Charlie, monte le son ou la préadolescence 2.0

Turn up Charlie.png

Comme j’ai fini de regarder ma série favorite Call the midwife, j’errais comme une âme en peine sur la plateforme de Netflix car je suis très exigeante pour choisir une série. J’aime les séries historiques avec de solides portraits psychologiques des personnages, un scénario qui tient la route pour décrire la société de l’époque… Bref, il faut que je sois accrochée à l’intrigue le temps de trois, quatre ou cinq saisons au moins.

Force est de constater que ce sont les séries anglaises qui ont ma préférence : ils ont de très bons acteurs qui ont souvent une formation théâtrale comme Kate Winslet par exemple, ils savent construire des histoires passionnantes autour de l’aristocratie anglaise et de la famille royale (The Crown) et ils ont une élocution british très agréable à suivre en version originale sous-titrée (ils ne mangent pas leur mot comme leurs cousins américains)

turn-up-charlie.jpg

Idriss Elba est l’un d’eux. Je n’avais vu aucun de ses films auparavant, je l’ai découvert lors du mariage du prince Harry et de Meghan Markle. Il a un visage de cinéma très expressif un peu comme Jean Dujardin, capable de jouer une comédie comme un drame. D’ailleurs, c’est tout l’intérêt de cette série Charlie, monte le son dont il est l’initiateur. Il est le héros d’un rôle totalement à contre-emploi : nannie d’une petite fille riche.

Le résumé :

Charlie Ayo est un trentenaire londonien d’origine nigériane. DJ ayant connu son heure de gloire, il a disparu des spotlights par excès de confiance en abusant de la drague et de la drogue. Son meilleur ami David, acteur célèbre aux Etats-Unis revient à Londres avec femme et enfant pour apporter une stabilité familiale à leur petite fille Gabrielle.

Mais la carrière florissante de sa femme Sara, DJ international n’est pas compatible avec une vie de famille. Son staff composé de femmes ambitieuses : Astrid, sa manageuse, Tommy son second empêchent tant bien que mal l’épanouissement d’une relation mère/ fille de qualité.

C’est finalement Charlie Ayo, ce grand black musclé aux faux airs de Maître Gims, qui va apporter amour et stabilité à cette petite fille de dix ans Gabrielle. Elle est totalement imbuvable car délaissée par ses parents. Charlie va t’il l’aimer d’une manière gratuite et désintéressée ?

charliemonteleson.jpg

Mon avis :

C’est une série assez gonflée et très contemporaine qui joue sur l’inversion totale des rôles. Avec Turn up Charlie, ce sont les femmes qui ont le pouvoir. Sara a plus de notoriété et d’argent que David, son mari. C’est grâce à elle que Charlie pourrait relancer sa carrière.

Les femmes qui gravitent autour d’elle ont bien compris l’emprise qu’elles peuvent avoir sur les hommes et elles ne s’en privent pas. Alors que le personnage de Sara est plus étoffé, elle cherche à être une bonne mère et culpabilise quand elle se plante avec sa fille : quand elle loupe la rentrée des classes parce que ses mauvais génies Astrid et Tommy lui font comprendre qu’avoir un enfant c’est naze.

d984e2b917caaa88d20d498d9de86c6133513f7f

Copyright Netflix

J’ai ainsi (re)découvert l’actrice Piper Perabo, une très jolie fille qui porte de superbes tenues et coiffures branchées dans cette série. Sa beauté m’a vraiment fascinée. Son visage ne m’était pas complètement inconnu puisque je l’avais déja vue dans Coyote Girls (j’ai honte !), un médiocre film des années 2000 que l’on préférait oublier : des jeunes Américaines qui pensent revendiquer le girl power en dansant sur un comptoir de bar.

Avec cette série, on voyage entre Londres et Ibiza dans les derniers épisodes. Le manoir où habite la famille de Gabrielle est vraiment impressionnant avec son immense sauna. Charlie l’emmène dans le Londres underground aux écuries de Camden et j’ai beaucoup aimé l’épisode où la plupart des personnages passent le week-end au festival Latitude avec leurs bottes en caoutchouc et leurs pass VIP. Cela m’a rappelée le film Bridget Jones ‘s baby.

J’ai beaucoup aimé la manière dont cette série se moque des artifices du monde de la nuit et la notoriété qui fait perdre le Nord à Sara et David. Charlie et sa tante Lydia avec ses proverbes bibliques ont beaucoup plus les pieds sur terre et apporteront de la stabilité affective à une petite fille qui doit déposer ses bagages aux quatre coins du globes en fonction des tournages de son père ou des concerts de sa mère.

cf2f387651b2f37b3695dc7ebd93a4323ac961b5

Copyright Netflix

La notoriété de ses parents privent Gabrielle d’une enfance protégée, son téléphone portable l’a fait définitivement basculer dans le monde des adultes indépendants et ce n’est pas forcément une bonne chose.

