5 livres pour enfants à mettre dans leur coffre à jouets

5 livres jeunesse à mettre dans leur coffre à jouets (1).png

La presse générale comme spécialisée salue le talent de Tomi Ungerer décédé ce week-end. J’avais décidé auparavant de créer une nouvelle rubrique livres jeunesse dans ce blog et inévitablement Les trois brigands y ont une place de choix.

Ce livre est la preuve que rien ne se démode à l’image de Babar, Tom-Tom et Nana, Astérix… qui se transmettent de générations en générations, des parents aux enfants.

Et vous, quel patrimoine littéraire transmettez-vous à vos enfants ?

Les trois brigands de Tomi Ungerer, Ecole des loisirs, 1968

lestroisbrigands

Pour moi, c’est LE livre pour enfants de référence. Tomi Ungerer vient de disparaître ce week-end mais ses livres Jean de la Lune, l’ogre de Zéralda, Les trois brigands sont intemporels : depuis plus de cinquante ans, ces livres ont conquis des générations d’enfants, même ceux du 21eme siècle.

Comme en témoignent les hommages des illustratrices Pénélope Bagieu ou Mathou sur Instagram, ce livre a marqué les parents qui le transmettent à leurs enfants. Cette histoire de brigands qui deviennent bons grâce à une petite fille, je la connais par cœur car les nombreux enfants que j’ai gardé me l’ont demandé en boucle. Le top c’est le livre grand format que l’on trouve dans les bibliothèques municipales.

Même les plus petits ne sont pas terrifiés par ces trois bandits de grand chemin qui attaquent les diligences. Au contraire, ils adorent quand l’un des brigands se sert d’un soufflet au poivre pour faire éternuer les chevaux ou casser les roues avec des armes médiévales, le château en référence à l’architecture alsacienne (d’où vient l’artiste) envoie du rêve….

Tomi Ungerer fut l’un des illustrateurs jeunesse les plus connus au monde, l’auteur phare de l’Ecole des loisirs… Il considérait qu’il fallait écrire des histoires pour enfants dans un vocabulaire soutenu. Je vous invite à visiter son musée à Strasbourg.

Y’a t’il des ours en Afrique ? Satomi Ichikawa, Ecole des loisirs, 1998

at'ildesoursenafrique

J’offre régulièrement ce livre comme cadeau de naissance car je trouve l’histoire très belle et les illustrations sont vraiment très réussies : on ne passe pas à coté de ce livre, on le garde précieusement en mémoire.

C’est l’histoire d’un jeune garçon africain qui parcourt la savane en courant pour restituer à une petite fille venue en touriste son ours en peluche qu’elle a fait tomber de la jeep dans laquelle elle circulait. Cet album s’adresse aux enfants entre 2 et 5 ans.

Max et les maximonstres, Maurice Sendak, Ecole des loisirs, 1973

maxetlesmaximonstres.jpg

C’est au fil de plusieurs lectures que j’ai vraiment appris à apprécier cet album jeunesse. Non pas que l’histoire me terrifiait mais certains détails psychanalytiques peuvent nous échapper la première fois.

J’aime beaucoup son graphisme assez novateur pour l’époque et aussi la manière dont l’auteur a considéré l’enfant : sa mère le traite de monstre.

Françoise Dolto et d’autres pédopsychiatres ont critiqué ce livre à sa sortie, le jugeant trop violent. Moi je le trouve formidable, à condition d’accompagner l’enfant entre 5 et 8 ans dans sa lecture et de répondre à ses questions.

Une place pour Edouard, Béatrice Gernot et Kris di Giacomo, Frimousse, 2006.

uneplacepour edouard

Cette première édition du livre est épuisée en librairies mais disponible dans de nombreuses bibliothèques municipales.

Je tiens particulièrement à ce livre, qui m’a été offert il y a une dizaine d’années par la maman du jeune garçon Camille, qui a inspiré le personnage d’Edouard.

Cet album jeunesse s’adresse aux enfants à partir de 5 ans. Il raconte le handicap d’un bébé du point de vue de sa grande sœur qui n’est pas bien grande mais qui sent la détresse de ses parents, qui elle-même se sent délaissée et qui ne sait pas comment approcher ce petit-frère différent.

Une fois, qu’elle aura verbalisé sa colère et qu’elle aura pu être rassurée de l’amour inconditionnel de ses parents, elle va trouver le moyen de fraterniser avec ce bébé, et même à rire aux éclats avec lui.

ambulance.jpg

La portée biographique de cet album me touche beaucoup parce que j’ai grandi avec Camille et ses frères et sœurs. Nous sommes partis pour des journées de ski de fond dans le Vercors ensemble. Son papa tirait une pulka pour que Camille puisse participer à la sortie avec nous.

J’ai découvert grâce à ce livre coloré et joyeux (alors que le propos est grave) les illustrations géniales de Kris di Giacomo : la couverture de ce livre est superbe, elle transmet beaucoup d’amour et d’espoir.

calin.jpg

Droits réservés Kris Di Giacomo

Par la suite, j’ai offert à mes deux cousines un abécédaire génial et très original : Sans le A avec les textes de Michaël Escoffier et les illustrations de Kris di Giacomo, édité par Kaléidoscope en 2012.

sanslea.jpg

Calinours va faire ses courses, Alain Broutin, Frédéric Sther, L’école des loisirs, 1987

calinoursvafairesescourses.jpg

C’est un livre qui est paru l’année de ma naissance et j’ai eu la chance de le faire dédicacer par l’illustrateur sur le salon du livre jeunesse vingt ans plus tard : Frédéric Sther m’a dessiné l’ours qui soufflait des bougies. J’aime beaucoup ses illustrations un peu classiques et tous les petits détails de sa maison. C’est un livre qui s’adresse aux enfants entre 2 et 5 ans.

Cet article fait la part belle aux ouvrages édités par L’école des loisirs, tout simplement parce que c’est ma référence absolue dans le domaine du livre jeunesse : des albums pour tout-petits jusqu’aux romans jeunes adultes que je lis toujours : Sauveur et fils de Marie-Aude Murail, Quatre sœurs de Malika Ferdjoukh

Sauveur et fils saison 4