car beaucoup trop bruyant.

Le restaurant Au fond du jardin, rue Pelleport

Notre lieu de sociabilités favori. Nous allons vraiment regretter cette chouette terrasse urbaine où nous avons vécu pleins de bons moments avec nos amis. Les pizzas valent le détour, le personnel est sympathique. Nous y avons fêté le premier anniversaire de notre fille. Un souvenir inoubliable.

Le parc Martin Nadaud

J’aime beaucoup ce square en hauteur avec une belle vue sur le cimetière du Père Lachaise mais il est malheureusement trop petit pour tous les enfants du quartier. Le 20eme arrondissement est le plus peuplé de Paris ! Tout près, je vous recommande la bibliothèque Sorbier et La Bellevilloise. Plus loin, c’est Ménilmontant, un quartier aussi sympathique mais ce n’est plus chez nous déjà !

Le street art avec la devise de la ville de Paris, rue Belgrand

C’est un petit carreau de faïence contre un mur, pas facile à repérer. Je l’aime bien pour sa devise « Fluctuat nec mergitur » : « Il est battu par les flots mais ne sombre pas ».

Cette devise a été affichée en très grand sur la place de la République après les attentats de 2015. Elle a du sens pour moi.

Quitter notre quartier n’est pas une démarche évidente. Mais cet article qui fleure bon la nostalgie m’aide à passer ce cap. Il était important de parler de la porte de Bagnolet dans mon blog.

En 2021, je vous parlerai de tous les trésors du Val de Marne : Vincennes avec son zoo et son centre-ville si sympathique, les bords de Marne et ses guinguettes, les balades d’architecture pour moi et aussi de décoration intérieure car nous avons trouvé un appartement qui nous plaît. C’est un beau challenge motivant !

Retrouvez ici mon article sur les maisons en meulière du Val de Marne, notre première ballade dé confinée en mai !

Pendant ce temps, c’est l’automne en Bulgarie

J’avais envie de commencer novembre avec un article bien plus léger.

La semaine dernière, Google mettait à l’honneur dans sa bannière de recherche l’ « inventeur » du yaourt, Stamen Grigorov, compatriote de mon mari.

Droits réservés Google

Né en Bulgarie en 1878, ce microbiologiste a vécu un tournant essentiel dans sa carrière vers 1905. Établi en Suisse, il découvre une bactérie qui permet la fermentation du lait et donc la production de yaourt. Ce valeureux chercheur a aussi participé à l’élaboration du vaccin BCG conçu par Calmette et Guérin, scientifiques français.

Le yaourt bulgare est un élément clé de la gastronomie des Balkans. Personnellement, son acidité au petit déjeuner me rebute un peu mais j’aime beaucoup m’en servir pour mon plat fétiche de l’été caniculaire : le tarator !

Photographie prise par ma tante Zakarina

Je vous propose aussi de vous évader de ce climat morose avec deux photos bien agréables : une sculpture de sable géante sur la plage de Bourgas et une installation contemporaine dans le centre-ville à coté de la librairie francophile Helikon.

Photographie prise par ma belle-mère Elena

Pour la petite histoire, c’est ma grande pote Alix qui ne connait pas du tout Bourgas qui m’a parlé de ces grands livres qui font office de bancs en Bulgarie. C’est peu dire que dans les villes d’Europe de l’est, ils sont balèzes dans le domaine de la sculpture publique : à Sofia par exemple.

Je vous laisse donc avec cette oeuvre qui montre l’importance de la lecture, meilleur rempart contre la morosité et les mentalités étriquées.

Je me réjouis de voir l’attachement des Français à la lecture pendant ce re-confinement et je vous invite à lire mon article que je qualifierai en toute prétention de « visionnaire » sur le click and collect en librairies.

Sans rire, il est temps d’être militant dans ses achats pour encourager l’économie dont on dépend, celle qui nous permet d’être soigné, protégé , enseigné à l’école ou grâce aux bibliothèques. Oubliez la bonne affaires sur A… ou A …. E…

Retrouvez ici mes meilleurs articles consacrés à la Bulgarie, mon pays par alliance !

Carnets de voyages urbains : Sofia

Mon top 5 des meilleurs parcs et jardins en Europe.

Quand la fragilité devient une force

Dans ce blog, je vous parle souvent d’un coffee-shop qui me plaît beaucoup à Paris : le café Joyeux. Ce café emploie exclusivement des serveurs et des cuisiniers porteurs de trisomie 21 ou de handicaps mentaux.

Ils sont encadrés par des managers au grand cœur, j’aurai bien aimé en avoir des aussi gentils quand je travaillais dans une enseigne de restauration rapide atroce humainement. Elle a disparu de la situation et je ne vais pas m’en plaindre.

Cette entreprise inclusive a la faveur d’un grand nombre de médias nationaux comme Paris-Match, un reportage de 13h15 le samedi sur France 2… J’ai vraiment été touchée par le témoignage de Charlotte, une équipière embauchée au café Joyeux des Champs-Elysées.