Cette série raconte sur le ton de l’humour les mauvais exploits d’une petite fille riche qui se méfie des adultes et on ne peut s’empêcher de penser au destin terrible de Drew Barrymore, enfant star de Hollywood qui enchaîna les cures de désintoxication à partir de treize ans.

Une grande partie du succès de cette série repose sur les épaules de la petite Frankie Hervey, une jeune actrice britannique qui doit avoisiner les dix ans mais pas plus. Elle est touchante avec son petit air d’ Hermione Granger en uniforme scolaire. On lui donnerait des baffes quand elle appelle Charlie « Bitch » ou qu’elle manipule ses parents en les montant l’un contre l’autre.

Qui sont les véritables préadolescents dans cette série?

Ma note : 4/5 sardines

517417635517417635517417635517417635

Cette série de huit épisodes de vingt minutes chacun se regarde d’une traite. Au début, on est scié par l’audace de cette petite fille culottée qui arrose tout le public de sa maman en boite de nuit pour susciter son attention.

Le scénario connait quelques faiblesses : j’aurai aimé que la relation de complicité improbable entre Charlie et Gabrielle soit plus développée car c’est le thème central de la série. Mais on passe tout de même un bon moment de divertissement avec cette série qui caricature le monde de la nuit et l’accès toujours plus précoce des enfants aux réseaux sociaux.

Gabrielle est une crack d’ Instagram,You tube et compagnie mais elle est terrorisée de n’avoir aucun vrai ami réel avant de rencontrer Hunter, un mauvais garçon de son école.

charlie.jpg

Mes pépites séries pour cet automne

Mes pépites séries pour un dimanche d'automne.png

Un court billet de blog pour vous partager mes découvertes séries quand l’automne arrive et qu’on a plus envie de se réfugier sous sa couette avec un bon Nesquik devant une série que d’aller se balader au vent au lac Daumesnil.

Je me suis abonnée il y a un an à Netflix car la bande-annonce de la série The crown avait captivé mon attention (il faut dire aussi qu’ils avaient sortis le carnet de chèques pour sa promotion commerciale).

the-crown-saison-2-lafficheGrace_et_Frankie

Depuis j’ai pu découvrir d’autres excellentes séries comme Grace et Frankie avec Jane Fonda et Lily Tomlin, des films géniaux disparus des radars comme Spanglish avec Paz Vega et dernièrement la série SOS sages femmes (Call the midwife) que je suis en train de regarder à vitesse grand V.

Franchement désappointée que Downtown Abbey ait disparu du catalogue Netflix, je suis tombée par hasard sur SOS Sages femmes, une série historique qui se déroule dans la banlieue londonienne dans les années 1950.

Elle raconte le quotidien d’un couvent Nonnatus House, une maternité, dirigée par des sœurs. Elles sont assistées par des nurses assez jeunes comme Jenny Lee (elle a des faux airs de Cécile Cassel) l’héroïne de cette série qui compte cinq saisons.

La guerre est finie depuis quelques temps mais la pauvreté est bien palpable : les maisons écroulées, les gosses qui traînent dans les rues, les références aux grands bouleversements que le Blitz a engendré dans ces familles…

J’aime beaucoup cette série car elle traite des problématiques psychologiques et sociales de l’époque avec beaucoup de finesse et de subtilité. Elles sont quatre nurses très solidaires les unes des autres : Jenny, Camilla dite Chummy, Trixie et Cynthia.

p01prhr2

Elles ont la vingtaine et elles sont entièrement dévouées à leur métier. Cette série traite de leurs histoires d’amour mais de manière très intelligente, elles vivent en harmonie avec les sœurs du couvent. Ces sœurs sont vraiment des personnages principaux de la série.

On ne les caricature pas du tout, elles sont de vrais soutiens psychologiques pour les femmes qu’elles accouchent, sachant se montrer aimantes, compréhensives. Elles font preuve de foi chrétienne quand leurs patientes des quartiers populaires font des choix de vie hasardeux qui les mènent à la prostitution par exemple.

C’est une série de grande qualité dont le thème central est la naissance, le métier de sage-femme dans les banlieues populaires de Londres dans les années 1950 .Mais cette série valorise aussi la foi chrétienne qui aime son prochain.

J’avais vu un film atroce basé sur une histoire vraie : Philomena. Judi Dench interprétait une fille-mère placée avec son bébé dans un couvent en Irlande dans les années 1950. Un jour, on lui enlève brutalement son bébé qu’elle ne pouvait voir qu’une heure par jour pour qu’un couple d’Américains l’adopte rapidement. Les sœurs de ce couvent n’avaient pas le beau rôle c’est le moins que l’on puisse dire.

Je vous recommande donc Call the midwife, une série géniale avec de beaux épisodes de Noël à chaque saison de la série comme savent les faire les Anglais. Elle contient de nombreuses similitudes historiques avec The crown comme cela se passe à la même période mais du point de vue du peuple anglais, les classes populaires qui connaissent un véritable baby-boom à cette période.

