Lifestyle

La Mosaert fabrique au Bon marché : mode et chanson, un cocktail détonnant !

mosaert-1_6039318.jpg

Cette semaine dans le métro, cette affiche m’a fait de l’œil ! Je ne savais pas qu’en 2018, le comble de la mode c’était les chaussettes- claquettes comme dirait mon amie Alix.

Le trio belge Mosaert composé de Stromae, Coralie Barbier et Luc Junior Tam rend l’excentricité esthétique et ça me plaît beaucoup.

A l’image de la pochette de son album Racine carrée, le chanteur portait des polos géométriques mais aussi des tons roses, jaunes, verts empruntés à la sape africaine mixée avec les codes occidentaux…

Mosaert-Capsule-N°5-x-24-Sèvres-x-Bon-Marché-1.jpgCette nouvelle collection Capsule n°5 adopte des arabesques, des motifs floraux et végétaux Art nouveau et Art déco sur des chaussettes, des polos, des bombers avec des couleurs très vives. Le trio Mosaert vient de Bruxelles, la ville Art nouveau par excellence avec la maison Horta, le musée des instruments de musique…

Alors j’ai voulu revoir les clips de Stromae d’il y a cinq ans car j’admire son jeu d’acteur  au Grand journal quand il se dédouble en homme et femme pour chanter Tous les mêmes (Maître Gims dit de lui qu’il ressemble à une grande sauterelle).

A l’heure du mouvement #Me too, cette performance scénique de 2013 qui met en scène le machisme est tout à fait actuelle. Les textes sont aussi puissants que Papaoutai sur la complexité des rapports hommes/femmes, il danse formidablement bien avec ses musiciens et choristes aussi stylés que lui.

Stromae est un artiste complet, un bosseur méritant qui travaille le moindre détail : la biguine électro, son costume unisexe, ses références culturelles belges … Je ne peux m’empêcher de le comparer à Jacques Brel dans son allure et ses textes teintés d’émotions.

Publicités