Lors de son entretien d’embauche filmé par une équipe de télévision, elle racontait au fondateur Yann et à son équipe ses déboires professionnels passés avec un cri du coeur, « je veux faire un travail qui compte dans ce monde« .

Je vous encourage à fréquenter ce café où l’on se sent bien car on est accueilli comme des rois, sans pression ni mauvaise humeur. Il y a une bien meilleure ambiance qu’à Starbucks Opéra ou dans les autres Cojean et snacks rapido où l’on se fait bien pigeonner le porte-monnaie. Chez Joyeux, tout est bon, bien décoré et on passe un chouette moment.

Pour ceux qui ne seraient pas très à l’aise avec le handicap, détendez-vous ! On ne vient pas au café Joyeux par charité même si on contribue à l’emploi de personnes bien marginalisées sur le marché du travail et ça c’est trop chouette. Quand on voit la beauté de leur café sur la plus belle avenue du monde, on se dit que c’est des petits veinards de travailler dans un si bel endroit avant tout.

J’en viens au plus important : au café Joyeux, on fait des rencontres marquantes. C’est le lieu où les familles aidantes et les associations se retrouvent. Avant d’attendre un enfant, j’ai observé un jour au café Joyeux Opéra la joie d’un jeune garçon de 14 ans , porteur de trisomie 21. Il dansait de tout son cœur sur Beyoncé et il faisait vraiment plaisir à voir pour sa joie de vivre.

Ce petit moment volé m’a bien accompagnée quand j’ai claqué la porte d’un gynécologue âgé mais sacrément maladroit qui me pressait de faire toute une batterie d’examens pour « dépister les enfants mongoliens » (sic)

Alors, j’ai eu envie de lire le superbe récit de vie de la maman de Marcel écrit par Carole Deschamps : L’extraordinaire Marcel, édité par Flammarion.

Carole et son mari Sylvain se sont aperçus à la naissance du handicap de leur petit garçon. Ils n’ont pas baissé les bras grâce à l’amour et le soutien de leur famille et de leurs amis très attentionnés et précautionneux.

J’ai beaucoup aimé le ton de ce livre et la sincérité avec laquelle cette mère raconte comment cette embûche a transformé sa vie en bien ! Elle raconte la batterie de rendez-vous médicaux hebdomadaires pour Marcel mais aussi en quoi ses deux fils émerveillent sa vie.

C’est un livre très complet et bien écrit. Il s’adresse aux parents sur qui l’armoire vient de tomber dessus et je pense qu’il leur apportera un puissant réconfort et de précieux conseils pratiques pour le suivi médical et administratif de leur enfant… extraordinaire.

Le lectorat de ce livre c’est les nouveaux parents comme moi ou les professionnels de santé dans le domaine de la petite enfance. Il faut avoir passé l’épreuve du feu de l’accouchement qu’on soit le père ou la mère pour comprendre les montagnes émotionnelles que ces parents ont pu ressentir.

Ce livre m’a fait réfléchir sur la médiatisation des enfants trisomiques car j’avais des idées reçues. Je trouve que Carole Deschamps est une femme talentueuse qui a bien compris comment marchent les réseaux sociaux. Elle a trouvé le bon équilibre pour exposer Marcel tout en le protégeant.

Et surtout, j’ai compris que les réseaux sociaux servent de véritable bouée de sauvetage pour que ces parents d’enfants trisomiques se soutiennent et s’entraident dans ce casse-tête administratif que représente la scolarisation de leurs enfants. Elle rappelle pour clôturer le livre que l’éducation est un droit obligatoire à partir de 3 ans.

« Marcel, je l’aime, il est beau, j’ai envie de le montrer à tout le monde !  »

Carole Deschamps

C’est à travers les réseaux sociaux que j’ai découvert cet été le cri du cœur déchirant d’une famille aidante. On a refusé l’accès à leur petite fille dans un club de loisirs sur leur lieu de vacances parce que c’était trop compliqué pour les moniteurs de s’occuper d’une grande fille en couches.

La maman avait envoyé des emails bien avant leur arrivée pour expliquer l’importance de sa demande. On ne peut pas en vouloir à ces animateurs de loisirs d’avoir respecté les eux fermés les règlements en cette période sanitaire bien compliquée. Mais les règlements ne prennent pas en compte la fatigue physique, la charge mentale de ces familles aidantes à longueur d’année.

On a refusé à ces parents le droit de souffler et de sortir du rejet le temps des vacances. Notre société est bien handicapée de ses lourdeurs administratives.

C’est grâce à des émissions comme La maison des maternelles ou Ça commence aujourd’hui qu’il y a une meilleure prise de conscience collective du quotidien de ces familles. Je trouve ça génial que le petit Marcel ait posé pour une campagne publicitaire Petit Bateau, bravo à ces marques pour enfants qui ont fait preuve d’intelligence !

Je trouve que les campagnes publicitaires, les émissions de télévision ou encore les embauches dans les cafés Joyeux contribuent aussi à rassurer l’opinion publique en montrant que les personnes handicapées ne sont pas des extraterrestres non plus.

Bonne nouvelle, l’ostracisme envers les personnes trisomiques ou autistes a fait son temps ! Bon vent !

Je vous recommande une excellente BD écrit par un papa qui a découvert le handicap de sa petite fille à la naissance : J’ai écrit un article Mongolien toi même !

Traverser l’Europe en une journée avec une mini voyageuse de 18 mois pour aller en Bulgarie.

Cela fait toujours son petit effet quand on le dit ! Bon on blague un peu comme le vol en avion ne dure que 2h40 mais douze heures de voyage porte à porte ça vous met sur les genoux.

On n’a pas du tout regretté d’avoir laissé la poussette canne à la maison, notre porte-bébé BabyBjörn nous a sauvé la mise une fois de plus à l’aéroport de Beauvais. J’ai ressenti une petite pointe de fierté maternelle en me disant que je m’étais vraiment bien débrouillée avec l’organisation des valises.

Pourtant, ces vacances ont commencé sur les chapeaux de roue. Vomito sur la route après une cinquantaine de kilomètres à peine, arrêt sur la bande d’arrêt d’urgence pour changer la petite biche des pieds à la tête.

Mais rien n’allait nous décourager : #vacances bien méritées.

On s’est réveillé tôt le matin au 10eme étage du Vitosha park hôtel de Sofia avec une vue superbe sur les montagnes depuis une terrasse à couper le souffle. Prix de la nuit : 44 € avec petit déjeuner inclus. Même s’il y a eu des couacs : pas le lit parapluie prévu, pas d’eau chaude dans les chambres et donc pas possible d’utiliser la piscine intérieure, j’ai bien aimé cet hôtel et son petit-déjeuner européen.

Ensuite, nous avons pris la voiture avec mon beau-père pour rejoindre la grand-mère de mon mari Dafina que nous voyons une fois par an, dans sa ville de Cherven Bryag. J’aime beaucoup son appartement vintage des années 1970 avec ses boiseries, ses tapis et surtout ses deux balcons traversants depuis le 7eme étage.

C’est une vraie carte postale de la vraie Bulgarie avec ses immeubles communistes en mauvais état mais qui m’impressionnent beaucoup. Au bord de la mer Noire, c’est beaucoup plus élaboré en termes d’infrastructures pour répondre aux attentes des touristes. Et moi depuis huit ans de voyages en famille là-bas, je ne suis plus tout à fait une touriste.

Cet article n’est donc pas un carnet de voyages comme les autres. J’avais envie de vous parler de la vie quotidienne des gens en Bulgarie. Visiter l’Europe de l’est ou l’Europe centrale (je n’ai vu que Budapest pour l’instant) est assez instructif pour comprendre l’Europe dans sa diversité. C’est ma passion depuis que j’ai étudié l’anthropologie sociale et culturelle de l’Europe à l’Ecole du Louvre avec le Mucem.

Je vais commencer par ce qui vous intéresse le plus : la cuisine bulgare. J’affectionne trois plats principaux en Bulgarie. Ils constituent mon alimentation de base en été car ils sont bien rafraîchissants et revigorants après la plage : le tarator, la shopska salad et les banitsa.

En Bulgarie, vous allez manger beaucoup de concombre et de sirene (feta bulgare excellente) en été. J’adore aller dans les petites épiceries de village pour regarder les rayons. Je vous recommande de manger une bonne banitsa en revenant de la plage vers midi, ça requinque ( l’équivalent du croissant au petit déjeuner mais il faut aimer entre nous).

Ensuite, j’aime beaucoup observer l’architecture soviétique de la grande époque des années 1970 et 1980 à Sofia et dans la partie ouest du pays. C’est pas forcément très beau dans le paysage mais c’est une expérience à faire pour comprendre comment vivent les gens dans une Europe bien différente de la mienne.

Dans la partie est, celle où je vais tous les étés en vacances, c’est totalement biaisé pour le tourisme. Les stations balnéaires telles que Sozopol, Nesebar, Pomorie et surtout Sunny Beach logent une grande partie de l’Europe de l’est en été. Il faut donc appâter les touristes avec les dernières infrastructures modernes.

Je vous recommande Sozopol, ma station balnéaire favorite pour ses vestiges anciens et ses loisirs très bon marché qui vous feront passer des vacances inoubliables avec vos enfants. La visite de la vieille ville en début de soirée est d’une beauté et d’un dépaysement génial.

Ses maisons en bois ne sont pas classées au patrimoine mondial de l’Unesco mais c’est tout comme. Je vous recommande l’ hôtel Villi Sozopol à la pointe de la vieille ville avec sa vue impressionnante et sa bonne cuisine.

C’est le lieu idéal pour se baigner avec des enfants : le tour de banane gonflable tirée par un jet-ski coûte 5 € l’aller retour de 30 minutes (impensable en France) et vous pouvez fréquenter la piscine d’un hôtel pour 4 € la journée si la mer est trop agitée (ce que nous avons fait avec délice !).

A travers la lecture de cet article, vous aurez sans doute compris que la différence de standards économiques entre la France et la Bulgarie saute aux yeux. J’ajouterai que les professionnels du tourisme en Bulgarie sont vraiment aux petits soins pour les touristes étrangers. Il faut juste ne pas se laisser berner par les chauffeurs de taxi à l’aéroport de Sofia et à Sozopol (mais c’est universel je crois). La plupart des Bulgares sont assez francophiles !

Alors davaï en Bulgarie, vous y serez très bien accueillis.

J’ai même poussé l’expérience sociologique d’aller chez le coiffeur dans le village de mes beaux-parents, avec mon interprète de mari obligatoirement. Pour l’équivalent de 4€ la coupe, nous avons économisé vingt euros chacun pour une coupe sans shampoing ni brushing mais tout à fait dans le coup.

Retrouvez mes précédents articles qui parlent de mon pays par alliance :

En août, Le bal littéraire des sardines se met à l’heure bulgare !

Carnet de voyages en Bulgarie

Les meilleurs spots de l’Ardèche

Viens faire un tour sur le plateau ardéchois...

Dernièrement, j’ai écrit un article sur les meilleurs spots de la Drôme à l’occasion de la sortie du film biographique consacré au facteur Cheval à Hauterives.

Décidément, le cinéma est inspiré par la Drôme puisque le prochain film de Benoît Poelvoorde, Raoul Taburin a un secret (adapté des dessins du génial Sempé) a été tourné en Drôme provençale  : j’ai reconnu direct les vieilles pierres et les couleurs ocre des Barronnies.

Comme j’ai la double nationalité « dromardéchoise », je t’invite à enjamber le Rhône quand tu arrives à la gare de Valence pour venir en Ardèche.

3_vue_du_belvcdare3

La vue sur l’Ardèche depuis le belvédère du musée de Valence

Aux pieds du château de Crussol, une ruine médiévale, se trouvent des vignes qui délimitent les fameux coteaux du Rhône : Saint-Péray, Cornas, Tain l’Hermitage… Certes, il y a du bon vin mais aussi de délicieux chocolats à l’usine Valrhona, un salon du livre de référence et une foire à l’oignon ancestrale à Tournon …

valrhona.jpg

Une escale à Privas avant de prendre la route de montagne qui mène aux sources de la Loire, à la limite de la Haute-Loire et de l’Auvergne.

Les marrons glacés Clément Faugier, Privas

Mon arrière-grand père nous a transmis des terrains dans la région de Privas avec des châtaigniers. C’est la tradition chaque automne de faire la récolte des châtaignes pour une bonne rôtie, le soir devant la télé ou avec la dinde le soir de Noël.

clementfaugier.jpg

Privas est l’adresse mondialement connue de l’usine Clément Faugier, un peu comme le Nutella de Ferrero et ses noisetiers en Italie. Ce sont les belles boites de crème de marrons que vous trouvez dans toutes les crêperies itinérantes. Je les aime tellement ces boites métalliques que j’en fais mes pots à crayons. Je vous recommande les fondants à la châtaigne, même s’ils sont difficiles à trouver hors de Privas.

Puis, il est temps de grimper en voiture pour rejoindre le col de l’Escrinet et le plateau ardéchois. Une quarantaine de kilomètres tout en virages et en paysages remarquables (quand tu vois le Mont Blanc au loin, c’est signe d’un temps de chien le lendemain) et l’odeur entêtante du genet en fleurs qui te donne la nausée.

montgerbierdejoncs

Le mont Gerbier des Joncs

En hiver ou bien en été, le trajet vaut toujours le détour. On est bien content quand on arrive à Lachamp-Raphaël près de la cascade du Ray Pic et que l’on reconnait au loin la silhouette du Mont-Gerbier de Joncs. C’est un coin d’anciens volcans, le point de départ d’un des principaux fleuves du pays : la Loire.

Si tu as la flemme de faire l’ascension du Mont-Gerbier de joncs, tu peux tranquillement te régaler avec une bonne glace aux myrtilles sur l’esplanade et aller dîner à l’hôtel Chanéac, le restaurant de ma grande famille depuis quatre générations. Julie Andrieu y est même venue interviewer ma grande-tante Elisabeth dans le cadre de son émission Les carnets de Julie sur France 3.

Alors certes, il n’ y a pas toujours le wifi, ni même de réseau tout court mais c’est là où tu peux voir le plus beau ciel étoilé, des éclairs qui découpent le panorama à 360 degrés, faire des parties de pétanque et de molky dans des résidences secondaires immenses avec un grand parquet au grenier pour danser la bourrée auvergnate avec mes quarante cousins à la Chave ou à Bourlatier, passer tout un après-midi à faire de l’escalade à Les Coux…

suchasson

Les chambres d’hôtes de Suchasson

Je te recommande la ferme de Suchasson, une table d’hôtes vraiment géniale (c’est mes cousins en plus) et leur compte Instagram qui te laissera rêveur, citadin empêtré dans la pollution parisienne.

chaneac_00720300_000355773

Jean-François et Pierre Chanéac, deux frères , restaurateur et agriculteur du Fin gras du Mézenc

 

Mieux que le salon de l’agriculture, j’ai des souvenirs géniaux d’enfance avec mon frère quand on allait à la traite des vaches le soir avec le pot à lait, ou alors qu’on les regardait traverser le village pour aller au pré en juillet.

Mon grand kiff c’est de cueillir des œillets des Chartreux par grandes brassées et de les dessiner à l’aquarelle, peinard tranquille dans mon jardin.

Notre point de chute pour les vacances, c’est Sagnes et Goudoulet, un petit village ardéchois avec de belles fermes aux toits de lauzes, de chouettes coins de baignade au bord de la Loire ou de la Padelle. Il y a aussi le lac d’Issarlès, 25 kilomètres plus loin. C’est un endroit très agréable pour faire de la planche à voile et du camping.

issarles-2

Le lac d’ Issarlès

L’hiver, je te recommande la station de ski très familiale des Estables, la bonne adresse pour faire du ski de piste sans trop casser sa tirelire.

C’est un road trip bien moins touristique que les gorges de l’Ardèche avec ses canoës et son cagnard étouffant que je te propose. Pour aller sur le plateau ardéchois, si tu n’as pas une voiture, ce sera une aventure rocambolesque mais le dépaysement est garanti !

 

 

Quai 71, mon coup de coeur mode dans le Marais, Paris, 4eme arrondissement

 

47691724_814825675534624_6290550933311184343_n

Instagram de Quai 71

C’est mon adresse de référence pour m’habiller depuis que je suis arrivée à Paris, il y a treize ans maintenant.  J’ai toujours un peu de mal à retrouver la rue en sortant du métro Saint-Paul : mon repère c’est la rue des Rosiers, qui est perpendiculaire.

La boutique se trouve dans un ancien garage, rue Ferdinand Duval. C’est lumineux, bien présenté, j’aime bien la décoration avec la mosaïque de dauphin au fond, la musique ne vous harcèle pas et surtout l’équipe de vente sait vraiment vous accueillir et vous conseiller.

C’est la boutique idéale pour les budgets limités d’étudiantes : entre 30 et 50 euros en moyenne, vous pouvez trouver un beau pull, une robe, une jupe, une veste, des chaussures de bonne qualité qui ne vont pas se désintégrer au bout de trois passages en machine… C’est assez agréable de porter des vêtements un peu originaux qui changent des grandes enseignes.

50895210_621414684984127_6057578180443906366_nQuai 71 choisit ses collections auprès de petites marques parisiennes qui ont un style mode dans l’air du temps : Grace et Mila, Andy et Lucy, Ycoo, ma marque favorite pour ses imprimés originaux et aussi Vanessa Wu pour les chaussures.

 

Je repère leurs nouveautés sur leur compte Instagram, et quand quelque chose m’attire l’oeil, il ne faut pas traîner car les pièces tendance sont vite prisées. C’est ainsi que j’ai trouvé une veste que j’adore, tellement bien coupée.

Souvent ma visite à Quai 71 est le point de départ d’une agréable ballade dans le Marais parisien avec ses pâtisseries traditionnelles, ses musées mémoriaux comme le mémorial de la Shoah, le musée d’art et d’histoire du judaïsme. La rétrospective René Goscinny organisée par ce musée l’an dernier fut vraiment une exposition marquante pour moi en 2018. Je vous parlerai de cette exposition dans un prochain article comme Astérix fête ses 60 ans cette année !

slide_home.jpg

La pâtisserie Florence Kahn.

Le quartier juif de Paris est aussi intéressant que celui de Budapest avec ses synagogues, ses boutiques…

librairie-secrete.jpg

La mouette rieuse, droits réservés Do it in Paris

Ensuite, un tour à la librairie La mouette rieuse, rue Pavée est une visite inévitable. Je la considère plus comme un concept-store culturel avec un beau café qui donne sur un jardin. Mais on  trouve tout de même une chouette sélection de livres. J’aime aussi beaucoup la librairie-solderie Le gai rossignol (en hommage à une chanson de la Commune) qui se trouve plus vers Châtelet.

Enfin, si une pause gourmande s’impose à vous, il y a la fameuse adresse du Loir dans la théière, rue des Rosiers. Les desserts et les thés sont assez copieux et délicieux, mais cette adresse très touristique est victime de son succès, ce qui peut être frustrant.

leloirdanslatheire.jpg

Droits réservés Like a local

Je vous recommande donc le Marais qui est toujours une belle ballade en hiver, en automne ou au printemps admirer les vieux décors alimentaires anciens, qui deviennent de plus en plus rares, malheureusement. Enfin surtout en semaine car la rue des Francs-bourgeois qui devient piétonne les week-ends, est à fuir surtout en Vélib l’été si vous n’aimez pas la foule comme moi.

ob_cacd91_old-bakery-29-rue-des-francs-bourgeois-paris.jpg

Façade classée d’une ancienne boulangerie, rue des Francs-bourgeois

Mes précédents articles lifestyle et bonnes adresses à Paris :

– le café Joyeux, rue Saint Augustin, métro Quatre Septembre

Marie Denise, avenue Gambetta, métro Père Lachaise

Clint et Gusto, mes deux restaurants favoris

Les meilleurs spots de la Drôme

Les meilleurs spots si tu veux découvrir la Drôme.png

Dans un précédent carnet de voyages, je vous parlais de Marseille, ma ville de cœur  mais il fallait bien que je vous vante les mérites de Valence, la Drôme, ma patrie.

J’y suis née en 1987 et j’y ai vécu dix-sept ans. Quand j’avais cinq ans, on vivait pour une année à Clermont-Ferrand. Mes parents et mon frère s’y plaisaient bien, moi je n’avais qu’une idée en tête : rentrer à Valence retrouver le soleil, le Vercors et mon quartier de Chateauvert avec ses petits canaux.

Napo_max0x405

La statue du lieutenant Bonaparte, boulevard Bancel, bronze de Jean-Paul Ravit, 2010

Valence est jugée comme une ville sans âme, la plus grosse aire d’autoroute de France quand on veut être grossier. Balivernes ! Je vous donne mes meilleures adresses pour la découvrir sous un tout autre angle.

Souvent, au moment du salon de l’agriculture, on voit des affiches dans le métro parisien qui montrent les champs de lavande de la Drôme pour vendre du rêve !

 

Se souvenir dans la Drôme

La Drôme se trouve sur le chemin de l’exil pour de nombreux protestants français. Ils rejoignaient les pays du Refuge : la Suisse et l’Allemagne, suite à la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV en 1685.

Je vous recommande la visite du musée du protestantisme dauphinois au Poët-Laval, un village médiéval magnifique en pleine Drôme provençale. Ce qui m’a le plus marqué en visitant ce musée, c’est de découvrir que les femmes huguenotes au XVIIeme siècle, cachaient leurs Bibles protestantes dans leurs chignons.

687553-diaporama.jpg

Se cultiver dans la Drôme 

Le palais du facteur Cheval à Hauterives. 

palais idéal facteur cheval.jpg

Le 16 janvier prochain, Jacques Gamblin incarnera le facteur Cheval. C’était un original qui s’est lancé à la fin du 19eme siècle dans le projet fou de construire un palais idéal pour sa petite fille.

Bâti à partir des pierres de la région d’ Hauterives, ramassées au cours de sa tournée, la construction de ce monument unique durera plus de trente-trois ans, menant ce pionnier de l’art naïf au bord de la folie et de l’épuisement.

Ce site sera classé Monuments historiques par André Malraux, ministre de la Culture en 1969. Il attire chaque année plus de 170 000 visiteurs par an. Le facteur Cheval, c’est un peu l’homologue de Gaudi et son parc Guëll à Barcelone.

Sinon allez faire un tour au musée de Valence pour ses collections et son panorama à 360 degrés sur le Rhône. Retrouvez un de mes précédents articles ici à l’occasion de sa réouverture en janvier 2015 ! La Drôme, c’est le pays de Bernard Cathelin, Marcelle Rivier, André Lhote…

cathelinexpo396

© Musée d’Art contemporain Saint Martin/Montélimar

Se régaler dans la Drôme

La brasserie André Pic, avenue Victor Hugo

Pic est l’institution gastronomique qui fait la célébrité de Valence depuis plusieurs générations de restaurateurs. Anne-Sophie Pic (trois étoiles au guide Michelin, comme son père Jacques Pic, avant elle) valorise le potentiel économique de Valence en ouvrant tour à tour une école de cuisine, une épicerie fine, un Daily Pic  et aussi une brasserie : André, prénommée ainsi en hommage à son grand-père.

Nous y sommes allés en famille pendant les fêtes de fin d’année et c’était un excellent moment.

andre-un-lieu-convivial

La décoration du lieu est moderne sans être branchée à l’excès, elle se fonde sur son histoire familiale : un grand portrait du grand-père cuisinier (on se croirait dans le dessin animé Ratatouille), les autographes de célébrités côtoient ceux des anonymes et les dessins d’enfants dans les toilettes, on décore les luminaires avec des mini-verres Duralex (je les aime tellement ces petits verres de cantine) !

Comme je me suis régalée avec les escargots et le magret de canard, nous reviendrons chez André !

Les glaces Pierre Chauvet sur la place des Clercs.

terrasse-pierre-chauvet-à-valence

Notre adresse incontournable avec mon mari dès que la période estivale arrive. Ce salon de thé se trouve sur la place des Clercs : sa terrasse est très agréable. Les parfums des sorbets artisanaux sont  locaux : lavande, calisson, myrtille…, les coupes sont généreuses à l’image de prix très raisonnables.

Le café Victor Hugo pour son plat de ravioles que j’aime tant. C’est un très beau café dans les rues piétonnes, qui célèbre l’Art déco avec de grandes reproductions des tableaux de Tamara de Lempicka. J’aime particulièrement sa terrasse avec les palmiers qui permet d’admirer une vue magnifique sur le kiosque Peynet, l’esplanade du Champs de Mars et le château en ruines de Crussol en ligne de mire.

intérieur-du-café-victor-hugo

L’intérieur du café Victor Hugo, dans le centre-ville de Valence

clairettediejaillance.jpg

La clairette de Die

Mon champagne personnel ! Je suis ravie quand je trouve une bouteille de Jaillance au Monoprix du coin à Paris !

 

Se faire une beauté dans la Drôme

Les cosmétiques Sanoflore sont une valeur sûre pour moi. J’utilise leurs produits bio pour mon visage et j’aime beaucoup le masque de nuit aux plantes aromatiques et la crème de jour à base de roses. Dommage que le lait pour le corps qui sentait bon le biscuit n’ existe plus !

cosmétiques-Sanoflore.jpg

Les spots naturels de la Drôme :

Si vous avez une soudaine envie de nature et d’évasion, sautez dans le train. Valence TGV se trouve à 2h10 de Paris.

La Drôme vous promet de superbes randonnées à travers les Trois becs, la forêt de Saou, remonter un torrent dans la région de Buis les Baronnies ou admirer la cascade du Claps juste à côté de Luc en Diois….

 

Anvers en automne

A chaque fois que nous allons en Belgique début novembre, nous avons le droit à un temps ensoleillé. Et quand il fait un peu froid, c’est bien appréciable.

Après Bruxelles et Bruges, cap sur Anvers pour cette année. Partis tôt le samedi matin de la gare du Nord, ce fut la grande course pour monter dans le Thalys. Mais deux heures et demie plus tard, nous étions déjà à la recherche d’une bonne gaufre belge dans la ville.

Premier émerveillement, la gare centrale d’Anvers quand on monte les escalators depuis les quais. Voici un petit aperçu en images. Dans le hall central, on se régale avec cette architecture classique du 19eme siècle : la gare a été inaugurée en 1836.

cb4833ab4551ee5f8df944cb4aa7663d-1498039106

20181117_104850.jpg

Tiens la devise de la Belgique : L’union fait la force est la même que la devise bulgare ! Et elle est écrite en français en terre flamande. Car à Anvers, les francophones se font rares. Les petits louveteaux flamands qui venaient vers moi me vendre leurs sablés de Noël ne sont pas encore trilingues…

Une fois rassasiés de gaufres dans une boulangerie flamande, on se met à chercher notre hôtel en centre-ville.

Il s’appelle Elzenveld hotel, c’est un ancien couvent tout en briques qui me fait penser à Nonnatus house, le couvent de ma série du moment Call the midwife. Le cadre est formidable à proximité du jardin botanique, la chambre en duplex est vraiment confortable et le petit-déjeuner tient vraiment ses promesses pour 100 euros la nuit.

20181117_134910

Les immeubles d’Anvers sont vraiment imposants avec leurs décorations, témoignages d’une certaine opulence de la ville depuis la Renaissance. Anvers est connue pour être une place majeure des diamantaires et de la haute finance en Europe. C’était assez agréable de visiter cette ville avec toutes ces enseignes de luxe, ses façades typiques des Flandres.

20181117_110214

C’est très dépaysant car la culture flamande est très différente de la culture wallonne et française dans les manières de s’habiller, la langue, les modes de vie… : ici le vélo est roi ! On y retrouve les éléments architecturaux typiques comme la grand place, le beffroi, les cathédrales de la Renaissance…..

Rubens est la personnalité locale, sa statue domine la place principale de la ville et on peut visiter sa maison. A part le MAS le dimanche matin, nous avons préféré flâner dans la ville que d’arpenter les musées.

mas.jpg

Il se trouve vers les docks, il s’agit d’une grande tour de 65 mètres de haut qui abrite un musée de société très bien conçu, l’équivalent flamand du MUCEM à Marseille.

Il met à l’honneur le port d’Anvers, second port commercial d’Europe après Rotterdam. Ses expositions thématiques expliquent la manière de vivre à Anvers : se nourrir, se loger à travers des objets du quotidien très bien mis en scène par une scénographie intelligente. On y comprend que les colonies du Congo belge ont apporté une économie florissante pour la ville à travers le commerce de la banane et d’autres matières premières.

Le billet d’entrée de ce musée coûte 10€ et ça les vaut bien car les scénographes n’ont pas lésiné sur les moyens financiers (ça se voit très vite ) pour créer des décors audacieux et des ressources pédagogiques pertinentes et amusantes pour les adultes et les enfants.

Je vous recommande donc une escapade à Anvers le temps d’un week-end en automne, les feuilles orangées et rouges du jardin botanique sous le soleil m’ont apporté un précieux dépaysement !

Nous n’avons pas eu le temps de visiter le quartier Art Nouveau de la ville, ça sera l’occasion lors d’une prochaine visite en Belgique.

ob_430a46_dsc-0426.JPG

 

Marie Denise, une chouette adresse vintage pour un thé entre copines à Père Lachaise

Marie-Denise et autres gourmandises5 salons de thé à tester à Paris !.png

Ce jeudi après-midi, je suis retournée pour la deuxième fois au salon de thé Marie-Denise, situé 16 avenue Gambetta dans le 20eme arrondissement. Je voulais le faire découvrir à mon amie et voisine Alix, grande amatrice de salons de thé elle aussi !