Coïncidence, j’avais noté dans ma PAL, le livre de mémoires de Jennifer Worth, la sage-femme dont les mémoires ont été adaptées à la télévision pour cette série.

Je crois que je n’aime plus que les séries historiques avec des costumes, des décors d’une autre époque car ils sont de formidables révélateurs de la manière de vivre des gens avant. Cela me change du 21eme siècle avec son storytelling permanent sur Facebook, Instagram et compagnie…

Dans un autre genre, j’ai découvert sur Youtube, une série assez innovante, drôle et bien conçue.

C’est une série française Les emmerdeurs : quatre jeunes Français, deux-garçons et deux filles dont un apprenti-curé pendant la seconde guerre mondiale.

Ils se retrouvent à faire partie de la Résistance bien malgré eux car ils ont bu un drôle d’élixir qui leur donne de supers pouvoirs. Cela va leur permettre de déjouer les plans funestes des nazis et de contribuer à libérer le pays. Encore faudrait -il qu’ils aient vraiment envie d’endosser ce costume de libérateurs…

Nos âmes la nuit, l’intimité à l’aube de la vie

J’aime les adaptations de romans américains au cinéma. J’avais eu un vrai coup de cœur pour le roman Promenons-nous dans les bois de Bill Bryson, un road-trip de deux vieux messieurs sur un trail ardu dans un coin montagneux des Etats-Unis. J’aime beaucoup le jeu de Robert Redford et j’ai aimé son rôle de Louis dans son dernier film Nos âmes la nuit.

Je suis assez admirative du cinéma américain actuel qui place ses anciens en tête d’affiche : Robert Redford, Jane Fonda, Michael Caine et Morgan Freeman, Robert de Niro… La vieillesse est beaucoup plus caricaturée dans le cinéma français.

La vieillesse, le veuvage sont les deux thèmes majeurs de ce magnifique roman, assez court (180 pages) : Nos âmes la nuit de Kent Haruf, un auteur américain originaire du Colorado. Il est mort quelques mois avant la parution de ce livre en 2015.

Nos âmes la nuit

Le résumé :

Addie et Louis sont de vieux voisins dans une petite ville du Colorado. Un soir, Addie vient toquer à la porte de Louis avec une demande inédite et osée : accepterait-il de venir la nuit dormir avec pour affronter la solitude de la nuit à l’aube de leur vie?. C’est l’histoire d’une profonde complicité amicale et sentimentale qui se construit sous les yeux de leurs enfants adultes mais aussi de cette petite ville cancanière.

Mon avis :

J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce livre et le style de son auteur que je ne connaissais pas du tout. Il a su saisir la réalité sociologique de ces retraités.

Au début de leur arrangement peu commun, ils sont un peu empruntés. Partager sa chambre, dormir ensemble est beaucoup plus intimidant et intime que d’avoir une relation sexuelle avec un inconnu.

C’est tellement évident que de nombreux sociologues et anthropologues ont étudié la question. Histoires de chambres de Michelle Perrot étudie cet espace très particulier  mais surtout Jean-Claude Kauffmann avec ses ouvrages Le lit, tendre guerre et Premier matin, la construction d’une histoire d’amour.

518WB5FCWWL._SX210_histoire de chambres

Rien n’est plus intimidant de se réveiller ensemble, se chuchoter des confidences dans le noir et pourtant c’est comme ça que ces deux retraités vont se soutenir mutuellement dans leurs relations avec leurs enfants, leur estime de soi par rapport à leurs mariages révolus.

Ils sont un peu rouillés les premiers jours  avec un enfant rivé à son écran. Ils prendront soin de lui pendant quelques mois. Ils vont donner tout simplement de l’amour à Jamie, le petit-fils d’Addie que son père lui a confié parce que rien n’allait plus avec la maman du petit garçon.

Le Guardian dit de ce livre : « Nombre de romans évoquent la quête de l’amour mais celui-ci est illuminé par sa présence ».

Ce livre montre les remarques narquoises des autres habitants de la ville qui indignent leurs enfants et les incitent à faire la leçon à leurs parents au nom du qu’en dira t’on?. La sexualité des veufs est taboue, ce livre le prouve.

Peut-on recommencer à aimer quand on est veuf?. Faut-il qu’ Addie et Louis endurent seuls leur solitude parce que la personne à qui ils ont juré fidélité toute une vie est décédée?. Le lecteur est alors témoin de leur souffrance quand on essaie  de les séparer à la fin du roman.

« Si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien  » écrit l’apôtre Paul dans l’épître aux Corinthiens.

Ma note :

5/5 sardines

517417635517417635517417635517417635517417635

Je vous recommande ce livre qui raconte plusieurs solitudes : celle d’ Addie, de Louis, celle du petit-fils tiraillé entre ses parents qui l’ont laissé chez sa grand-mère, celle de la petite chienne recueillie par l’enfant, celle de la vieille dame sans famille Ruth… et comment ces gens s’entraident par amour, sans avoir de liens familiaux particuliers.

C’est un magnifique livre sur l’engagement amoureux.

3397711.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg