Mes pépites séries pour cet automne

Mes pépites séries pour un dimanche d'automne.png

Un court billet de blog pour vous partager mes découvertes séries quand l’automne arrive et qu’on a plus envie de se réfugier sous sa couette avec un bon Nesquik devant une série que d’aller se balader au vent au lac Daumesnil.

Je me suis abonnée il y a un an à Netflix car la bande-annonce de la série The crown avait captivé mon attention (il faut dire aussi qu’ils avaient sortis le carnet de chèques pour sa promotion commerciale).

the-crown-saison-2-lafficheGrace_et_Frankie

Depuis j’ai pu découvrir d’autres excellentes séries comme Grace et Frankie avec Jane Fonda et Lily Tomlin, des films géniaux disparus des radars comme Spanglish avec Paz Vega et dernièrement la série SOS sages femmes (Call the midwife) que je suis en train de regarder à vitesse grand V.

Franchement désappointée que Downtown Abbey ait disparu du catalogue Netflix, je suis tombée par hasard sur SOS Sages femmes, une série historique qui se déroule dans la banlieue londonienne dans les années 1950.

Elle raconte le quotidien d’un couvent Nonnatus House, une maternité, dirigée par des sœurs. Elles sont assistées par des nurses assez jeunes comme Jenny Lee (elle a des faux airs de Cécile Cassel) l’héroïne de cette série qui compte cinq saisons.

La guerre est finie depuis quelques temps mais la pauvreté est bien palpable : les maisons écroulées, les gosses qui traînent dans les rues, les références aux grands bouleversements que le Blitz a engendré dans ces familles…

J’aime beaucoup cette série car elle traite des problématiques psychologiques et sociales de l’époque avec beaucoup de finesse et de subtilité. Elles sont quatre nurses très solidaires les unes des autres : Jenny, Camilla dite Chummy, Trixie et Cynthia.

p01prhr2

Elles ont la vingtaine et elles sont entièrement dévouées à leur métier. Cette série traite de leurs histoires d’amour mais de manière très intelligente, elles vivent en harmonie avec les sœurs du couvent. Ces sœurs sont vraiment des personnages principaux de la série.

On ne les caricature pas du tout, elles sont de vrais soutiens psychologiques pour les femmes qu’elles accouchent, sachant se montrer aimantes, compréhensives. Elles font preuve de foi chrétienne quand leurs patientes des quartiers populaires font des choix de vie hasardeux qui les mènent à la prostitution par exemple.

C’est une série de grande qualité dont le thème central est la naissance, le métier de sage-femme dans les banlieues populaires de Londres dans les années 1950 .Mais cette série valorise aussi la foi chrétienne qui aime son prochain.

J’avais vu un film atroce basé sur une histoire vraie : Philomena. Judi Dench interprétait une fille-mère placée avec son bébé dans un couvent en Irlande dans les années 1950. Un jour, on lui enlève brutalement son bébé qu’elle ne pouvait voir qu’une heure par jour pour qu’un couple d’Américains l’adopte rapidement. Les sœurs de ce couvent n’avaient pas le beau rôle c’est le moins que l’on puisse dire.

Je vous recommande donc Call the midwife, une série géniale avec de beaux épisodes de Noël à chaque saison de la série comme savent les faire les Anglais. Elle contient de nombreuses similitudes historiques avec The crown comme cela se passe à la même période mais du point de vue du peuple anglais, les classes populaires qui connaissent un véritable baby-boom à cette période.

Coïncidence, j’avais noté dans ma PAL, le livre de mémoires de Jennifer Worth, la sage-femme dont les mémoires ont été adaptées à la télévision pour cette série.

Je crois que je n’aime plus que les séries historiques avec des costumes, des décors d’une autre époque car ils sont de formidables révélateurs de la manière de vivre des gens avant. Cela me change du 21eme siècle avec son storytelling permanent sur Facebook, Instagram et compagnie…

Dans un autre genre, j’ai découvert sur Youtube, une série assez innovante, drôle et bien conçue.

C’est une série française Les emmerdeurs : quatre jeunes Français, deux-garçons et deux filles dont un apprenti-curé pendant la seconde guerre mondiale.

Ils se retrouvent à faire partie de la Résistance bien malgré eux car ils ont bu un drôle d’élixir qui leur donne de supers pouvoirs. Cela va leur permettre de déjouer les plans funestes des nazis et de contribuer à libérer le pays. Encore faudrait -il qu’ils aient vraiment envie d’endosser ce costume de libérateurs…

Pourquoi j’aime la série The Crown

362506.jpg-r_640_360-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est en regardant une bande-annonce de la série The crown (La couronne pour les anglo-récalcitrants comme moi) sur Facebook que j’ai découvert Netflix.

J’aime les biographies historiques pour les costumes, les décors d’époque. Downtown Abbey ou le biopic Le discours d’un roi avec Colin Firth m’avaient emballée.

La jeune Claire Foy est tout à fait attendrissante dans son rôle de la jeune souveraine de 25 ans qui doit prendre son destin en main. Les deux premières saisons de cette série m’ont même donné envie de lire la biographie d’Elisabeth II, le livre de ma box Kube, gentiment offerte ! Et je compte bien m’atteler à la biographie de Winston Churchill bientôt.

26231331_10154868419401652_1679233170831754206_n

La Kube de décembre !

C’est le personnage incontournable de la saison 1, celui qui forme la jeune Elisabeth aux rudiments politiques et diplomatiques. Il se noue entre eux une relation amicale particulièrement émouvante dans le dernier épisode.

118080.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Excellent communicant pendant l’épisode du smog de Londres en décembre 1952 qui tua de nombreux Londoniens, sa démarche unique et son franc-parler pour gérer le retour en Angleterre de l’ancien roi Edouard VIII, cette série montre bien en quoi il fut un personnage politique incontournable de la seconde guerre mondiale.

La saison 2, diffusée à partir du 8 décembre 2017 (je n’en ai fait qu’une bouchée) gagne en intensité. Trois épisodes m’ont particulièrement marquée pour la profondeur de leur analyse de la monarchie.

Le premier raconte la montée au créneau d’un jeune aristocrate zélé qui essuya les foudres des monarchistes les plus radicaux. Il critiqua le manque de chaleur et de sincérité d’un des discours de la reine dans une usine. La reine en fut profondément blessée mais elle accepta de se remettre en cause en écoutant ses conseils. Cela eu un impact considérable sur le rapprochement affectif entre la reine et ses sujets grâce à l’enregistrement télévisé des vœux de la reine le soir de Noël.

2392273.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un face à face tendu entre un oncle et sa nièce, un sujet félon et sa souveraine.

Le second épisode marquant de cette saison 2 est celui qui raconte une des croisades de l’évangéliste américain Billy Graham. Connu dans le monde entier dans les années 1960, la reine, touchée dans sa foi par ses prédications, lui demanda une audience privée dans son palais. A ce moment précis, elle découvre un secret de famille qui aurait pu changer la donne dans toute l’Europe pendant la seconde guerre mondiale. Elle découvre que son oncle, l’ancien roi Edouard VIII et sa femme Wallis Simpson ont rencontré Hitler et avaient conclu un pacte avec les nazis pour renverser son père Georges VI. Cet épisode intense sur le plan psychologique pose la question du pardon chrétien lors des entretiens de la reine avec Billy Graham.

On se pose des questions philosophiques et théologiques avec The Crown !

Enfin le troisième épisode (celui que j’attendais avec impatience) s’appelle Chère Madame Kennedy. Jackie et John F. Kennedy réalisent une tournée triomphante (du moins ce que tout le monde croit, subjugués par leur jeunesse et leur beauté) en Europe. La reine se sent en concurrence avec cette femme américaine qui représente la modernité alors qu’Elizabeth est plus engoncée dans ses vêtements, dans ses traditions de l’Ancien monde.

Cette concurrence féminine va cependant être bénéfique à la reine sur un plan géopolitique tout à fait inattendu au Ghana. Piquée au vif par une remarque désagréable de la First lady, Elisabeth va sortir de sa réserve protocolaire pour inviter un chef rebelle au Commonwealth à danser un fox-trot. Cette scène totalement insolite, immortalisée par les photographes du monde entier, lui vaudra la gloire et les honneurs sur la scène politique internationale. La petite reine gauche et timide a réussi un grand coup ce soir là sous le regard admiratif et aimant de son mari, le prince Philip.

Cette série me plait pour le portrait psychologique très profond de la reine : la soeur, la fille, la mère, l’épouse en privé. Et en public, le chef de l’Eglise anglicane, à la tête d’un empire colonial qui se délite et l’interlocutrice de Premiers ministres qui valsent souvent.

figurine-reine-solaire-kikkerland

Cette série n’est ni pro-monarchique, ni pro- républicaine, elle montre comment le protocole brise certaines personnalités comme la princesse Margaret, ou l’ancien roi Edouard VIII et comment il structure d’autres personnes comme Elisabeth ou son mari.

La saison 2 est beaucoup plus intense que la première saison qui montrait l’accession au trône d’une frêle jeune fille de 25 ans sans bagages politiques ni diplomatiques. Elisabeth a mûri dans la saison 2 qui retrace dix ans de sa vie.

Que nous réserve la saison 3?.

SardinesPssst ! Si cet article t’a plu, rejoins le club des abonnés du blog  ou plutôt la boite à sardines pour qu’on chante tous ensemble la chanson énervante de Patrick Sébastien : « Ah qu’est ce qu’on est serré, au fond de cette boite, chantent les sardines ». C’est en haut à droite !