NB__20180222_821.jpg

Je l’ai découvert en passant un jour, en bus dans la grande montée entre Père Lachaise et Gambetta. On ne peut pas louper sa devanture rose et bleue, toute bariolée comme on n’oublie pas facilement le nom de ce salon emprunté aux deux grands-mères de la pâtissière et propriétaire du lieu : Tiphaine.marie_denise_07505600_142431930

C’est un endroit très chouette où rien n’est laissé au hasard sur le plan marketing : la carte des gourmandises sucrées et salées, le fait de privilégier les produits bio, le recours à une décoration vintage partout… mais c’est fait avec beaucoup de sincérité et d’authenticité.

Je l’ai ressenti autant dans le goût des pâtisseries que dans l’atmosphère du lieu. On passe un très bon moment chez Marie-Denise surtout quand on s’y rend en semaine.

La première fois, c’était un samedi, j’avais choisi un flan à la vanille de Madagascar et sa pâte m’était un peu restée sur l’estomac. Cependant, l’endroit était tellement sympathique que j’ai voulu y retourner tester d’autres gâteaux et j’ai beaucoup aimé le fondant au chocolat sans gluten. Une recette simple mais très efficace.

J’ai aimé aussi la limonade bio que j’avais choisi et leurs thés venus tout droit de Bordeaux, fournis par la marque La diplomate concurrencent ma valeur sûre : Mariage Frères.

13-logo-diplomate-salon-the-herbesfauves-fleuriste-bordeaux-300x300.jpgLes boites de thé sont très belles avec leurs étiquettes qui rappellent les codes de l’art déco du début du 20eme siècle. Elles se marient très bien avec le comptoir tout bleu de la boutique, les gâteaux présentés sous des cloches transparentes, la vaisselle vintage dans le vaisselier… On se croirait aussi bien dans la boutique du roman La pâtissière de Long Island que dans le salon de ma copine Mapu picchu

On se sent comme chez soi dans ce vaste salon de thé avec ses banquettes moelleuses, ses fauteuils club et ses chaises d’écolier….

Sur les murs, se côtoient des photographies en noir et blanc de mariés d’un autre temps, des illustrations un peu kitsch mais attendrissantes et des reproductions d’œuvres d’art familières : Les époux Arnolfini, Jo la femme et muse d’Edward Hopper, les pionniers américains avec leur fourche du tableau iconique American Gothic que j’ai eu le grand plaisir de voir lors d’une superbe expo intitulée La peinture américaine dans les années 1930 au musée de l’Orangerie, il y a deux ans. C’était l’endroit idéal por deux diplômées d’histoire de l’art comme nous.

Marie-Denise est donc l’une de mes adresses favorites pour passer un bon moment entre copines autour d’un bon thé et d’un gâteau car l’un ne va pas sans l’autre bien évidemment!.

NB__20180222_852_-_copie

Je vous recommande d’autres salons de thé de la boite à sardines. Ces bonnes adresses ont des formules thé et pâtisseries aux alentours de 10€.

La Charlotte en l’Île, rue Saint Louis en l’île, Île Saint Louis,4eme arrondissement.
L’endroit est vaste, assez touristique. Le cake au chocolat est délicieux ainsi que les thés même si le choix des pâtisseries gagnerait en diversité. Ambiance agréable,j’y viens surtout parce que ça se trouve sur l’île Saint Louis, mon berceau parisien depuis douze ans.

la-charlotte-de-l-isle

 

Rose Thé, 104 avenue Ledru Rollin, 11eme arrondissement, métro Ledru Rollin

 

rose_the_07505600_101037092

Une carte très sympa avec de très bons desserts et des thés de qualité. La salle est assez vaste mais c’est bruyant le samedi, et l’endroit est trop sobre à mon goût côté décoration. Un excellent rapport qualité/prix tout de même.

– Ladurée, 75 avenue des Champs Elysées, 8eme arrondissement, métro Georges V

 

b7070594adcd98df66fe28eff1c9c0b4e903f6cb_store-369-1.jpg

C’est mon souvenir coup de cœur de mon enterrement de vie de jeune fille en 2014. Contre toute attente, vous êtes très bien reçues dans ce salon de thé très touristique. Les serveurs sont charmants, ils ne vous pressent pas pour que vous débarrassiez le plancher une fois vos macarons et vos thés engloutis. J’avais quelques préjugés sur cette enseigne, mes quatre visites suivantes n’ont fait que confirmer mes très bonnes impressions.
Les prix ne sont pas exorbitants et les produits sont vraiment de grande qualité.

Je prends toujours la coupe Ispahan à 12 euros car c’est mon péché mignon : glace à la rose et au litchi, framboises et litchis entiers… sous une bonne couche de crème chantilly délicieuse….

coupe ispahan

J’ai bien dans l’idée de découvrir d’autres salons de thé, si vous avez de bonnes adresses, je suis preneuse ! .

Ma prochaine visite gourmande sera pour le salon de thé libanais Kanoun, 98 rue de Charonne dans le 11eme arrondissement..